Vibrisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les vibrisses d'un chat, ce qu'on appelle les « moustaches ».
Le renard de Magellan a des vibrisses sur le museau, les bajoues et au-dessus de ses yeux.
Vibrisses près du nez et au-dessus des yeux d'un phoque commun.
La souris (Mus musculus) a des vibrisses près du nez

Les vibrisses sont des organes sensoriels propres à certains animaux, dont les mammifères. Il s'agit de longs prolongements kératinés (poils chez les mammifères et plumes chez les oiseaux) qui transmettent leurs vibrations à un organe sensoriel situé à leur base.

Chez l'Homme, on appelle vibrisses les poils épais à l'intérieur des narines[1].

Mammifères[modifier | modifier le code]

Chez le chat et les autres félins ainsi que les rongeurs, ce sont ce qu'on appelle couramment les « moustaches[2] ».

Rat[modifier | modifier le code]

Chez le rat, les vibrisses, appelées communément « moustaches » servent à percevoir l'environnement, car leur vision est mauvaise[2]. 35 vibrisses sont disposées en rangées (A, B, C, D, E) et en arcs (1, 2, 3, etc.) de chaque côté du museau. Elles sont activées par des déplacements (environ 25 µm suffisent). Lors de l'exploration nocturne, des contractions du muscle papillaire font bouger les vibrisses à l'unisson et en cadence (5–8 Hz)[3].

Chat[modifier | modifier le code]

Pour le chat, comme pour une grande partie des félins, les vibrisses permettent à cet animal de juger des variations de l'air dans un environnement proche. Ainsi, la nuit, les différences de variations de l'air permettent au chat de détecter tout objet en mouvement passant à sa proximité. Avec l'organe de Jacobson pour l'odorat et le goût et les coussinets pour le toucher, les vibrisses tactiles constituent le troisième organe sensoriel d'importance pour les félins, le quatrième étant les yeux pour la vue. Elles sont au nombre de 16.

Cheval[modifier | modifier le code]

Chez le cheval, ce sont les longs poils se trouvant tout autour de la bouche. Elles sont utiles au cheval lorsqu'il ne peut pas voir ce qu'il sent étant donné qu'il est trop près et ne peut en aucun cas loucher.

Mammifères marins[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces de mammifères marins dont les phoques et certaines baleines à fanons possèdent des vibrisses à l'âge adulte. En revanche, les dauphins n'en possèdent pas (à l'exception du Dauphin rose de l'Amazone).

Baleines à fanons[modifier | modifier le code]

Chez certains cétacés mysticètes, les vibrisses sont situées sur le menton ou sur les côtés des mâchoires[4].

Pinnipèdes[modifier | modifier le code]

Les vibrisses du Pagophilus groenlandicus, qu'il possède au nombre de 48, se modifient au cours de sa croissance. Se présentant comme courtes et bouclées au début de sa vie, ses moustaches se raidissent au stade adulte[5].

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Les vibrisses des oiseaux sont en fait des plumes sétiformes. Chez les rapaces nocturnes, naturellement presbytes, ces plumes situées autour du bec serviraient à examiner les proies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vibrissae », The Free Dictionary's Medical dictionary, Farlex, Inc., (consulté le 29 avril 2009)
  2. a et b M-C. Garnier et M. Ternaux, « Les vibrisses des rongeurs », sur Institut National de Recherche Pédagogique (consulté le 10 mars 2009)
  3. Martin Deschenes, « Les vibrisses », sur Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard (consulté le 10 mars 2009)
  4. « Cétacés », sur chez-raoul.ch (consulté le 10 mars 2009)
  5. Le phoque dans l'encyclopédie Larousse en ligne.