Don Camillo et ses contestataires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Don Camillo et ses contestataires
Titre original Don Camillo e i giovani d'oggi
Réalisation Christian-Jaque
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée film inachevé


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Don Camillo et ses contestataires[réf. nécessaire] (en italien Don Camillo e i giovani d'oggi) est un film franco-italien réalisé par Christian-Jaque.

Sixième opus de la série de films centrés sur le personnage de Don Camillo, il est mis en chantier durant l'été 1970 mais interrompu au bout de quelques semaines du fait de la maladie de Fernandel[1], interprète du personnage principal, pour être repris par une nouvelle équipe.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1970 : dans le pays de Peppone et de Don Camillo, les choses ont bien changé. Tout d'abord, une nouvelle pharmacienne est arrivée, Jole Bognoni, dont le mari est lui aussi pharmacien, tous les deux sont communistes. Les deux rivaux historiques ont cependant bien d'autres problèmes. Le fils de Peppone porte les cheveux longs, selon la mode, il est surnommé Veleno et c'est le chef des « Capelloni » de la Basse vallée du Po. Don Camillo a aussi une nièce, la jeune Caterina, marseillaise et rebelle, qui se fait appeler Cat, diminutif de Caterpillar. Caterina est fiancée avec Ringo, chef de bande des Scorpions de la ville, rivaux de Veleno. Elle est envoyée en Italie, dans la paroisse de Don Camillo, par sa mère pour être rééduquée. S'ensuivent alors bien des péripéties.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre italien : Don Camillo e i giovani d'oggi ; Don Camillo, Peppone e i giovani d'oggi (titre alternatif)
  • Titre français : Don Camillo et ses contestataires[réf. nécessaire] ; Don Camillo et les Contestataires (titre alternatif)
  • Réalisation : Christian-Jaque
  • Scénario : Léo Benvenutti, Piero De Bernardi et Bernard Revon d'après les personnages de Giovannino Guareschi
  • Sociétés de production : Rizzoli Film, Cité Films, Francoriz Production
  • Pays d'origine : Drapeau de l'Italie Italie / Drapeau de la France France
  • Langue originale : Italien
  • Format : couleurs - 35 mm - son mono
  • Date de tournage : 13 juillet au 12 août 1970 en Italie et pas continue[2]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le 13 juillet 1970 en Italie[3]. Le 31 juillet, Fernandel tourne une scène du film sur la place de l'église, il règne une chaleur étouffante et il est en sueur, puis il prend froid. Le médecin diagnostique une pleurésie. Le tournage doit être interrompu. Fernandel rentre à Marseille dans sa propriété des « Mille Fleurs » et poursuit sa convalescence. On lui cache la gravité de sa maladie : il a un cancer.

En septembre 1970, répondant à une interview, il déclare vouloir reprendre le tournage en mars ou avril 1971 : « Je serai sans doute en état de reprendre mon rôle bien avant, mais cela ne sera pas possible parce que nous avons commencé le film en extérieurs au mois de juillet. Je ne vous apprendrai pas qu'à cette époque les arbres sont chargés de feuilles qui commencent maintenant à tomber. Nous sommes ainsi obligés d'attendre le retour du printemps. »[4].

Dans sa dernière interview, le 15 octobre 1970 par Jean-Paul Seligmann, Fernandel déclare qu'il ne lui « reste que 35 minutes (de tournage) pour terminer le film ». Il ignore alors que la compagnie d'assurance chargée du film l'a évincé et déjà remplacé par l'acteur Gastone Moschin. Gino Cervi et le réalisateur Christian-Jaque, pour qui « un Don Camillo sans Fernandel n'a pas de raison d'être » abandonnent le tournage[5] qui est repris par Mario Camerini, Lionel Stander remplaçant à son tour Gino Cervi.

Fernandel meurt le 26 février 1971[6]. Don Camillo et les Contestataires sort en 1972 et ne connaîtra pas le succès des précédents films.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [vidéo] INA Stars, « Dernière interview de Fernandel par Jean-Paul Seligmann le 15 octobre 1970 » sur YouTube.
  2. D'après le contenu spécial du DVD Le petit monde de don Camillo, sur le tournage de Don Camillo et ses contestataires lors d'une des dernières interviews de Fernandel le 1er août 1970, il a prononcé des mots précis : « nous devrions terminer le 15 septembre si tout va bien... si tout va bien dans le film »
  3. Lors d'une des dernières interviews de Fernandel le 1er août 1970, reprise dans le documentaire Sur le tournage de Don Camillo et ses contestataires du DVD Le Petit Monde de don Camillo, l'acteur indique que « nous devrions terminer le 15 septembre si tout va bien... si tout va bien dans le film ».
  4. J.-C. Verots, « Terrassé par un courant d'air, Fernandel a été guéri par la bouillabaisse », Télé 7 Jours no 543, 19-25 septembre 1970, pages 30-31.
  5. « Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de Le Retour de Don Camillo et de son tournage » sur allocine.fr.
  6. Olivier Petit, « Fernandel, Don Camillo : le jour où ses proches lui ont caché la véritable nature de sa maladie », telestar.fr, 18 juillet 2016.

Lien externe[modifier | modifier le code]