Crainhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crainhem
(nl) Kraainem
Blason de Crainhem
Héraldique
Drapeau de Crainhem
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Hal-Vilvorde
Bourgmestre Véronique Caprasse
(Union)
(2013-18)
Majorité Union des francophones (2007-18)
Sièges
UNION
K.Unie
OPEN
23 (2013-18)
16
4
3
Section Code postal
Kraainem 1950
Code INS 23099
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Crainhemois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
13 605 ()
48,21 %
51,79 %
2 346 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,37 %
60,67 %
16,96 %
Étrangers 27,22 % ()
Taux de chômage 5,90 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 534 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 51′ N 4° 28′ E / 50.85, 4.467 ()50° 51′ Nord 4° 28′ Est / 50.85, 4.467 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
5,80 km2 (2005)
20,99 %
5,48 %
70,37 %
3,17 %
Localisation
Image illustrative de l'article Crainhem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Crainhem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Crainhem
Liens
Site officiel www.kraainem.be

Crainhem (officiellement Kraainem en français[2] comme en néerlandais[3]) est une commune belge située en Région flamande dans la province du Brabant flamand.

Peuplée d'environ 13 000 habitants, Kraainem est l'une des six communes de la périphérie bruxelloise ayant des facilités linguistiques pour sa population francophone. Elle est située dans l'arrondissement judiciaire de Bruxelles et fait partie de l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde.

Cette commune surplombe la vallée de la Woluwe et donc les communes de Bruxelles (Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert) entre autres. Située près de l'aéroport de Bruxelles, la commune subit aussi les nuisances sonores des activités aéroportuaires, ce qui suscite le mécontentement de certains riverains[4].

Avenue Baron Albert d'Huartlaan

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Crainham (1003) ; Crainhem (1019-30) ; Crahengem (1106-10) ; Crahinhem (1110) ; Craienhem (1125) ; Crahinem (1139) ; Crahehem (1142) ; Cragenhem (peu avant 1164) ; Craenhem (1165) ; Craheham (1168) ; Crahem (1194) ; Crainem (1199) ; Kraienheim (1211) ; Kraienhem (1221) ; Crahenem (1222)[5].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité signifierait « Prairie humide » (germanique *hamma), déformée en « habitation » (germanique *haima) « des » (génitif -n) « corneilles » (néerlandais kraai, germanique *kraja)[6],[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Kraainem est née aux environs de l'an 940. L'origine du nom est débattue. Pour les uns[Qui ?] il vient de Crayenhem qui veut dire pays des Corneilles. Il semblerait que lors de la création du village il y avait beaucoup d'oiseaux dans la région. D'autres[Qui ?] affirment que le nom Kraainem voudrait dire « Pays de la Croix », en néerlandais Kruishem[réf. nécessaire].

Kraainem était jadis un lieu de passage pour les riches marchands qui faisaient le voyage des Flandres vers l'Empire germanique.

Depuis sa création, la commune est composée de deux parties bien distinctes : le Neer Kraainem, proche de Woluwe-Saint-Etienne, où se trouvent la place de la Station et ses alentours, et le Hoog Kraainem, situé à hauteur de l'actuelle maison communale, et ses alentours. Neer-Kraainem et Hoog-Kraainem étaient reliés par un chemin qui se trouvait là où se situent actuellement les rues Van Hove, Verhaegen et l'avenue des Sorbiers. Cet axe était la rue principale de la commune. C'est pourquoi, à l'époque, on y trouvait de nombreux cafés.

Kraainem a toujours été en étroite relation avec Bruxelles, comme le témoigne le quartier Stockel. De nombreux Kraainemois fréquentent assidûment ce quartier de la capitale pour y faire leurs courses. Au XIXe siècle déjà, un chemin reliait Hoog-Kraainem à Stockel où les gens allaient se fournir en bois de chauffage et chasser (ou braconner) à l'occasion.

Une partie de la forêt de Soignes est devenue la propriété de la famille d'Huart vers 1920. Ses héritiers constituèrent la société Immobilière de Stockel et ensuite vendirent de nombreuses parcelles de plusieurs hectares qui sont à l'origine des immenses propriétés composant aujourd'hui le sud de Kraainem. La famille d'Huart construisit une route à travers sa propriété. C'est l'actuelle avenue Baron d'Huart qui, jusqu'en 1960 environ, resta une route de pierrailles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'élection communale de 2012 a vu la victoire de la liste Union des francophones (UF) par 62,8 % des voix, obtenant 16 sièges sur 23[8]. Le conseil communal issu de cette élection a présenté au maïorat la tête de liste UF, Arnold d'Oreye de Lantremange, bourgmestre sortant depuis 2005. Le ministre flamand des affaires intérieures Marino Keulen a cependant refusé de le nommer bourgmestre, car les convocations électorales envoyées aux citoyens francophones étaient rédigées en français et contreviennent de ce fait aux recommandations de la circulaire Peeters. Il reproche également à la majorité d'avoir tenu un conseil communal en français en [9],[10]. La commune de Wezembeek-Oppem, également concernée par ce refus de nomination pour les mêmes raisons, a été déboutée par le Conseil d'État, celui-ci estimant que l'interprétation de la loi par la circulaire est la seule valable[11].

En 2011, Véronique Caprasse assure la fonction de Bourgmestre, et sera présentée comme Bourgmestre jusqu'en 2018.

Suivant les résultats des élections communales, on peut estimer que presque 78 % d'habitants sont francophones. Une estimation plus précise est impossible depuis la suppression du volet linguistique dans les recensements.

Comme dans les autres communes à facilités de la périphérie bruxelloise, cette commune connaît des problèmes linguistiques (concernant l'emploi des langues en matière administrative).

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Nom Début du mandat Fin du mandat Parti politique Commentaires et événements clés
Jean Vandenplas 1849 1855
Charles De Rycke 1856 1866
Van Den Hoven 1867 1877
Dekeyzer 1877 1879
Joseph Van Hove 1879 1921
Charles Verhaegen 1921 1926
Arthur Dezangré 1927 1951
G. Morleghem 1952 1952
Edmond Coppens 1953 1976
Léon Maricq 1977 2000
Pol Willemart 2000 2005 CDH (UNION)
Arnold d’Oreye de Lantremange 2005 2012 FDF (UNION) Il termine le mandat de Pol Willemart en vertu d’un accord préélectoral.
Véronique Caprasse 2013 FDF (UNION)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Handball

Mouvements de jeunesses[modifier | modifier le code]

Les Scouts ASBL - Fédération des Scouts Baden-Powell de Belgique
www.lesscouts.be

- Unité WL039 St-Pancrace: Basée dans le bas de Crainhem, elle compte entre autres la troupe Scoute Hibou39 connue pour ses performances sportives au sein de la commune de Kraainem mais également sa victoire au 24h vélo du bois de la Cambre en 2010[12],[13].

- Unité WL106 - Saint-Dominique

GCB - Guides Catholiques de Belgique
www.guides.be

- Unité 67 Saint-Dominique
- Unité 88 Saint-Pancrace

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 95.
  2. Arrêté royal du 24 juin 1988 déterminant l’othographe du nom des communes
  3. 24 JUNI 1988. - Koninklijk besluit tot vaststelling van de schrijfwijze van de gemeentenamen
  4. http://www.wakeupkraainem.be
  5. Maurits Gysseling, Toponymisch woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226),Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, 1960, t. I, p. 576 [lire en ligne]
  6. A. Carnoy, Origines des noms des communes de Belgique, Louvain, Éditions Universitas,‎ 1948, 2 vol.
  7. A. Vincent, Les noms de lieux de la Belgique, Bruxelles,‎ 1927
  8. (nl) « Résultat des élections communales de 2012 à Kraainem », sur binnenland.vlaanderen.be (consulté le 25 octobre 2012)
  9. « Keulen ne nommera pas trois bourgmestres francophones », sur lalibre.be,‎ 14 novembre 2007 (consulté le 22 septembre 2008)
  10. Les communes de Wezembeek-Oppem et Linkebeek sont dans la même situation
  11. « Le Conseil d’État avalise la circulaire Peeters », sur lesoir.be,‎ 13 juillet 2008 (consulté le 19 novembre 2008)
  12. http://www.hibou39.be
  13. http://www.24heuresvelo.be

Folklore[modifier | modifier le code]

  • Cortège carnavalesque le samedi 43 jours avant Pâques
  • Fête de Kraainem, le troisième week-end de septembre
  • Fête du Béguinage, le troisième week-end d'octobre

Liens externes[modifier | modifier le code]