Athénée royal Isabelle Gatti de Gamond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Athénée royal Isabelle Gatti de Gamond
logo
Généralités
Création 1864
Fondatrice Isabelle Gatti de Gamond
Pays Belgique
Coordonnées 50° 51′ nord, 4° 21′ est
Adresse Rue du Marais, 65
1000 Bruxelles
Site internet www.argattidegamond.be
Cadre éducatif
Réseau Enseignement officiel organisé par la Communauté française de Belgique (Wallonie Bruxelles Enseignement)
Population scolaire Section fondamentale: 450 (2017)

Section secondaire: 562 (2017)

Enseignants Section fondamentale: 36 (2017)

Section secondaire: 67 (2017)

Localisation

L’Athénée royal Isabelle Gatti de Gamond est un établissement d'enseignement fondamental et secondaire situé à Bruxelles. Fondée par Isabelle Gatti de Gamond en 1864, l'école fut la première institution d'enseignement non-confessionnel pour filles de Belgique.

Isabelle Gatti de Gamond par Alfred Cluysenaar, Bruxelles, 1889 (Musée d'histoire de la ville de Bruxelles)

Historique[modifier | modifier le code]

Inaugurée le 3 octobre 1864 sous le nom de ‘Cours supérieur d'éducation pour jeunes filles', l’école étendit son offre d’enseignement tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle : création d’un jardin d’enfants (1879), d’une ‘section normale’ formant les futures régentes (1880) et d’une section préparatoire à l’enseignement universitaire (1894)[1],[2],[3],[4]. L’école devint la première école moyenne officielle pour filles de Belgique[5] et plus tard, le premier lycée pour filles de la capitale belge. Elle fut baptisée ‘Lycée royal Gatti de Gamond’ en 1948 et prit sa dénomination actuelle avec l’ouverture à la mixité en 1976[6].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Historique des implantations[modifier | modifier le code]

  • 1864: fondation de l'école dans un hôtel de maître situé au 68, rue du Marais (Bruxelles)[1] ;
  • 1866: agrandissement de l'école par l'acquisition de la maison voisine (66, rue du Marais)[1];
  • 1917 : suite à la fermeture de l’école durant la première guerre mondiale, des cours clandestins sont organisés dans des locaux de la rue des Sols (Bruxelles) [5];
  • 1926 : déménagement de la 'section normale' à la rue de Berkendael (Forest) ;
  • 1962: installation provisoire dans des bâtiments des rues Montagne de l’Oratoire et de Ligne (Bruxelles) ;
  • 1976: retour aux sources avec la construction des bâtiments actuels de la rue du Marais[6],[7].

Campus actuels[modifier | modifier le code]

Les locaux de l'athénée sont répartis sur deux sites:

  • Section fondamentale: rue du Canon, 9 à 1000 Bruxelles;
  • Section secondaire : rue du Marais, 65 à 1000 Bruxelles;

L'école est, depuis la fermeture de l'Athénée royal de Bruxelles (2002), le seul athénée de l'enseignement officiel organisé par la Communauté Française situé dans le cœur historique de Bruxelles (Pentagone)[8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La section secondaire de l'athénée propose un enseignement général et technique de qualification[8] :

  • Options de l'enseignement général: latin, sciences, sciences économiques, sciences sociales et langues modernes.
  • Options de l'enseignement technique de qualification: tourisme, comptabilité et gestion.

Alumni[modifier | modifier le code]

Anciens chefs d'établissement[modifier | modifier le code]

Isabelle Gatti de Gamond (1864-1899), Cornélie Nourry (1899-1902), Lilla Monod (1902-1919), Germaine Collaer-Feytmans (1919-1926), Juliette Orban (1926), Juliette Daco-Wéry (1926-1944), Angèle Ramoisy (1944-1958), Hélène Andries-Leva (1958-1977), Betty Wéry-Hofman (1977-1978), René Pira (1978), Rose Delmez (1978-1979), Olga Bosschaert (1978-1980), Pierre Willemart (1980-1989), Andrée Depauw (1990), Jean-Pierre Goman (1990), Bernadette Genotte (1991-2004), Nicole Antoine (2004-2009); Hugues Thiry (2009-2010); André Charneux (2010-2013), Bertrand Wilquet (2013-2014), Pascal Hallemans (2015-2016) et Bertrand Wilquet (2017-).

Anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Les élèves de l'actuel athénée royal Isabelle Gatti de Gamond défilant devant le roi Léopold II, Bruxelles, 23 août 1878. La quatrième élève en partant de la gauche est Marie Janson (Jan Verhas, La revue des écoles, Bruxelles, 1880, Musée royaux des Beaux-Arts, Bruxelles)

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Le premier bâtiment de l'athénée royal Gatti de Gamond (rue du Marais, 68 à Bruxelles)

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Excursion à l'aérodrome (juin 1919)

L'implantation A de la section fondamentale et la section secondaire sont situées à proximité des gares ferroviaires de Bruxelles-Nord et Bruxelles-Congrès, ainsi que des stations suivantes:

L'implantation B de la section fondamentale est située à proximité des stations de métro Gare de l'Ouest et Jacques Brel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Bartier, Lucien Cooremans, Un siècle d'enseignement féminin: le lycée royal Gatti de Gamond et sa fondatrice, Malvaux, Bruxelles, 1964
  • B. J. Baudart, Isabelle Gatti de Gamond et l'origine de l'enseignement secondaire des jeunes filles en Belgique, Castaigne, Bruxelles, 1949
  • Pol Defosse, "Isabelle Gatti de Gamond", notice en ligne sur http://ligue-enseignement.be, consultation en mai 2017
  • Eliane Gubin, Valérie Piette, Isabelle Gatti de Gamond, 1839-1905: La passion d'enseigner, Gief, ULB, Bruxelles, 2004
  • Denise Karnaouch, "Féminisme et laïcité. 1848-1914", article en ligne sur http://www.archivesdufeminisme.fr, décembre 2005, consultation en mai 2017
  • Sharon Larson, "A New Model of Femininty: Marguerite Coppin, Decadent Fiction and Belgian Girls' Education", in Dix Neuf, vol. 20, 2016
  • Sylvie Lausberg, "Mémoire d'émail: Isabelle Gatti de Gamond (III). La franc-maçonne qui fit trembler la Belgique de Papa", in Le Soir, Bruxelles, 24 juillet 1998, article en ligne sur http://archives.lesoir.be, consultation en mai 2017
  • Anne Morelli, "Une école qui inspire... Le lycée Gatti de Gamond dans le roman", in Hervé Hasquin, Andrée Meyer, Libre pensée et pensée libre: combats et débats, Éditions de l'Université libre de Bruxelles, Bruxelles, 1996, p. 173-188
  • Anne Morelli, "Isabelle Gatti de Gamond hors du féminisme bourgeois", in Sextant, vol. 1, Bruxelles, hiver 1993, pp.  57-73
  • Anne Morelli, "Isabelle Gatti de Gamond: socialiste et féministe", Discours prononcé lors d'une séances académique en l'hôtel de ville de Bruxelles, Bruxelles, 29 novembre 1989
  • Valérie Piette, "Isabelle Gatti de Gamond ou l'égalité pour tous et toutes: de l'enseignement au socialisme et à la libre-pensée", Discours prononcé lors d'une séances académique en l'hôtel de ville de Bruxelles pour les 150 ans de l'Athénée Royal Gatti de Gamond, Bruxelles, 3 octobres 2014
  • Pierre Van den Dungen, "Parcours singuliers de femmes en lettres : Marie Closset, Blanche Rousseau et Marie Gaspar. Des cours d’éducation d’Isabelle Gatti de Gamond à quelques expériences éducatives buissonnières", in Sextant, vol. 13, Bruxelles, 2000, p. 189-209
  • Kaat Wills, "Science, an Ally of Feminism? Isabelle Gatti de Gamond on Women and Science", in Revue belge de philologie et d'histoire; vol. 77, Bruxelles, 1977
  • "Isabelle Gatti de Gamond et l'origine de l'enseignement secondaire des jeunes filles en Belgique", notice en ligne sur le site http://www.bibliomania.be, consultation en mai 2017

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Eliane Gubin, Valérie Piette, Isabelle Gatti de Gamond, 1839-1905. La passion d'enseigner, Bruxelles, Gief, ULB, , p. 43,53
  2. John Bartier, Lucien Cooremans, Un siècle d'enseignement féminin: le lycée royal Gatti de Gamond et sa fondatrice, Bruxelles, Malvaux,
  3. « Isabelle Gatti de Gamond », sur www.bibliomania.be,
  4. « Isabelle Gatti de Gamond », sur www.ligue-enseignement.be (consulté le 16 mai 2017)
  5. a et b Gatti de Gamond, Athénée Isabelle, dans : Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles, Collection Dictionnaires, Éditions Prosopon, Bruxelles, 2013
  6. a et b Le Patrimoine monumental de la Belgique: Bruxelles, Volume 1, Bruxelles, Mardaga, , p. 386
  7. Eliane Gubin, Valérie Piette, Isabelle Gatti de Gamond, 1839-1905: La passion d'enseigner, Bruxelles, Gief, ULB,
  8. a et b « Sections », sur www.argattidegamond.be (consulté le 16 mai 2017)
  9. Jean Bloch, Didier Devillez, Epreuves et combats 1940-1945 : histoires d'hommes et de femmes issus de la collectivité juive de Belgique, Bruxelles, Institut d'études du judaïsme, , 328 p.