Judith Cladel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Judith Cladel
Marcelle Tinayre, Grand Prix Flaubert, 1923.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père

Judith-Jeanne Cladel, née à Paris le et morte dans la même ville le , est une femme de lettres, romancière, biographe, critique et dramaturge française.

Elle est la fille de l'écrivain Léon Cladel (1835-1892).

Biographie[modifier | modifier le code]

Judith Cladel (au premier rang, à droite), membre du jury du grand prix Flaubert de littérature en 1923 chez Marcelle Tinayre (au centre).

Née à Paris, Judith Cladel fut membre du jury du prix Femina de 1916 à 1958[1].

Elle entre en littérature très jeune, poussée par son père, le romancier Léon Cladel et par sa mère, la musicienne Julia Mullem, sœur du journaliste Louis Mullem. Sa sœur Esther Cladel, épouse de Jean Rolin, directeur de la bibliothèque du ministère de la Justice, est la mère de la romancière Dominique Rolin. Son premier écrit notable est la pièce Le Volant montée au théâtre de l'Œuvre en 1895.

Un temps, elle se met en couple avec le militant socialiste belge Edmond Picard, un ami proche de son père, et de cinquante ans son aîné[2],[3]. Judith Cladel veille tout au long de sa vie à entretenir la mémoire de son père : elle est l'auteur de deux ouvrages biographiques sur Léon Cladel.

Elle est aussi la biographe d'Auguste Rodin : Rodin, sa vie glorieuse, sa vie inconnue (1936) fit autorité pendant un demi-siècle. En 1916, elle joue un rôle clé dans la fondation du musée Rodin[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Volant : pièce en trois actes, Paris, Alphonse Lemerre, 1895.
  • Les Confessions d’une amante, Paris, Mercure de France, 1905.
  • La Vie de Léon Cladel, Paris, Alphonse Lemerre, 1905.
  • Auguste Rodin, l'homme et l'œuvre, Bruxelles, Librairie nationale d'art et d'histoire, 1908.
  • Mademoiselle de La Vallière, Editions d'art et de littérature, 1912.
  • Le Général Gallieni, Pref. de Gabriel Hanotaux, Paris, Librairie Militaire Berger-Levrault, 1916.
  • Rodin, sa vie glorieuse, sa vie inconnue, Paris, Éditions Bernard Grasset, 1936.
  • Aristide Maillol : sa vie, son œuvre, ses idées, Paris, Grasset, 1937.
  • Maître et discipline : Charles Baudelaire et Léon Cladel, Paris, Corrêa, 1951.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Une Académie de femmes ? » par Margot Irvine, in M. Irvine (dir.), Les réseaux des femmes de lettres au XIXe siècle, @nalyses, printemps-été 2008 - sur le site de l'université d'Ottawa.
  2. Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre, Edmond Picard : un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2013.
  3. Fabrice Van de Kerckhove (éd.), Edmond Picard - Léon Cladel. Lettres de France et de Belgique (1881-1889), Bruxelles, Archives et musée de la littérature, 2009, pages 318-322.
  4. (en) Ruth Butler, Rodin: The Shape of Genius, New Haven, Yale University Press, 1993, p. 465.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Arène, Jean-Bernard Passeriau, Jules Claretie, Alphonse Daudet, Charles Delon, Hector France, Camille Lemonnier, Lugol, Catulle Mendès, Louis Mullem, Henri Passeriau, Edmond Picard, Émile Pouvillon, Marie Sever des Moulins, Armand Silvestre, Maurice Talmeyr, Le Livre de Pochi écrit pour Judith Cladel et ses petites amies, Éd. Monnier, M. de Brunhoff et Cie, Paris, 1886.
  • Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre, « Notre grande aînée » : Dominique Rolin et Judith Cladel », Francofonia : Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, no. 68, Primavera, 2015, p. 15-37.
  • Margot Irvine, « Une génération de transition : Judith Cladel, femme de lettres (1873-1958) », in Passées sous silence. Onze femmes écrivains à relire, Patrick Bergeron (dir.), Paris, Presses Universitaires de Valenciennes, 2015, p. 59-74.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]