Poney de selle britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

British Riding pony

Poney de selle britannique
Poney de selle britannique bai
Poney de selle britannique bai
Région d’origine
Région Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Région d'élevage Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande, Drapeau de l'Australie Australie
Caractéristiques
Morphologie Poney de sport
Registre d'élevage oui
Taille 1,15 m à 1,44 m
Robe Toutes admises
Tête Fine, large entre les yeux
Pieds Durs
Autre
Utilisation Équitation sur poney

Le poney de selle britannique (anglais : British Riding Pony, abrégé RP) est un stud-book de poneys du Royaume-Uni, sélectionné spécifiquement pour les concours d'équitation sur poney. Influencé par le Welsh et le Pur-sang, il est commun et exporté dans tout le Commonwealth.

Histoire[modifier | modifier le code]

Également nommé English Riding Pony en Australie[1], il constitue davantage un type de cheval qu'une race à part entière[2]. Ce stud-book a en effet été créé dans un but spécifique, la participation aux concours d'équitation sur poney[3]. Durant la première moitié du XXe siècle, il intègre des poneys Dartmoor, Welsh et Exmoor, croisés à des Pur-sangs et des Arabes[3],[2]. L'influence principale provient du New Forest[2]. Le meilleur type de croisement est défini comme étant celui d'un Welsh avec un Pur-sang, avec une légère influence arabe[2].

Description[modifier | modifier le code]

Il existe trois catégorie de taille : moins de 1,24 m, 1,24 m à 1,34 m et 1,34 m à 1,44 m[3], pour une fourchette globale de 1,15 m à 1,44 m d'après le guide Delachaux[4]. Il est considéré comme un poney élégant, bien conformé, doté de style[2], rappelant le Pur-sang en plus petit[4]. La race se divise en deux types, le Show Pony et le Show Hunter Pony[4].

La tête, de profil rectiligne[4], est fine, large entre les deux yeux, surmontée d'oreilles courtes[5] et dotée de grands naseaux[3]. l'encolure est longue et rouée[3], le garrot bien sorti[5], les omoplates redressées[3]. La poitrine est large et profonde ; le dos, de longueur moyenne, est droit[5]. L'arrière-main est longue et lisse[3], la croupe ronde et musclée, avec une queue attachée haut[5]. Les jambes sont solides, avec de larges articulations et des sabots durs[5]. Il n'y a pas de fanons[3].

Toutes les couleurs de robe sont autorisées[3].

C'est un poney assez nerveux[4].

Allures[modifier | modifier le code]

Article connexe : Allures (équitation).

Son action est droite et libre[2], avec des allures énergiques et basses qui rappellent celles du Pur-sang[3].

Le poney de selle britannique a fait l'objet d'une étude visant à déterminer la présence de la mutation du gène DMRT3 à l'origine des allures supplémentaire : l'étude d'un sujet a permis de confirmer l'absence de cette mutation, ainsi que l'absence de chevaux présentant des allures supplémentaires parmi tous les sujets de la race[6]

Utilisations[modifier | modifier le code]

Ces poneys sont destinés aux concours d'équitation sur poney par des enfants et des adolescents[3]. Ils sont réputés pouvoir se dresser facilement[3]. Les plus grands sujets peuvent être montés par des adultes[4].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Ces poneys sont considérés comme communs[2] et relativement populaires, étant élevés dans d'autres pays que leur Royaume-Uni natal, notamment la Nouvelle-Zélande et l'Australie[4]. Il n'existe pas de relevé de la population britannique dans la base de données DAD-IS[7]. Les effectifs australiens ne sont pas renseignés non plus[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « English Riding Pony / Australia (Horse) », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS).
  2. a, b, c, d, e, f et g Hendricks 2007, p. 83.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Kholová 1997, p. 68.
  4. a, b, c, d, e, f et g Rousseau 2016, p. 54.
  5. a, b, c, d et e Hendricks 2007, p. 84.
  6. (en) M. Promerová, L. S. Andersson, R. Juras et M. C. T. Penedo, « Worldwide frequency distribution of the ‘Gait keeper’ mutation in the DMRT3 gene », Animal Genetics, vol. 45, no 2,‎ , p. 274–282 (ISSN 1365-2052, DOI 10.1111/age.12120, lire en ligne).
  7. DAD-IS.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]