Probainognathia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Probainognathia
Description de cette image, également commentée ci-après
Exemple de dentitions de probainognathiens : Chiniquodon (A et B), Trucidocynodon (C et B), Prozostrodon (E et F), Irajatherium (G et H), Botucaraitherium (J et K), Brasilodon (L) et Brasilitherium (M).
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Synapsida
Ordre Therapsida
Sous-ordre Cynodontia
Infra-ordre Eucynodontia

Micro-ordre ou Clade

Probainognathia
Romer, 1973

Taxons de rang inférieur

Les probainognatiens (Probainognathia) forment l'un des deux principaux sous-groupes des eucynodontes, les cynognathiens étant l'autre. Ils sont pour la plupart carnivores, bien que certaines espèces puissent avoir évolué vers des traits omnivores. Le probainognathien suspecté d'être le plus ancien et le plus basal connu est Lumkuia datant du Trias moyen (Anisien), d'Afrique du Sud, bien que les probainognathiens ne deviennent proéminents qu'au stade Norien moyen du Trias supérieur[3]. Trois groupes ont survécu à l'extinction Trias-Jurassique : les Tritheledontidae, les Tritylodontidae (ces derniers ayant existé jusqu'au Crétacé comme le montre les genres Montirictus et Xenocretosuchus) ainsi que les Mammaliaformes, qui donneront plus tard naissance aux mammifères[4].

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, un cladogramme de Ruta, Botha-Brink, Mitchell et Benton (2013) montrant une hypothèse de relations phylogénétique entre cynodontes[5] :

Eucynodontia

Cynognathia


Probainognathia

Lumkuia




Ecteninion





Aleodon



Chiniquodon





Probainognathus




Trucidocynodon




Therioherpeton



Tritheledontidae

Riograndia





Chaliminia



Elliotherium





Diarthrognathus



Pachygenelus






Brasilodontidae

Brasilitherium



Brasilodon




Tritylodontidae

Oligokyphus




Kayentatherium




Tritylodon



Bienotherium





Mammaliaformes

Sinoconodon




Morganucodon



Mammalia














Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Probainognathia » (voir la liste des auteurs).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. Martinelli, M. B. Soares, T. Oliveira, P. Rodrigues et C. Schultz, « The Triassic eucynodont Candelariodon barberenai revisited and the early diversity of stem prozostrodontians », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 62,‎ (DOI 10.4202/app.00344.2017)
  2. (en) L. C. Gaetano, F. Abdala, F. D. Seoane, A. Tartaglione, M. Schulz, A. Otero, J. M. Leardi, C. Apaldetti, V. Krapovickas et E. Steimbach, « A new cynodont from the Upper Triassic Los Colorados Formation (Argentina, South America) reveals a novel paleobiogeographic context for mammalian ancestors », Scientific Reports, vol. 12, no 1,‎ , Article number 6451 (PMID 35468982, PMCID 9038739, DOI 10.1038/s41598-022-10486-4 Accès libre)
  3. (en) Fernando Abdala et Leandro C. Gaetano, The Late Triassic Record of Cynodonts: Time of Innovations in the Mammalian Lineage, vol. 46, Cham, Springer International Publishing, , 407–445 p. (ISBN 978-3-319-68008-8, DOI 10.1007/978-3-319-68009-5_11, lire en ligne)
  4. The slow and fast steps to becoming a mammal
  5. (en) M. Ruta, J. Botha-Brink, S. A. Mitchell et M. J. Benton, « The radiation of cynodonts and the ground plan of mammalian morphological diversity », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 280, no 1769,‎ , p. 20131865 (PMID 23986112, PMCID 3768321, DOI 10.1098/rspb.2013.1865)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]