Barbe-Bleue (film, 1951)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbe-Bleue (homonymie).
Barbe-Bleue
Réalisation Christian-Jaque
Scénario André-Paul Antoine
d'après l'œuvre de
Charles Perrault
Acteurs principaux
Sociétés de production Alcina
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre Comédie dramatique
Durée 99 minutes (h 39)
Sortie 1951

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Barbe-Bleue est un film franco-germano-suisse réalisé par Christian-Jaque, sorti en 1951.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le comte Amédée de Salfère, dit Barbe-Bleue,et qui se dit veuf pour la sixième fois, se met en quête de sa septième femme. Les filles à marier redoutent le châtelain en raison de sa réputation de tyran et d'assassin. Toutefois Aline, la fille de l'aubergiste, n'éprouve pas une telle crainte à l'égard de Barbe-Bleue : afin de la rencontrer, elle prend la place de la fille d'un chevalier qui a été invitée au bal donné par le comte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film est conforme au conte de Charles Perrault, mais détourné. Il s'avère que dans la pièce où Aline accède grâce à la fameuse clé, et où elle devrait trouver les corps des six premières femmes, ces femmes sont bien vivantes ! La "clé fée" n'est plus tachée du sang des femmes assassinées du conte, mais de celui d'une blessure à la main droite d'Aline. Avec un certain humour , le comte Amedée qui se voulait fidèle à la réputation de Barbe-Bleue et qui avait dit que ses premières femmes étaient mortes, se révèle en fait beaucoup moins cruel que le Barbe-Bleue de Perrault[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]