Georges Mink

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Mink, né le (70 ans) à Issy-les-Moulineaux, est un sociologue français d'origine polonaise spécialiste de l'Europe centrale et orientale.

Il est directeur de recherche émérite à l'Institut des sciences sociales du politique (CNRS-Université Paris Ouest) et président de l'ICCEES (International Council for Central and East European Studies). Depuis 2013, il est part-time professor au Collège d'Europe (Natolin-Varsovie)[1]. Il est également membre du conseil d'administration de la Société historique et littéraire polonaise de Paris[2].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Georges Mink enseigne depuis 1973 à l'Institut d'études politiques de Paris où il est coresponsable du séminaire doctoral du programme Russie, CEI, Europe centrale. Il a aussi enseigné à l'Université Paris-V René-Descartes, à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et à l'École nationale d'administration (ENA). Georges Mink a été professeur invité à l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, à l'Académie Mohyla de Kiev, à l'Université Charles de Prague, à l'Université Humboldt de Berlin et au Collège d'Europe (Natolin-Varsovie) entre 2000 et 2013. Au sein de ce même collège, il a été directeur d'études de 2011 à 2013.

Parallèlement à son activité d'enseignement, Georges Mink a dirigé plusieurs centres de recherche dont l'Observatoire sociologique de l'URSS et de l'Europe de l'Est (OSEUS-CNRS), le Centre de recherches sur les sociétés post-communistes (CRESPO-CNRS) avant de prendre la tête du Centre français de recherche en sciences sociales de Prague (CEFRES, unité CNRS-MAE) de 2001 à 2003. Il dirige la Revue d’études comparatives Est-Ouest entre 1999 et 2004 et siège depuis au comité de rédaction.

Georges Mink a été membre du conseil d'administration de Radio France Internationale (1989-1994) [3].

Ses recherches et ses publications (plus de 250 ouvrages, études et articles à ce jour) portent sur les systèmes partisans, sur les transformations sociopolitiques des régimes, sur la conversion des élites communistes en Europe centrale et orientale, sur l’européanisation des systèmes politiques nationaux. Actuellement ses recherches s’orientent vers la question des dispositifs de la justice transitionnelle dans les pays de l’UE. Ainsi dans L'Europe et ses passés douloureux, il se penche sur les conséquences mémorielles de l'intégration à l'Union européenne de pays issus du bloc soviétique[4].

En plus de son activité scientifique, le travail de Georges Mink se double d'une œuvre de vulgarisation. Il a ainsi coréalisé trois films pour Arte France : L'Énigme polonaise (2005) avec Virginie Linhart sur la sortie par la Pologne du communisme, Que veulent les Polonais ? avec Andrzej Wolski (pl) (2005) et Citizens K, The « K » Twins avec Eyal Sivan en 2007 sur l'ascension des frères Kaczyński à la tête de l'État polonais [5].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • avec Patrick Michel, Mort d'un prêtre : Affaire Popieluszko, autopsie d'une logique normalisatrice, Fayard, 1985.
  • La Force ou la Raison, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 1989, 308 p.
  • (codirection), Cet Étrange Postcommunisme. Rupture et Transitions en Europe centrale et orientale, Presses du CNRS/La Découverte, 1992.
  • Vie et Mort du bloc soviétique, Casterman, 1997, rééd. 2007.
  • avec Jean-Charles Szurek, La Grande Conversion. Le destin des communistes en Europe de l'Est, Éditions du Seuil, coll. « L'épreuve des faits », 1999, 311 p.
  • « La société postcommuniste : théories et données sociologiques », dans Dominique Colas (sous la dir. de) L'Europe Postcommuniste, Presses universitaires de France, 2002.
  • avec Maxime Forest (dir.), Post-communisme : les sciences sociales à l'épreuve, L'Harmattan, coll. « Pays de l'Est », 2004, 208 p.
  • avec Laure Neumayer (dir.), L'Europe et ses passés douloureux, La Découverte, coll. « Recherches », 2007, 268 p.
  • avec Marc Lazar et Mariusz Sielski (dir.), 1956, une date européenne, Société historique et littéraire polonaise / Les éditions noir sur blanc, 2010.
  • avec Pascal Bonnard (dir.), Le passé au présent. Gisements mémoriels et actions historicisantes en Europe centrale et orientale, Michel Houdiard éditeur, 2011, 324 p.
  • avec Laure Neumayer (dir.), History, Memory and Politics in Central and Eastern Europe, Memory Games, Palgrave, Macmillan, 2013, 270 p.
  • La Pologne au cœur de l'Europe. De 1914 à aujourd'hui, histoire politique et conflits de mémoire., Buchet Chastel, 2015, 670 p (ISBN 978-2-283-02901-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Collège d'Europe - Georges Mink », sur whoswho.coleurope.eu (consulté le 27 décembre 2015)
  2. « Bibliothèque Polonaise à Paris », sur www.bibliotheque-polonaise-paris-shlp.fr (consulté le 27 décembre 2015)
  3. http://whoswho.coleurope.eu/w/Georges.Mink
  4. Voir aussi « Europe : désunion mémorielle », Libération, 29 août 2007.
  5. a et b http://www.isp.cnrs.fr/equipe/mink.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]