Vindolanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vindolanda
Vue générale du fort à partir d'une colline proche, au nord-est
Vue générale du fort à partir d'une colline proche, au nord-est
Localisation
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Coordonnées 54° 59′ 25″ nord, 2° 22′ 02″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Vindolanda
Vindolanda

Vindolanda, aussi appelé le fort romain de Chesterholm, est un camp construit dans la province romaine de Britannia, situé au Royaume-Uni, dans le nord de l’Angleterre, à proximité du mur d’Hadrien et sur le tracé de la Stanegate. De nombreuses tablettes de bois, écrites par des soldats romains en garnison au IIe siècle y ont été retrouvées.

Niché parmi des exploitations ovines, le site est aujourd'hui en ruine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce fort, d'environ 3 hectares à partir de 95, est d'une importance stratégique pour les Romains. Abritant une garnison de 600 soldats auxiliaires (détachement de la quatrième cohorte des Gaulois), il marque l'extrémité nord de leur empire, près de la frontière écossaise, au sud du Mur d'Hadrien. Il a pour objectif de protéger la frontière nord de la province romaine de Bretagne des attaques des tribus écossaises.

En 2010, les archéologues découvrent le corps d'une fillette âgée de 8 à 10 ans, enterré sous le plancher d'un baraquement[1]. Il semble que la victime morte il y a 1 800 ans ait été ligotée et violemment frappée à la tête. Enterrer des corps dans l’enceinte d’un fort était strictement interdit à l’époque romaine, ce qui laisse supposer aux archéologues que l’enfant a été tuée clandestinement et son corps, enterré à la hâte pour ne pas éveiller les soupçons. Une hypothèse est qu'il s'agisse « d’une esclave ayant fait les frais d’une quelconque rivalité entre officiers : à l’époque, supprimer un esclave équivalait à porter atteinte à la propriété privée de son maître »[2].

Description[modifier | modifier le code]

Tous les camps romains sont construits sur le même modèle : de longs baraquements rectangulaires divisés en dix chambrées, accueillant huit soldats chacune. Toute une centurie loge dans un baraquement, constitué d'une succession de doubles-pièces. La première sert de vestiaire aux soldats pour entreposer leurs armes et autres effets personnels encombrants. La deuxième est la chambrée proprement dite, avec une cheminée et des châlits superposés pour coucher les huit hommes du contubernium, placés sous la surveillance d'un chef de chambrée[3]. Chaque chambrée se compose d'une chambre précédée d'une antichambre au sol de terre battue. Un vicus est directement accolé au camp et entretient des relations étroites avec celui-ci[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Northumberland Roman fort's child murder mystery », sur bbc.com, .
  2. Maxime Lambert, « Empire romain : un meurtre vieux de 1.800 ans interpelle les archéologues », sur maxisciences.com, .
  3. François Gilbert, Le soldat romain : à la fin de la République et sous le Haut Empire, Errance, , p. 87.
  4. (en) Robin Birley, Vindolanda: Everyday Life on Rome's Northern Frontier, Amberley Publishing Limited, , p. 67.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]