Dales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la race chevaline. Pour le zoologiste, voir Rodney Phillips Dales.
Dales
Jument Dales présentée au Kentucky Horse Park
Jument Dales présentée au Kentucky Horse Park

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Pennines, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Caractéristiques
Morphologie Poney
Taille 1,42 m à 1,47 m[1]
Robe Généralement noire
Pieds Corne bleue-noir caractéristique
Caractère Courageux
Autre
Utilisation Attelage

Le Dales est l'une des races reconnues de poneys dites mountains and moorlands, originaires des îles Britanniques. Comme le Fell dont il est proche, le Dales est originaire des Pennines. Un peu plus grand, il lui ressemble néanmoins par bien des caractéristiques. Ce poney solidement charpenté mesure en moyenne 1,45 m et porte généralement une robe noire. Il a longtemps travaillé dans les mines de son Angleterre natale, il est désormais apprécié pour le tourisme équestre et l'attelage.

Histoire[modifier | modifier le code]

Groupe de poneys Dales en semi-liberté dans les Pennines.

Le Dales est une race endémique du Yorkshire du Nord et de l'est des Pennines, précisément des vallées de Tyne, de l'Allen, de la Wear et de la Tees auxquelles il doit son nom (dales signifie « vallées » en anglais). Selon Elwyn Hartley Edwards, il provient du poney celte[2]. Très proche du Fell, il est difficile à distinguer de ce dernier, une coutume locale veut d'ailleurs que les dales portent un ruban tricolore dans la queue pour être distingués de leurs voisins Fell en concours[1].

La race a été améliorée par du Welsh cob au XIXe siècle afin de renforcer ses capacités de trotteur et de lui donner de la taille et du cadre, en particulier avec le célèbre étalon Comet[2],[1]. Par la suite, le Dales l'est en abondance avec des Clydesdale, à tel point qu'à l'époque de la Première Guerre mondiale, le Dales est considéré comme aux deux tiers Clydesdale. L'influence du Clydesdale a nettement diminué chez les chevaux plus modernes[2]. Il a peut-être été croisé avec des Frisons, en raison de sa robe noire et de ses abondants fanons[1].

Suite aux réquisitions par l'armée lors de la Seconde Guerre mondiale, la race a failli disparaître. Comme toutes les races de travail, la motorisation des transports et de l'agriculture l'a mise en péril. En 1963, la création de la Dales Pony Society donne un nouveau souffle à ces poneys[2]. Ses qualités de randonneur (pied sûr, allures actives et confortables, plein d'énergie et volontaire) assurent désormais sa sauvegarde. La Société pour l'Amélioration du Poney Dales l'a classé « en voie d'extinction » jusqu'en 1970, où il est passé dans la catégorie des « poneys rares ».

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Ce poney de grand modèle aux marques blanches étendues possède une ascendance Clydesdale bien marquée.
Article connexe : Morphologie du cheval.

Il mesure de 1,42 m à 1,47 m au garrot[1], il est un peu plus grand que le Fell. Solide, puissant et bien conformé, le Dales garde peu de traces de l'influence du Clydesdales, si ce n'est par sa robustesse et la qualité de ses membres[2].

Tête[modifier | modifier le code]

La tête est typiquement une tête de poney[2], fine et expressive, bien que parfois un peu longue. Le chanfrein est rectiligne, parfois un peu busqué, le front est large. Les oreilles sont petites, fines, mobiles et bien découpées. Le nez est lui aussi bien dessiné et mobile. Les yeux sont petits et bien écartés, à l'expression tranquille[2].

Corps et membres[modifier | modifier le code]

Le corps est bien conformé, l'encolure est belle, la croupe ronde et puissante. Il arrive parfois que le dos soit un peu long[1] et l'épaule un peu courte. Ce petit cheval donne une impression de force en raison de son aspect près de terre et ramassé[1]. Les membres sont longs et fins, très forts[1], et les fanons aussi fournis, fins, soyeux et ondulés que ceux du Frison. Les sabots sont grands[1], faits d'une corne noir-bleu caractéristique et très dure.

Robe[modifier | modifier le code]

La robe la plus répandue est noire, ce qui est plutôt rare pour un poney britannique. Il existe aussi des bai-bruns, bais, alezans brûlés. Les rares poneys gris dénotent une ascendance Clydesdale plus marquée[2]. Les seules marques blanches admises sont une petite étoile ou une pelote en tête et les balzanes doivent être les plus discrètes possible[1]. Listes et balzanes sont aussi un héritage du Clydesdale[2].

Tempérament, entretien et allures[modifier | modifier le code]

Ce poney possède moins de « sang » que le Fell, doux et docile[1], vigoureux et paisible, il est facile d'entretien et résistant aux maladies[2]. Les allures sont actives et énergiques, parfois légèrement relevées[1]

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Il y a 600 Dales dans le monde[réf. nécessaire]. En 2007, Laetitia Bataille conseille d'en développer l'élevage en France, en raison de ses qualités[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Poney Dales au travail agricole à Clarks Hill Farm

Ce petit cheval a beaucoup été employé dans les mines de plomb et de charbon, en particulier celles d'Allendale et Alston Moor où il tractait le minerai depuis les galeries jusqu'à l'estuaire de la Tyne[2]. Il peut porter jusqu'à 100 kg[2] et tirer une tonne[réf. nécessaire], ce qui lui a valu de devenir un cheval agricole et un cheval de bât en fonction des besoins. L'armée a également fait appel à ses services, le Dales représentant la première race britannique pour le bât et le trait[2].

Désormais, il est apprécié en attelage, pour le trait léger et toutes les formes de tourisme équestre, comme la randonnée[2] nommée pony-trekking sur son île d'origine[1]. Sur les terrains de concours, il arrive d'en voir en dressage, mais aussi en saut. Il est toujours employé au travail agricole en petit nombre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Bataille 2007, p. 123
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Edwards 2006, p. 226

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]