Andries Van den Abeele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Den Abeele.
Andries Van den Abeele
AndriesVanDenAbeeleMarkt(1).jpg
Andries Van den Abeele en 2010.
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (84 ans)
BrugesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Partis politiques
Site web
Distinctions
Archives conservées par
KADOC (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armes d'Andries Van den Abeele.svg
blason

Andries Van den Abeele, né à Bruges le , est un historien, homme politique belge et promoteur de la conservation du patrimoine architectural[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

André Maurice Jean Marie (Andries), baron Van den Abeele, a fait ses études primaires et secondaires au collège Saint-Louis à Bruges, au collège Saint-Joseph à Alost et au collège Saint-Jean-Berchmans à Bruxelles. Il est Candidat en Philosophie et Lettres des Facultés Notre-Dame de la Paix de Namur).

Ses premières activités en faveur du patrimoine se situent dans le cadre de l'association 'Marcus Gerards' fondée avec quelques amis en 1965, ayant pour but la conservation et la rénovation du patrimoine architectural à Bruges. Pendant de nombreuses années il en fut le secrétaire et en demeure le président.

Il est depuis 1980 membre de la Koninklijke Commissie Monumenten en Landschappen (Commission royale des monuments et sites pour la région flamande), en tant que vice-président, puis comme président[2].

Conseiller communal de Bruges du jusque fin 1982 (et à nouveau au début des années 1990), il fut échevin des finances et de la rénovation urbaine du Grand Bruges (1972-1977). Il parvint en 1976 à redresser les finances en difficulté de cette ville[3]. Il est connu pour ses activités en matière de rénovation urbaine. Il fut à l'origine du 'Plan de structure de la ville de Bruges' (premier en son genre en Belgique) et organisa l'achat et la rénovation par la ville de plusieurs centaines de maisons laissées à l'abandon dans la ville historique. Les initiatives brugeoises acquirent une renommée nationale, puis internationale. Sur les sujets de rénovation urbaine et de conservation de monuments, Van den Abeele a publié de nombreux articles et rapports. Il fut rapporteur, introducteur ou orateur à nombre de congrès et réunions tant en Belgique qu'à l'étranger.

Andries Van den Abeele est marié (1966) avec Mireille Morel. Ils ont trois enfants, Claire, Isabelle et Antoine et sept petits-enfants.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Concession de noblesse héréditaire et titre personnel de baron lui ont été accordés motu proprio le . Sa devise : Conservare ac procedere (« Conserver et aller de l’avant »).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Andries Van den Abeele en 1991

André Maurice Jean Marie a publié des livres et articles, parmi lesquels des écrits consacrés à la franc-maçonnerie, comprenant:

  • In Brugge onder de Acacia. De vrijmetselaarsloge ‘La Parfaite Égalité’ (1765-1774) en haar leden, Brugge, 1987, 384 blz.
  • Les enfants d'Hiram. Francs-maçons et franc-maçonnerie, Bruxelles, 1992, 320 p. (Egalement paru en néerlandais: De Kinderen van Hiram, Bruxelles, 1991 et 2011 (OCLC 32133700)).
  • La Réunion des Amis du Nord à Bruges, une résurrection manquée (1986)

Il a consacré un livre à son arrière-grand-père et son temps :

Ses autres publications (la plupart en néerlandais, mais également en français et anglais) incluent :

  • Structuurplan Brugge (1976) en collaboration avec plusieurs auteurs
  • Structuurplan Brugge, drie jaar later. Voorlopige conclusies en ervaringen (1976)
  • Bruges (Artis Historia) (1980) en collaboration avec Paul Van Leirsberghe. Publié également en néerlandais.
  • Het negentiende-eeuws Sint-Jan, een monument (1981)
  • Livre blanc du patrimoine culturel immobilier (1981) en collaboration avec plusieurs auteurs. Publié également en néerlandais.
  • Ik kom u te vragen een uytsteekbart (1983)
  • Van achter de wilgen, delen 1 tot en met 7 (1986-1992)
  • Brugge mort (1990)
  • Makelaars en handelaars (1992), en collaboration avec Christophe Catry
  • Bruges, ville aux cent visages (1994) en collaboration avec Hugo Maertens et Frans Verleyen. Publié également en néerlandais et anglais. (OCLC 41070220)
  • Jardins et coins secrets de Bruges (1998) en collaboration avec Hugo Maertens. Publié également en néerlandais et anglais. (OCLC 55749380)
  • Het ridderlijk gezelschap van de Witte Beer (2000)
  • Epitaaf voor Dirk De Witte (2002)
  • Joseph François Marie Justin comte de Viry, un parcours européen (2005)
  • De Balie van Brugge. Geschiedenis van de Orde van advocaten in het gerechtelijk arrondissement Brugge (1810-1950, (2009)

Il a en outre publié des articles et études dans e.a. Les Annales de la Société d'Emulation de Bruges, Biekorf, Brugs Ommeland, Vlaamse Stam, Wetenschappelijke Tijdingen, Tijdschrift voor nieuwste geschiedenis, De Leiegouw.

Divers[modifier | modifier le code]

Dans la série d'articles Stad in oorlog: zeven steden, zeven verhalen de l'hebdomadaire Knack, Andries Van den Abeele a relaté sa jeunesse passée lors de l'occupation de Brugge par les Allemands entre 1940 et 1944[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Ik heb zelfs een privésecretaris, article paru dans le quotidien De Tijd, . Lire en ligne.
  2. (nl) Koninklijke Commissie voor Monumenten en Landschappen
  3. (nl) [Gemeenteblad van de stad Brugge, 1971-1978]
  4. Ann Peuteman, Brugge in oorlog: het verhaal van Andries Van den Abeele, article paru dans l'hebdomadaire Knack, . Lire en ligne.