Droits LGBT au Yémen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'homosexualité est illégale au Yémen, en accord avec le système légal de la charia en vigueur dans ce pays.

Les peines vont de la flagellation à la mort. Le Yémen est l'un des sept pays qui applique la peine de mort pour des relations sexuelles consenties entre adultes de même sexe[1].

En termes de droits humains, les forces de sécurité ont été responsables de torture, de traitements inhumains et même d'exécutions extrajudiciaires[2]. D'après l'ambassade du Yémen, depuis quelques années les choses se sont améliorées, depuis que le gouvernement a signé plusieurs traités internationaux sur des droits humains, et a même nommé une femme, Wahiba Fara’a, comme secrétaire d'État aux droits de l'homme[3]. D'autres sources maintiennent que beaucoup de problèmes persistent, comme les abus contre les droits des femmes, la liberté de la presse, la torture et les brutalités policières[4]. Comme les libertés d'expression et de religion sont restreintes[2], les sites internet gays et lesbiens sont bloqués par le gouvernement[5].

En 2007, il n'y avait toujours pas d'espace public ou semi-public pour les homosexuels comme dans d'autres pays[6]. La position officielle est qu'il n'y a pas d'homosexuels au Yémen, bien que la loi yémenite qui condamne à des peines sévères pour les relations homosexuelles reconnaisse son existence[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « World Day against Death Penalty: 7 countries still put people to death for same-sex acts », sur ilga.org.
  2. a et b (en) « Derechos: Human Rights in Yemen. », sur derechos.org (consulté le 19 novembre 2019).
  3. (en) « Human Rights and Women's issues », sur yemenembassy.org.
  4. (en) « Human Rights Watch World Report 2001: Yemen: Human Rights Developments », sur hrw.org (consulté le 19 novembre 2019).
  5. (en) « Study: 25 countries block Web sites, including those with gay content », sur advocate.com.
  6. a et b (en) « And then there was Yemen », sur advocateinsider.com, .