Iwan Gilkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Iwan Gilkin
IwanGilkin.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Parentèle
Maurice de Waleffe (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction
Grave of Iwan Gilkin.jpg
Vue de la sépulture.

Florimond Jean François Gilkin dit Iwan Gilkin, né le à Bruxelles[1] et mort dans la même ville le , est un écrivain et poète belge d'expression française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu catholique aisé, Iwan Gilkin fait ses études de droit à Louvain. Après avoir fait un stage au palais de justice de Bruxelles, il quitte le barreau pour le journalisme et la littérature[1].

Parnassien, tenant de l'art pour l'art, le climat paroxystique et sulfureux de son principal recueil, La nuit (1897), "pèlerinage lyrique de l'enfer", doit beaucoup à Baudelaire mais surtout à Lautréamont que les poètes de La Jeune Belgique avaient découvert en 1885. Il a également publié Prométhée (1899) et Le cerisier fleuri (1899) ainsi que des drames historico-philosophiques (Savonarole ; Egmont).

Cofondateur de La Jeune Belgique qu'il dirigea à la suite de Valère Gille de 1891 à 1897, il fut élu membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1920.

Iwan Gilkin était, par son épouse née Cartuyvels, le beau-frère du journaliste et écrivain Maurice de Waleffe.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La Damnation de l'artiste (1890)
  • Ténèbres (1892)
  • Stances dorées (1893)
  • La Nuit (1893), recueil de poèmes reprenant ceux de La Damnation de l'artiste (hormis Confarreatio), et ceux de Ténèbres auxquels il adjoindra 54 poèmes originellement parus, pour la plupart, dans La Jeune Belgique. Les Stances dorées ne sont pas incluses dans La Nuit.
  • Prométhée (1899)
  • Le Cerisier fleuri (1899)
  • Jonas (1900)
  • Savonarole (1906)
  • Étudiants russes (1906)
  • Le Sphinx (1907)
  • Le Roi Cophétua (1919)
  • Egmont (1926)
  • Les Pieds d'argile (1921)

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gérard Walch - Anthologie des poètes français contemporains, tome 3
  2. http://www.academie-francaise.fr/prix-archon-desperouses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]