Tour Magne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Rome antique image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant les monuments historiques français
Cet article est une ébauche concernant la Rome antique, l’architecture ou l’urbanisme et les monuments historiques français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tour Magne
281 Tour Magne NIM 1008.jpg

La tour Magne

Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Chemin de la Tour MagneVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

La tour Magne est un monument gallo-romain situé à Nîmes, dans le Gard. Plus imposant vestige de la très longue enceinte romaine de Nîmes, elle domine les jardins de la Fontaine sur le mont Cavalier.

Historique[modifier | modifier le code]

La tour Magne est un édifice pré-romain transformé à l'époque d'Auguste[1].

La tour est aujourd'hui gérée en délégation de service public par la société Culturespaces. Elle est principalement accessible par les jardins de la Fontaine. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Haute de 18 m à la fin du IIIe siècle av. J.-C., puis de 36 m de haut à l'époque romaine, la tour ne mesure plus aujourd'hui que 32,50 m. Thomas Platter la voit déjà évidée en 1596.

Elle est composée d'un soubassement octogonal, dont l'irrégularité s'explique par la forme de la tour en pierre sèche qu'elle englobait. Cette dernière peut encore être vue à l'intérieur de la tour, en négatif. Une rampe coudée, longue de 70 m, dont il subsiste le départ au sud et une partie de la dernière arche, conduisait au chemin de ronde qui parcourait ce premier étage. De là, on pouvait rejoindre celui de la courtine, qui se trouvait au même niveau, au nord et à l'ouest. Au-dessus de cet étage intégré à l'enceinte, la tour polygonale est totalement aveugle. L'accès à la terrasse, qui couronnait le tout à l'origine, se faisait ensuite par un escalier aménagé à l'intérieur de la tour. Les deux derniers niveaux étaient décorés l'un de pilastres toscans, l'autre, qui a presque entièrement disparu, de colonnes.

On a formulé de nombreuses hypothèses sur la destination primitive de la tour. À l'époque romaine, par sa structure intégrée à l'enceinte, elle pouvait jouer un rôle défensif et celui d'une tour de guet ou à signaux. En doublant sa hauteur, le pouvoir romain faisait aussi une démonstration de sa puissance.

Littérature[modifier | modifier le code]

Vers holorimes de Marc Monnier[modifier | modifier le code]

La tour Magne a été rendue célèbre par ces vers holorimes de Marc Monnier, souvent attribués à tort à Victor Hugo :

Gall, amant de la Reine, alla, tour magnanime,
Galamment de l'arène à la Tour Magne, à Nîmes.

Guitare de Victor Hugo[modifier | modifier le code]

Le monument est également cité dans le poème Guitare de Victor Hugo (repris par Georges Brassens sous le nom de Gastibelza (l'homme à la carabine)) :

Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,
Ma senora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
D’Antequera
Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne
Comme un hibou...—
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou !

(Les Rayons et les Ombres, XXII, 1840)

Poèmes à Lou de Guillaume Apollinaire[modifier | modifier le code]

En 1914, Guillaume Apollinaire alors en garnison à Nîmes écrit à sa bien-aimée, Louise de Coligny-Châtillon. Ces poèmes sont aujourd'hui regroupés dans le recueil Poèmes à Lou, dont voici un extrait mentionnant le monument :

La Tour Magne tournait sur sa colline laurée
Et dansait lentement lentement s'obombrait.
Et j'aime de t'y aimer cette Nîmes la Romaine,
Où les soldats français remplacent l'armée prétorienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Duby (dir.), Paul Albert Février, Michel Fixot, Christian Goudineau et Venceslas Kruta, Histoire de la France urbaine I : La Ville antique, Seuil, (ISBN 202005590-2), p. 161
  2. « Notice no PA00103155 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]