Droits LGBT en Palestine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
LocationPalestine.png

Les personnes lesbiennes, gay, bisexuelles et transgenre (LGBT) de Palestine sont reconnues de manière différentes selon qu'elles sont en Cisjordanie ou dans la Bande de Gaza.

L'homosexualité dans la loi[modifier | modifier le code]

En Cisjordanie[modifier | modifier le code]

Sous la Palestine mandataire (Palestine sous mandat britannique), une ordonnance du Code criminel no 74 de 1936, section 152(2) criminalise l'homosexualité de 10 ans de prison[1].

À la fin du mandat britannique, la Cisjordanie a abandonné progressivement les lois qui étaient alors en vigueur, cette section et toute référence à une interdiction de l'homosexualité ont disparu[1]. Néanmoins, l'Autorité palestinienne n'a jamais légiféré précisément sur ce sujet.

Malgré la légalité de l'homosexualité en Cisjordanie, il n'y a aucune reconnaissance des droits LGBT et ceux-ci sont victimes de violences[2].

Dans la Bande de Gaza[modifier | modifier le code]

La Bande de Gaza a connu la même interdiction que la Cisjordanie, étant également partie de la Palestine mandataire. Néanmoins, après le retrait britannique, la section 152(2) du Code criminel no 74 de 1936 est toujours resté en application, faisant que les homosexuels de ce territoire peuvent toujours être poursuivis pour homosexualité[1].

Reconnaissance et droits des personnes LGBT[modifier | modifier le code]

En Palestine, il n'existe aucune reconnaissance légale de l'homosexualité, le partenariat domestique ou union civile n'existent pas.

Asile pour motif d'homosexualité[modifier | modifier le code]

En janvier 2010, un Palestinien a demandé le droit d'asile en Israël suite aux persécutions qu'il subissait. Alors qu'il était en situation irrégulière sur le territoire israélien et devait être reconduit en Palestine, la Cour suprême d'Israël a ordonné le droit d'asile pour cette personne du fait que « sa vie risque d'être en danger en Palestine du fait de son homosexualité »[3].

Médias et références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Drifting (1983): Premier film israélien à traiter des questions LGBT. Le héros du film réunit deux hommes palestiniens à la recherche de l'amour[4].
  • The Bubble (2006): deux hommes, un Israélien et un Palestinien tombent amoureux.
  • Alata (2012) : une histoire d'amour gay entre un avocat israélien et un étudiant en psychologie palestinien.

Références[modifier | modifier le code]