Sébastien Laurent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sébastien Laurent
Sébastien Laurent (14-09-2014).jpg
Sébastien Laurent en 2016.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Dir. de thèse

Sébastien-Yves Laurent dit Sébastien Laurent est un politiste et historien français né en 1971.

Professeur des universités à l'université de Bordeaux, chargé d'enseignement à SciencesPo Paris et à SciencesPo Bordeaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1992), agrégé d'histoire (1996), docteur en histoire (2000), HDR (2007), il a effectué sa thèse sur Daniel Halévy. Il a obtenu le prix de thèse François Furet en 2001[1]. Il a reçu en 2022 le prix du livre Cyber du FIC.[2]

Il a consacré sa thèse d'habilitation à diriger des recherches, à la formation du renseignement public en France : Au cœur de l’État : le renseignement, le politique et la formation de l’État secret dans la France contemporaine (XIXe-XXe siècles)[3].

Carrière et Recherches[modifier | modifier le code]

A l'Université de Bordeaux il est codirecteur du Master "Sécurité globale et analyste trilingue"[4].

Il enseigne également à Sciences-Po Paris (séminaire Mètis[5]) et à Sciences-Po Bordeaux (au sein du master politique internationale[6]). Il a été vice-président de l'Université de Bordeaux (2018-2022)[7].

Dans le cadre de ses recherches sur l'État, il s'est spécialisé sur les enjeux internationaux de sécurité, le renseignement et les usages analytiques des sciences sociales[8],[9]

Laurent s'est tourné vers l'histoire du renseignement, négligée en France alors qu'elle se développait dans les pays anglo-saxons et dans plusieurs pays européens. Ses recherches ont été synthétisées en 2005 dans l'ouvrage Secrets d'État[10].

Il a dirigé le premier programme de recherche de l'Agence nationale de la recherche (ANR) entre 2006 et 2010, « Information ouverte, information fermée » (IOIF, programme "jeune chercheur")[11], consacré au renseignement. I

Il est membre depuis 2005 du comité de rédaction de la revue Intelligence and National Security[12].

Il coanime avec 4 autres spécialistes depuis , à Sciences-Po, le séminaire Mètis. Le renseignement dans les démocraties libérales. Il a fondé en 2015 à l'Université de Bordeaux l’International Summer School Defence-Security-Cyber (DSC)[13](2015-2018).

Ses recherches portent sur l’usage des sciences humaines et sociales (SHS) dans la détection des situations de crise interne et externe ainsi que sur l’élaboration d’une méthode analytique de SHS.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Gaullistes. Hommes et réseaux, Paris, Nouveau monde éditions, 2013, 603 p. (en coll. avec F. Audigier et B. Lachaise)
  • Politiques sous surveillance, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, « Espace public », 2011, (dir.)
  • Les Espions français parlent. Archives et témoignages inédits des services secrets français, Paris, Nouveau Monde éditions, collection « Le grand jeu », 2011, (dir.)
  • Entre l'État et le marché. L'information et l'intelligence économique en France, Paris, Nouveau Monde éditions, collection « Le grand jeu », 2010, (dir.)
  • Louis Rivet (Général), Carnets du chef des services secrets (1936-1944), annotés et présentés avec Olivier Forcade, NME, 2010, 1007 p.
  • Politiques de l'ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard, 2009
  • Politiques du renseignement, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, « Espace public », 2009, (dir.)
  • Secrets d'État : pouvoirs et renseignement dans le monde contemporain, Paris, Armand Colin, 2005 (avec O. Forcade)
  • Paul Delouvrier, un grand commis de l'État, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005 (codir.)
  • Archives « secrètes », secrets d'archives ? L'historien et l'archiviste face aux archives sensibles, Paris, CNRS éditions, 2003 (dir.)
  • Daniel Halévy, du libéralisme au traditionalisme, Paris, Grasset, 2001 (préf. de Serge Berstein)
  • édition de Daniel Halévy, L'Europe brisée, journal et lettres (1914-1918), Paris, éditions de Fallois, 1998.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « prix François Furet », sur ehess.fr
  2. https://www.forum-fic.com/prix-du-livre/
  3. « Politiques de l'ombre - Fayard »
  4. « Université de Bordeaux - master SGAT »
  5. « Groupe de recherche Mètis - Sciences Po »
  6. « Sciences-Po. Politique internationale »
  7. « Sébastien Yves Laurent, vice-président Enjeux de société », sur bordeaux.fr (consulté le ).
  8. Sébastien-Yves Laurent, « « Plaidoyer pour un tournant analytique du renseignement et de la prospective » », Revue de défense nationale,‎ , p. 15-22 (lire en ligne)
  9. Sébastien-Yves Laurent, « « L’analyse, la ressource cachée du renseignement » », Revue des deux mondes,‎ , p. 60-66 (lire en ligne)
  10. « Secrets d'État », sur armand-colin.com, Amrand Colin, (ISBN 9782200265366)
  11. « Agence nationale de la recherche »
  12. « Intelligence and National Security »
  13. « DSC - Université de Bordeaux »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Page personnelle: http://centre-histoire.sciences-po.fr/centre/chercheurs/laurent.html