Trotteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trotteur (homonymie).

Un trotteur est un cheval qui dispute des courses au trot. Il existe plusieurs races de trotteurs dans le monde, chacune ayant des caractéristiques et une histoire propres, résultat du développement des courses de trot dans le pays dont elle est originaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du trotteur est directement liée au développement et au succès des courses de trot. Pour satisfaire un public de plus en plus nombreux, des chevaux sont sélectionnés sur plusieurs générations pour leur aptitude à la discipline. Cet élevage sélectif mène à la création de plusieurs races de trotteurs dans le monde.

Les premières courses de trot voient le jour au XVIIe siècle dans les pays du Nord, en Hollande et au Danemark notamment [1]. L'objectif de ces courses est alors de couvrir uniquement au trot une distance déterminée dans un temps limité. Les courses de trot se sont développées dès le XVIIIe siècle en Italie, aux Pays-Bas et en Russie comme prolongement de l'utilisation des chevaux « carrossiers ». L'Angleterre, disposant pourtant d'une race de trotteur particulière, le trotteur Norfolk, ne s'intéresse pas à ce type de course[2].

En France, les premières courses de trot apparaissent au début du XIXe siècle. Elles se courent en Bretagne dans un premier temps, puis dans l'Est de la France[2]. Le premier meeting de trot attelé a lieu les 25 et 26 septembre 1836 sur la grève de Cherbourg. Éphrem Houël, alors jeune officier des Haras nationaux, est à l'initiative de ce projet, offrant ainsi un débouché pour les éleveurs de montures normandes[2],[3]. Ce sont ensuite des années de sélection et de croisements qui donnent naissance au trotteur français[4]. Dans le reste du monde, les courses de trot se propagent également. Ces courses sont ainsi rapidement un succès aux États-Unis. Le trotteur américain, appelé également standardbred, est particulièrement exporté. On le retrouve ainsi en Australie et en Nouvelle-Zélande où les courses de trot sont fort appréciées[5]. Mais il est également utilisé en croisement et participe à l'évolution de plusieurs races comme le trotteur français[6] et le trotteur russe[7].

Races[modifier | modifier le code]

Races à sang chaud[modifier | modifier le code]

Visuel Nom Pays d'origine Année de création du stud-book Association nationale de la race Description
Meaulnes du Corta.jpg Trotteur français Drapeau de la France France 1922 Entre 1,60 m à 1,70 m au garrot. Il peut porter un cavalier pesant jusqu'à 75kg sur des distances allant de 1609 à 4150m. Il est le seul trotteur au monde à pouvoir courir aussi bien à l'attelé qu'au monté. Rapide, caractère facile, résistant. Il peut courir de ses deux ans à 10 ans. Principalement bai ou alezan.
Greyhound (Standardbred).jpg Trotteur américain Drapeau des États-Unis États-Unis 1879 National Association of Trotting Horse Breeders Entre 1,52 m à 1,62 m au garrot. Plus lourd et plus charpenté que le Pur Sang, il possède des jambes solides, des épaules et une arrière main puissantes.
Orlov Trotter sulky.jpg Trotteur Orlov Drapeau de la Russie Russie Entre 1,53 m à 1,72 m au garrot. Son profil est noble avec sa petite tête et ses oreilles caractéristiques. L'épaule est droite et l'arrière-main puissante.
Varenne.jpg Trotteur italien Drapeau de l'Italie Italie 1896 De petite taille, sa morphologie est proche de celle du trotteur américain.
Russky rysak.jpg Trotteur russe Drapeau de la Russie Russie 1950 Entre 1,60 m à 1,63 m au garrot. Né du croisement entre le trotteur américain et le trotteur Orlov, il est plus rapide que ce dernier, mais ne possède pas son raffinement et ses qualités.

Races à sang froid[modifier | modifier le code]

Visuel Nom Pays d'origine Année de création du stud-book Association nationale de la race Description
Järvsöfaks wins again.jpg Trotteur Dole Drapeau de la Norvège Norvège Entre 1,40 m à 1,60 m au garrot. Cheval de trait léger, il est puissant et robuste.
Porin ravirata 6.8.-11 - 35.jpg Finlandais Drapeau de la Finlande Finlande 1907 Suomen Hippos Entre 1,50 m à 1,70 m au garrot. Universel, un type trotteur a été développé au sein de la race. C'est un cheval léger mais musclé, son corps et ses membres étant relativement longs.
Nordsvensk2.jpg Suédois du Nord Drapeau de la Suède Suède Entre 1,50 m à 1,52 m au garrot. Également cheval universel, un type trotteur est élevé pour le trot attelé. En dépit de sa taille, il est très solide et possède un trot allongé et énergique.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Même si les races diffèrent, on peut cependant retenir quelques caractéristiques communes aux trotteurs. Le trotteur est un cheval longiligne solide. D'apparence robuste, il est rustique, endurant et beaucoup moins élégant qu'un galopeur. Si ses capacités au trot ne sont pas forcément apparentes au niveau du physique, la qualité des aplombs et la bonne direction des jarrets sont indispensables à la pratique de la discipline. Il doit également posséder un excellent système respiratoire et circulatoire[5].

Sa taille est généralement autour de 1,60 m au garrot. L'épaule est longue et plutôt droite. Ses membres sont puissants et musclés. De par sa discipline, ses allures sont rasantes. Enfin, c'est généralement un cheval courageux et concentré[5].

Courses de trot[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport hippique.

On distingue deux types de courses : le trot attelé dans lequel le driver s'installe dans un sulky et le trot monté dans lequel le jockey se met en selle. Les courses de trot monté sont moins répandues que les courses de trot attelé. Elles se courent en France et dans les pays scandinaves[8].

Pour participer à une course, tout trotteur doit satisfaire à une épreuve de qualification, c'est-à-dire accomplir un parcours un temps donné sur une distance de 2000 mètres, et ce suivant son âge. Ces épreuves participent à la sélection de la race. Le trotteur a une carrière de compétition assez longue. Elle peut commencer dès l'âge de 2 ans pour se terminer à l'âge de 10 ans et le cheval participe en général une dizaine de courses par an au minimum, ce qui bien souvent permet au public de les connaitre ; ce qui est à l'origine de leur notoriété, à contrario des galopeurs, à la carrière plus courte et aux apparitions en compétition plus rares.

En France, on distingue plusieurs types de courses en fonction des conditions d'admission des participants : les courses de trot nationales ne sont ouvertes qu'aux seuls trotteurs français nés et élevés en France; les courses de trot européennes sont ouvertes à tous les trotteurs d'un pays de l'Union européenne nés dans ces pays; les courses de trot internationales sont ouvertes à tous les trotteurs; et enfin les autres courses de trot sont ouvertes aux trotteurs français nés et élevés dans un pays de l'Union européenne. Les deux plus grandes courses de trot attelé dans le monde sont le Prix d'Amérique en France et l'Elitloppet en Suède[8]. C'est dans le Prix d'Amérique, qui a lieu chaque année le dernier dimanche de janvier, que se sont illustrés des champions comme Ourasi, Uranie, Général du Pommeau, Jag de Bellouet, Tenor de Baune, Ready Cash, Roquépine, Une de Mai (cette dernière est surnommée la reine sans couronne, en effet malgré son talent elle ne put jamais décrocher ce prix d'Amérique, devancée notamment par le grand Tidalium Pelo). Cette course est préparée par une série d'épreuves, durant le meeting hivernal, appelée les 4 B : Prix de Bretagne, Prix de Bourgogne, Prix du Bourbonnais et le Prix de Belgique. Les autres courses de groupe 1 au trot attelé sont le Prix de France, le Prix de Paris qui sont des revanches au Prix d'Amérique courant février ; mais également les critériums qui sacrent le meilleur trotteur de chaque promotion dans les âges de 3, 4 et 5 ans. Au trot monté, le meilleur trotteur est sacré en France dans le Prix de Cornulier.

Les plus grandes compétitions de trot en France se disputent sur l'Hippodrome de Vincennes, il y a également des hippodromes qui accueillent des courses de qualité tels que Enghien-Soisy (prix de l'Atlantique, prix de Londres, prix de Buenos-Aires), Caen-La Prairie (prix des Ducs de Normandie, Saint-Léger des Trotteurs), ou encore Cagnes-sur-mer-Côte d'Azur (critérium de vitesse).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Trot 2010, p. 20
  2. a, b et c Collectif 2001, p. 250
  3. Collectif 2001, p. 130
  4. Lætitia Bataille, Races équines de France, France Agricole Éditions, , 286 p. (ISBN 9782855571546), p. 124
  5. a, b et c Collectif 2001, p. 131
  6. Collectif 2001, p. 132
  7. Collectif 2001, p. 133
  8. a et b « Les courses de trot », sur PMU (consulté le 12 janvier 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, La Grande Encyclopédie Fleurus Cheval, Fleurus, , 320 p. (ISBN 9782215051756), p. 130-133. 
  • Le Trot, plus qu'une allure, une culture, SECF, , 143 p., p. 20