Cynodontia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cynodontes

Cynodontia
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution par Dmirty Bogdanov d'un Trucidocynodon riograndensis, un cynodonte probainognathien prédateur, apparenté au ancêtres des mammifère ayant vécu au Trias en actuelle Amérique du Sud, décrite seulement en 2010[1].
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Synapsida
Ordre Therapsida
Clade Neotherapsida
Clade Theriodontia
Clade Eutheriodontia

Sous-ordre ou Clade

Cynodontia
Owen, 1861

Taxons de rang inférieur

Les cynodontes (Cynodontia) forment un sous-ordre et un clade de thérapsides thériodontes qui sont apparus durant le Permien supérieur il y a environ 260 million d'années et qui inclut les mammifères (dont l'homme), leurs ancêtre et les groupes apparentés aujourd'hui éteints.

Ce groupe partage un même ancêtre commun avec les thérocéphales, et avec ces derniers et les dicynodontes (Anomodontia), il ont survécu à l'extinction Permien-Trias et ont petit à petit recolonisé les niches écologiques qu'ont délaissé les gorgonopsiens lors de leur disparition, en concurrence avec les premiers dinosaures qui commencent à faire leur apparition. Au fil des millions d'années, ils évolueront en certaines lignées herbivores comme carnivores.

Les cynodontes non-mammaliens se sont dispersés dans le sud du Gondwana. Des fossiles ont été découverts en Amérique du Sud, en Afrique, en Inde et en Antarctique.

D'autres espèces ont été retrouvées à l'est de l'Amérique du Nord, en Belgique et au nord-ouest de la France.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot cynodonte provient des termes grecs κύων, κυνός / kúôn, kunós (« chien ») et ὀδούς, ὀδόντος / odoús, odóntos (« dent »).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Bienotherium yunnanense

Les cynodontes possédaient déjà presque toutes les caractéristiques des mammifères. Leurs dents étaient complètement différenciées avec des canines analogues à celles des carnivores actuels, séparant les incisives des molaires. La boîte crânienne bombait à l'arrière de la tête, ils avaient deux condyles occipitaux, et beaucoup d'entre eux marchaient avec les jambes sous le corps.

Les cynodontes pondaient encore, comme tous les proto-mammifères du Mésozoïque l'ont probablement fait. Leurs fosses temporales étaient beaucoup plus grandes que celles de leurs ancêtres et l'élargissement de l'arcade zygomatique autorisait une musculature plus robuste des mâchoires, donnant un crâne ressemblant à ceux des mammifères.

Ils avaient acquis un palais secondaire (en) qui manquait chez les thérapsides primitifs autres que les thérocephaliens, qui étaient les plus proches parents des cynodontes. Ce palais, séparant les cavités nasale et orale, leur donnait la faculté de pouvoir manger et respirer en même temps, avantage adaptatif décisif dans une atmosphère chaude. Leur dentaire était le plus grand os de la mandibule et d'autres petits os s'étaient déplacés dans les oreilles internes. Ils étaient probablement endothermes (à sang chaud) et couverts de poils.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Diademodon

Liste des familles et genres de cynodontes[modifier | modifier le code]

Liste de genres de cynodontes[modifier | modifier le code]

Cynognathus
Procynosuchus
Thrinaxodon
Exaeretodon
Massetognathus
Ecteninion
Probainognathus
Diademodon
Traversodon
Ischignathus
Beinotherium
Tritylodon
Oligokyphus
Kayentatherium

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Oliveira, Soares et Schultz, « Trucidocynodon riograndensis gen. nov. et sp. nov. (Eucynodontia), a new cynodont from the Brazilian Upper Triassic (Santa Maria Formation) », Zootaxa, vol. 2382,‎ , p. 1–71 (DOI 10.11646/zootaxa.2382.1.1)