Fanfan la Tulipe (film, 1952)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fanfan la Tulipe.
Fanfan la Tulipe
Réalisation Christian-Jaque
Scénario René Wheeler
René Fallet
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Ariane
Filsonor
Les Films Amato
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film d'aventures
Durée 102 minutes
Sortie 1952

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fanfan la Tulipe est un film français réalisé par Christian-Jaque, sorti en 1952.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'action se passe pendant la Guerre de sept ans. Pour échapper au mariage avec une fille de paysans auquel on veut le contraindre, Fanfan s'engage dans l'armée française, après qu'Adeline, une prétendue diseuse de bonne aventure, lui a prédit une brillante carrière, et même son mariage avec la fille du roi Louis XV de France.

Mais une fois que Fanfan a signé son engagement, il se rend compte qu'Adeline est la fille du sergent-recruteur La Franchise et qu'elle a déjà pris au piège d'autres hommes avec de fausses prédictions. Fanfan se jure tout de même qu'il accomplira la prédiction. Il sauve la vie de madame de Pompadour, la maîtresse du roi et de madame Henriette la fille du roi, attaquées par des voleurs de grand chemin après un accident. En remerciement, il reçoit de madame de Pompadour une broche en forme de tulipe et en tire le surnom de « Fanfan la Tulipe ».

Quand un peu plus tard il veut rendre visite à Henriette et pénétrer dans son château, il est arrêté et condamné à mort. Adeline arrive à le sauver en demandant elle-même sa grâce à Louis XV qui voudrait ses faveurs en contrepartie. Elle refuse ses avances et se cache dans un couvent. Lebel le valet du roi découvre sa retraite et part l'y chercher. Fanfan ainsi que l'ami de celui-ci se lancent à sa poursuite. Ce qui fait qu'ils tombent par hasard au beau milieu du quartier général ennemi et arrivent à capturer les généraux adverses. C'est la victoire. En remerciement, Fanfan est fait capitaine et reçoit le droit d'épouser Adeline que le roi lui présente alors comme sa "fille adoptive".

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Les extérieurs ont été réalisés pour la plus grande partie à Grasse, notamment au quartier de la Paoute (domaine St Donat) ainsi qu'au château de Maintenon et à Sospel[2].
  • Premier film français à avoir été doublé en chinois.[réf. nécessaire]
  • Il a attiré lors de sa sortie en salles 6,73 millions de spectateurs[3] alors que la reprise de Gérard Krawczyk n'en a attiré qu'à peine un peu plus de 1.2 million[4].
  • Le film a été adapté en bande dessinée sous le même titre par le scénariste Jean Prado et le dessinateur Étienne Le Rallic dans l'hebdomadaire français L'Intrépide d'avril 1952 à avril 1956[5].
  • En 1980, à la demande de producteurs français, une première reprise du film prévoit Patrick Dewaere dans le rôle principal. Claude Miller est choisi pour le réaliser et Luc Béraud doit en être le coscénariste mais le film n'est finalement pas produit[6].
  • Le film est ressorti en DVD en 2000 chez René Chateau Vidéo, offrant sur une face la version originale et sur l'autre la version colorisée numériquement. La colorisation a été supervisée par Sophie Juin, des Films Ariane
  • En 2003, Gérard Krawczyk a sorti une reprise de ce film avec Vincent Pérez et Penélope Cruz dans les deux rôles principaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fanfan la Tulipe », sur festival-cannes (consulté le 17 février 2016)
  2. Anne Philipe, Claude Roy, Gérard Philipe, Gallimard, 1960, p. 287-288
  3. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=9619
  4. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=1432
  5. Patrick Gaumer, « Fanfan la Tulipe », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, (ISBN 9782035843319), p. 311.
  6. Christophe Carrière, Patrick Dewaere : Une vie, op. cit., p.44