Déserteur (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Déserteur.
Déserteur
Chanson de Renaud
extrait de l'album Morgane de toi
Sortie 1983
Durée 3 min 48 s
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Renaud Séchan
Label Polydor

Pistes de Morgane de toi

Déserteur est une chanson de l'auteur-compositeur-interprète Renaud Séchan, publiée dans l'album Morgane de toi de 1983 et sortie en face B du single Morgane de toi.

La chanson, sur une mélodie totalement différente, est une variation et une réactualisation de la chanson Le Déserteur de Boris Vian de 1954.

Sur un texte sciemment antimilitariste, irrévérencieux et provoquant - le Président de la République y est invité à venir manger des nouilles et fumer un pétard - dans un esprit soixante-huitard - retour à la nature, vie en communauté dans une ferme - la chanson est un plaidoyer pour le désarmement, une dénonciation de la rivalité dans leurs courses à la prolifération des armes nucléaires de l'URSS et des États-Unis, doublé de l'aveu d'une impuissance résignée : « Quand les Russes, les Ricains feront péter la planète, moi j'aurai l'air malin avec ma bicyclette ».

Avec cette ode empreinte de pacifisme, Renaud se revendique « un militant du parti des oiseaux, des baleines, des enfants, de la Terre et de l'eau ».

Incident du parc Gorki[modifier | modifier le code]

En août 1985, Renaud est invité à Moscou dans le cadre du Festival mondial des jeunes et des étudiants pour donner une série de concerts. Lors du deuxième concert au parc Gorki, environ un tiers des 10 000 spectateurs présents se lèvent et quittent les lieux au moment où il entame Déserteur[1]. Renaud apprendra plus tard qu'il s'agissait d'une manœuvre des Jeunesses communistes soviétiques[2].

Guerre du Golfe et nouvelle version[modifier | modifier le code]

À la suite de la participation de la France à la guerre du Golfe de 1990-1991, Renaud publie une réadaptation de la chanson dans L'Idiot international du 9 janvier 1991[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Crimon, Renaud, Paris, Librio, , 94 p. (ISBN 978-2-290-33748-6), p. 34
  2. Renaud, sincèrement, Télérama, le 19 octobre 1988.
  3. Sale guerre Monsieur le Président..., L'Idiot international, le 9 janvier 1991.
  4. Alain Wodrascka, Renaud, et s'il n'en reste qu'un..., Paris, Hugo&Cie, , 159 p. (ISBN 978-2-7556-0864-9), p. 112-113