Code Quantum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Code Quantum
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la série

Titre original Quantum Leap
Genre Série de science-fiction
Création Donald P. Bellisario
Production Donald P. Bellisario
Acteurs principaux Scott Bakula
Dean Stockwell
Musique Mike Post (générique), Velton Ray Bunch
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Nb. de saisons 5
Nb. d'épisodes 94
Durée 3 × 90 minutes
91 × 46 minutes
Diff. originale

Code Quantum (Quantum Leap) est une série télévisée américaine en 91 épisodes de 46 minutes, 2 épisodes de 90 minutes et un pilote de 90 minutes créée par Donald P. Bellisario, diffusée du au sur le réseau NBC.

En France, elle a été diffusée à partir du [1] sur Série Club, puis du [2] au sur M6. Rediffusion sur Série Club, 13e rue, Sci Fi, Syfy, France 4, entre le et le sur Téva[3] et dès le sur Paris Première.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1995, le docteur Samuel Beckett dit Sam, scientifique de génie, termine une expérience temporelle… et son esprit disparaît dans le passé. Désormais, il voyage dans le temps en sautant d'époque en époque, d'endroit en endroit, dans la peau de personnes plus ou moins ordinaires, hommes, femmes, parfois animaux, afin de corriger des erreurs plus ou moins graves dans la vie des gens. Sam Beckett n'a aucun contrôle sur le lieu et la date de son prochain saut dans le temps.

Sa mission, à son avis, lui a été confiée par Dieu, bien qu'une autre hypothèse apparaisse dans Mirror Image, le dernier épisode de la série.

Il est secondé par Al Calavicci, un collègue qui est présent sous forme d'hologramme. Al tient dans sa main un terminal, « l'Interrogateur », une sorte de grosse calculatrice illuminée, qui le met en contact avec Ziggy, « l'ordinateur hybride parallèle » (dixit le monologue d'introduction de la série), conçu par Sam alors qu'il commençait à travailler sur son projet.

Exceptions[modifier | modifier le code]

Certaines personnes peuvent voir, entendre ou ressentir la présence d'Al et/ou Sam tels qu'ils sont, à savoir :

  1. Les animaux
  2. Les très jeunes enfants
  3. Les anges
  4. Les personnes sensibles aux ultrasons ou basées sur la même fréquence que Sam
  5. Les personnes proches de la mort
  6. Les personnes dans un état d'ébriété très avancé
  7. Les personnes déficientes mentalement
  8. Les médiums

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices célèbres invités[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

À travers la série, Sam Beckett voyage à diverses époques et empêche des évènements dramatiques comme des accidents ou des vies gâchées. Il en arrive même à changer l'avenir de sa propre famille au début de la saison 3, notamment en sauvant la vie de son frère aîné Tom au Vietnam, évènement qui aurait abouti à la destruction de sa famille (la mort de son père, le mariage de sa sœur avec un homme violent et alcoolique).

La saison 4 se révèle plus sombre. En effet elle traite des sujets plus sensibles de la société comme les actions du Ku Klux Klan, une affaire de viol ou encore une série de meurtres perpétrés par un psychopathe. L'épisode Cauchemar reste le plus troublant. Sam y incarne un inspecteur de police qui enquête sur un assassinat en étant victime de mauvais rêves.

La série se radoucit à la saison 5 mais semble tourner un peu plus vers l'incohérence et l'illogique. Lors de sa dernière mission, le Barman (symbolisant Dieu) nommé Al, fait comprendre à Sam qu'il peut techniquement rentrer chez lui quand il le veut, mais il doit accepter que c'est lui qui décide de sa destinée. Il décide alors, contre toute attente, de ne pas revenir chez lui, préférant aller prévenir Beth, la première femme d'Al Calavicci, que son mari est vivant et qu'il reviendra. Il se transmute en avril 1969 auprès de Beth.

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

Les seuls effets spéciaux de la série concernent les déplacements dans le temps et les divers passages d'Al à travers les décors. Si les déplacements se font simplement sous une simple lumière brillante dans les cinq premiers épisodes de la saison 1, l'effet est un peu amélioré à partir du sixième. Au fil des autres saisons, les effets spéciaux prennent davantage d'ampleur, la production ayant alors un meilleur budget.

Absence de fin[modifier | modifier le code]

La série comporte cinq saisons. La cinquième saison a été arrêtée inopinément à l'épisode 22. Dans la dernière minute du dernier épisode il est écrit en toutes lettres : « Le Dr Sam Beckett n'est jamais rentré chez lui », ce qui tend à indiquer que Sam continue de voyager dans le temps indéfiniment.

Il en découle que la série s'achève sans qu'elle ait reçu une fin mettant un terme aux aventures de Sam Beckett, lequel continue, en quelque sorte, à poursuivre indéfiniment son cycle de réincarnations.

La fin d'une série sans conclusion, laissant le téléspectateur « sur sa faim », n'est pas nouvelle, puisqu'elle rappelle le sort de la série Au cœur du temps (1966-1967), arrêtée sans que les héros aient pu cesser leur cycle de réincarnations, de la série Les Envahisseurs (1967-1968), stoppée sans que le héros ait fait échouer l'invasion extraterrestre, de Cosmos 1999 (1975-1978), où les Alphans continuent indéfiniment leur voyage dans l'espace, de V (1984-1985) ou encore de V (2009-2010).

Rationalisation post-créative[modifier | modifier le code]

La « rationalisation post-créative »[4],[5],[6] est un concept imaginé par Donald Bellisario qui consiste à justifier a posteriori, une idée de scénario auprès du téléspectateur. Deux questions résultent de ce concept : la théorie de la ficelle et le sexe de Ziggy.

Théorie de la ficelle[modifier | modifier le code]

S'appuyant sur cette technique, Bellisario limite les voyages dans le temps de son héros à sa durée de vie. Ainsi naît la « théorie de la ficelle », selon laquelle l'existence de chacun est comparable à une ficelle. Un bout de la ficelle représente la naissance, et l'autre, la mort. À la suite de son saut dans le temps, la ficelle de Sam est maintenant mise en pelote, et chaque moment de sa vie s'entrechoque sans aucune chronologie. Explication très maligne, car elle limite les sauts dans le temps au XXe siècle, à quelques exceptions près. Ce qui permet de conserver Sam dans des périodes où sa présence reste crédible aux yeux du téléspectateur (pas de rencontre avec des dinosaures ou de vaisseaux spatiaux) mais aussi de limiter les coûts au niveau des décors et des trucages. Cependant, l'épisode Les Tuniques bleues (The Leap Between the States) se déroule en 1862 en pleine Guerre de sécession. Le personnage de Al précise que le voyage dans le temps a pu être possible grâce au fait que Sam ait été transmuté dans le corps de son ancêtre. L'ADN étant proche, la transmutation fut alors possible[4].

Ziggy, homme ou femme ?[modifier | modifier le code]

S'appuyant toujours sur cette idée, Donald Bellisario opère un changement radical concernant Ziggy, l'ordinateur hybride. Jusqu'à la troisième saison, il est sous-entendu que Ziggy est de sexe masculin. Mais à partir du premier épisode de la quatrième saison, sa voix est féminine. Quand la question est posée à Bellisario, le producteur répond que Sam ne se souvenait pas qu'il avait doté Ziggy d'une personnalité féminine et qu'Al n'a jamais voulu le contredire, Sam ayant suffisamment de troubles provoqués par les sauts[7].

Doublage français[modifier | modifier le code]

  • selon ses dires, c'est Guy Chapellier, le comédien français qui double Scott Bakula, qui eut l'idée de traduire les fameux « Oh boy » par « Oh bravo ».
  • À la fin de l'épisode Lee Harvey Oswald, après l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy , Al explique dans la version française que Sam a sauvé Jackie Kennedy car Oswald avait prévu de la tuer également. Alors que dans la version originale Al explique que Sam a sauvé Jackie car la première fois Oswald l'avait tué elle aussi. Sous-entendant que Sam a bel et bien changé l'Histoire.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • la loi du genre impose que la série s’intéresse exclusivement à l'histoire américaine… Les références au reste du monde sont souvent liées à la guerre et aux actes d'agressions contre les États-Unis.
  • dans l'épisode pilote, Al conduit une voiture futuriste, le son attribué au moteur lors de l'accélération est celui de KITT dans la série K 2000. D'autre part, la voix de KITT est doublée en français par Guy Chapellier.
  • de nombreux clins d'œil à la culture populaire se rencontrent dans la série au détour des épisodes. Ainsi, dans l'épisode intitulé Au nom du père, Sam Beckett rencontre un jeune boxeur à qui il conseille de s'entraîner à la boxe sur des quartiers de viande. Lorsque le jeune boxeur referme son casier, Sam Beckett tout étonné voit inscrit sur ce casier « Sylvester Stallone ». Dans l'épisode Le Kamikaze hilarant, il rencontre dans des toilettes un jeune enfant âgé de 7 ans environ, tous deux dansent l'un après l'autre, ensuite l'un des frères de cet enfant entre dans les toilettes et s'écrie Dépêche-toi Michael ; ce jeune étant en fait Michael Jackson. Dans l'épisode L'Enfer du Disco, Sam, dans la peau d'un cascadeur au cinéma, tourne la cascade de la poutre du film Tremblement de terre (petit anachronisme car l'épisode se déroule en 1976 alors que le film est sorti en 1974), scène dans laquelle Lorne Greene est présent. Lorsqu'Al aperçoit ce dernier, il dit « C'est Ben... C'est Ben Cartwright ! ». Dans l'épisode Un seul être vous manque, Sam pratique en 1974 la méthode de Heimlich sur un homme en train de s'étouffer. Cet homme appelé dans l'épisode le docteur Heimlich, est probablement Henry J. Heimlich, inventeur la même année de cette méthode. Dans l’épisode Le Diable par la queue Sam donne l'idée des romans Carrie et Christine à un jeune garçon prénommé Steven, ce dernier se révélant être Stephen King. Dans l'épisode Le défi est lancé Sam suggère le titre Peggy Sue à un jeune guitariste, il s'agit en fait de Buddy Holly. Dans l'épisode Un homme à abattre, Sam incarne un détective privé sosie de Humphrey Bogart ; quelques références apparaissent au cours de l'épisode (Bogart a joué dans le film La Femme à abattre et à la fin Al compare ce qui se passe au film Casablanca). Enfin dans l'épisode Good Morning Peoria, Sam rencontre Chubby Checker, alors jeune chanteur débutant, et lui fait une démonstration du Twist. Checker lui demande s'il peut utiliser cette danse pour la scène.
  • dans l'épisode Future Boy, Sam découvre que l'un de ses héros de télévision lorsqu'il était enfant, le capitaine Galaxy, possède la même théorie que lui sur le voyage dans le temps. Le capitaine Galaxy explique dans une de ses émissions la théorie de la ficelle, à la suite de la question d'un des spectateurs, Sam Beckett (jeune).
  • dans l'épisode Bond en arrière, Al et Sam ont été inversés pendant la transmutation. Sam revient donc brièvement dans son époque, où il découvre qu'il a une femme. Parallèlement, sous la forme d'un hologramme, il doit aider Al qui a effectué un bond dans le temps. L'épisode se déroule en 1945 ce qui pourrait justifier cette inversion. En effet cette année-là, seul Al était déjà né (Sam est né en 1953).
  • la série Star Trek: Enterprise, qui marque le retour sur le petit écran dans une série régulière de Scott Bakula, proposera un beau clin d'œil aux fans de la série : dans un épisode de la première saison, le capitaine Jonathan Archer (rôle tenu par Scott Bakula) sera confronté au responsable d'un camp incarné par Dean Stockwell. L'occasion de revoir les deux acteurs partager plusieurs scènes à l'écran.
  • dans l'épisode Histoires de fantômes sournois, l'homme apparaissant quand Sam se regarde dans la glace n'est autre que Donald Bellisario, le créateur et producteur de la série. La propre femme de Bellisario, Deborah Pratt, joue également dans cet épisode le rôle de Troian Giovanni Claridge.
  • la chanson de Ray Charles qui clôt le dernier épisode de la deuxième saison Beth a été supprimée de l'édition DVD éditée par Universal pour des raisons de droits[8]. Par ailleurs, si les chansons connues sont toujours entendues dans la VO, elles ont été en revanche remplacées par des orchestrations quelconques dans la VF dans certains épisodes comme L'Enfer du Disco ou encore Good Morning Peoria qui comportent beaucoup de tubes d'époques.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Coffrets DVD[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Petit, « Guides des épisodes de Code Quantum », Génération Séries, no 40,‎ , p. 63 (ISSN 1167-136X)
  2. « Code Quantum - L'Encyclopédie des séries TV », sur Toutelatele.com (consulté le 3 décembre 2012)
  3. http://www.toutelatele.com/code-quantum-de-retour-au-quotidien-pour-la-rentree-de-teva-51708
  4. a et b Christophe Petit, « Code Quantum: les coulisses du temps », Génération Séries, no 39,‎ , p. 56 (ISSN 1167-136X)
  5. « Code Quantum lexique », sur fanfictions.net
  6. « Quantum Leap Trivia #328 », sur http://quantumleapanalyses.tumblr.com
  7. Christophe Petit, « Code Quantum: les coulisses du temps », Génération Séries, no 39,‎ , p. 59 (ISSN 1167-136X)
  8. Dossier Code Quantum sur Le Monde des Avengers

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Autres séries télévisées sur le même thème[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées des années 1970 sur le même thème[modifier | modifier le code]

Dans les deux bandes dessinées des années 1970 qui suivent, le héros est transporté malgré lui dans une époque historique à chaque début d'épisode, comme le héros de Code Quantum.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Le Coffre fort, nouvelle écrite en 1995 par Greg Egan et publiée dans le recueil Axiomatique, le héros se réveille chaque jour dans le corps d'une nouvelle personne depuis sa plus jeune enfance.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Marcel, Code Quantum - Itinéraire d'un ange gardien, Coll. Le Guide du Téléfan, 1995, (ISBN 2-87795-049-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]