Philippe Richer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richer.
Philippe Richer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Philippe Richer est un diplomate et historien français, spécialiste de l'Asie. Il est également ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Guy Desbos).

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Richer est né à Paris le 20 novembre 1923, dans une famille de la haute bourgeoisie, avec des racines à Chartres, en Ariège et en Bretagne. Il a fait sa scolarité au lycée Montaigne et au lycée Saint-Louis. En complément de l'ENA, il a étudié à l'Université Columbia à New York et à l'Université d'Oxford.

En 1943, âgé de 19 ans, il tenta de rejoindre les forces françaises en Afrique du Nord, mais fut trahi par un passeur et envoyé au camp de concentration de Buchenwald. Il s'évada du train qui le transportait, mais fut de nouveau capturé. Il demeura prisonnier à Buchenwald de juillet 1943 jusqu'à la libération du camp le 11 avril 1945[1].

Il entra dans la carrière diplomatique et fut en poste à Alger, dans la première représentation diplomatique après l'Indépendance, à Moscou et à Bucarest, entre autres. En 1965, il fut Ministre Plénipotentiaire en Mongolie, le premier envoyé diplomatique français en Mongolie depuis Saint Louis en 1253[2]. Il fut ambassadeur de France à Hanoï (Viêt Nam) de 1974 à 1976, au moment de la chute de Saïgon[3].

Gaulliste convaincu, il s'opposa à la prise de pouvoir par de Gaulle en 1958, la jugeant insuffisamment démocratique, et soutint Pierre Mendès France. Il fut nommé conseiller d'État en 1982 par François Mitterrand, premier membre du Parti Socialiste à intégrer le Conseil d'État depuis plusieurs décennies.

Grand ami de Stéphane Hessel il organisa avec lui des séminaires annuels pour des lycéens européens, afin de les sensibiliser aux droits de l'Homme et aux idéaux démocratiques et de la Résistance[4].

Il est grand officier de la Légion d'honneur depuis décembre 2013.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Chine et le Tiers Monde, Payot, 1971.
  • L’Asie du Sud-Est. Indépendances et communismes, Imprimerie nationale, 1981. (ISBN 9782110807588)
  • Jeu de quatre en Asie du Sud-Est, PUF, 1982.
  • La Chine de 1949 à nos jours (en collaboration avec Jean-Luc Domenach), Imprimerie nationale puis Le Seuil, deux volumes, 1987 et 1995 : (ISBN 978-2-02-023746-8)
  • L’Asie du Sud-Est, Flammarion, 1996.
  • Hanoï 1975 : un diplomate et la réunification du Viêt-nam, L'Harmattan, Collection Mémoires asiatiques, 1993.
  • Crises en Asie du Sud-Est, Presses de Sciences Po, 1999.
  • Le Cambodge : une tragédie de notre temps, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, coll. « Collection académique », , 221 p. (ISBN 9782724608540)
  • La Delaunay-Belleville (1904-1947), un fleuron de l'automobile, Pierre-Henri, Philippe et François Richer, Les Éditions Page de Garde, Elbeuf.
  • Dans tous mes états - un itinéraire français, Les Indes Savantes, 2013. (ISBN 978-2-84654-305-7)
  • La Chine au milieu de l'Asie: de Mao à Xi, Les Indes Savantes, , 240 p. (ISBN 978-2-84654-462-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France Inter, La Marche de l'Histoire, "Le Témoin du Vendredi," émission du 24 octobre 2014 [1]
  2. Documents diplomatiques français: 1965 (1er janvier-30 juin) Commission de publication des Documents diplomatiques.
  3. Hanoï 1975: un diplomate et la réunification du Viêt-nam, L'Harmattan, Collection Mémoires asiatiques, 1993.
  4. par exemple au Lycée Périer de Marseille en 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]