Giovannino Guareschi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant italien image illustrant un journaliste
image illustrant italien image illustrant un scénariste
Cet article est une ébauche concernant un écrivain italien, un journaliste italien et un scénariste.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Giovannino Guareschi

Giovannino Guareschi, ou Giovanni Guareschi[1], est un journaliste et romancier italien, né le dans le hameau de Fontanelle dans la commune de Roccabianca de la province de Parme, en Émilie-Romagne et mort à Cervia, près de Ravenne, le .

Il commence sa carrière comme journaliste, puis comme rédacteur, d'abord à l'hebdomadaire satirique Bertoldo puis à l'hebdomadaire humoristique Candido qu'il a fondé avec Giovanni Mosca (it). Après la création du personnage de Don Camillo, en 1948, il devient l'un des auteurs les plus lus dans le monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovannino Guareschi résume ainsi sa biographie : « Ma vie a commencé en 1908 et depuis, par la force des choses, elle a continué. »
Le 20 juillet 1968, une crise cardiaque met un terme à la carrière bien remplie de Giovanni Guareschi, écrivain célèbre et journaliste, après avoir été successivement étudiant en droit, portier, caricaturiste, puis professeur de mandoline. Durant la Seconde Guerre mondiale, il sera déporté en Pologne par les Allemands après l'armistice italien (8 septembre 1943).

« Derrière le petit monde de Don Camillo, déclare Guareschi, il y a ma maison, Parme, la plaine émilienne le long du Pô, où la passion politique s'exaspère, mais où le peuple pourtant demeure séduisant, généreux, hospitalier et plein d'humour. »

De simples personnages du terroir italien, sortis du cœur de Guareschi, vont très vite acquérir une dimension universelle. Les démêlés de Don Camillo, le curé non-conformiste, et de Peppone, le maire communiste, sont traduits dans plusieurs langues.

Il réalise également la seconde partie d'un film de montage documentaire, La Rage (La Rabbia), dont la première partie est de Pasolini. En effet le producteur Gastone Ferranti trouvait le film de Pasolini trop marqué à gauche et a eu l'idée de faire réaliser par Guareschi une réponse de droite. Pasolini est peu enchanté mais se fait à l'idée jusqu'à ce qu'il visionne la partie de Guareschi ; la jugeant raciste, colonialiste, anticommuniste et négationniste (il estimait que le procès de Nuremberg y était décrit comme une vengeance), il souhaita retirer sa signature pour en empêcher la diffusion[2].

En 1938, son nom apparaît dans une liste d'intellectuels et personnalités qui ont manifesté publiquement leur soutien aux lois raciales fascistes[3],[4]. Il n'est pas certain qu'il ait donné son accord à cette publication et la question reste controversée.

Il a été condamnée à plusieurs reprises pour diffamation à l'encontre des plus hautes autorités étatiques italiennes. Ainsi, il est condamné en 1950 pour outrage au Président de la République Luigi Einaudi, et en 1954 pour diffamation de l’ex Premier Ministre Alcide De Gasperi. Guareschi a été au total emprisonné pendant 409 jours pour ces faits. Il fait partie des rares journalistes italiens condamné à de la prison[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publiées de son vivant

  • 1951 : Le Petit Monde de Don Camillo (en italien : Don Camillo 1948),
  • 1953: Don Camillo et ses ouailles (en italien: Don Camillo ritorno 1951).
  • 1954 : Don Camillo et Peppone (Don Camillo e il suo gregge 1953),
  • 1963 : Don Camillo à Moscou (Il compagno Don Camillo),

Publiées à titre posthume

  • 1969 : Don Camillo et les contestataires (Don Camillo e i giovani d'oggi),
  • 1983 : Le Bas-pays de Don Camillo (Gente così (it), traduit de l'italien par Isabelle Rabourdin, Paris, Éditions du Seuil (ISBN 2-02-006511-8)
  • 1984 : Je t'absous, Don Camillo (Lo spumarino pallido (it)), traduit de l'italien par Isabelle Rabourdin, Paris, Éditions du Seuil (ISBN 2-02-006894-X).

Ces livres sur Don Camillo permettent de réaliser de nombreux films à succès avec Fernandel dans le rôle de Don Camillo et Gino Cervi dans celui de Peppone. Par ailleurs, il publie des livres humoristiques : Le Mari au collège, L'Extravagante Mademoiselle Troll, Une vie de famille, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Guareschi plaisantait toujours sur le fait qu'un homme imposant comme lui avait été baptisé "Giovannino" (petit Jean) » (« Guareschi scherzava sempre sul fatto che un omone come lui fosse stato battezzato come "Giovannino" »), (it) Biografia Giovanni Guareschi
  2. « http://www.pasolini.net/centroBO_INIZ_LaRabbiarestaurata_nov2007.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Centre d'études, archives de Pasolini auprès de la cinémathèque de Bologne
  3. ANPI (a cura di), « Perché pubblichiamo il primo numero della rivista "La difesa della razza". Eccolo l'antisemitismo fascista » [PDF],‎ (consulté le 10 juin 2009), p. 11-12
  4. Franco Cuomo, I Dieci. Chi erano gli scienziati italiani che firmarono il manifesto della razza, Milano, Baldini Castoldi Dalai, 2005, p. 202–207. ISBN 978-88-8490-825-4
  5. OJIM, voir le dernier paragraphe en toute fin de page.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]