Cockney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cockney (homonymie).
L'église St Mary-le-bow sur Cheapside.

Le terme cockney désigne les Londoniens issus de la classe ouvrière et habitant l'est de la ville, ainsi que leur argot. Selon la tradition, ce mot qualifie, au sens strict, ceux qui pouvaient entendre sonner les cloches de Bow, c'est-à-dire les cloches de l'église St Mary-le-Bow. Celles-ci furent muettes de la Seconde Guerre mondiale jusqu'en 1961.

Origine du mot[modifier | modifier le code]

L'occurrence la plus ancienne du terme cockney remonte à 1362, au poème en moyen-anglais Pierre le laboureur (Piers Plowman) de William Langland, où cockney désigne un œuf chétif, difforme (de coken + ey, littéralement « œuf de coq »), puis au sens figuré une personne ignorant les coutumes locales (1521).

Selon le dictionnaire Webster's New Universal Unabridged Dictionary, le mot cockney pourrait dériver de l'expression française « Pays de Cocagne », expression que les Normands utilisaient pour désigner Londres, lieu d'oisiveté et de luxe.

Le mot cockney fut employé au début du XVIIe siècle par Samuel Rowlands dans sa satire The Letting of Humours Blood in the Head-Vaine où il fait référence à un « Bow-Bell Cockney ».

La région recouverte par le terme cockney, au sens indiqué dans l'introduction, a varié au cours du temps.

Le parler cockney[modifier | modifier le code]

L'accent[modifier | modifier le code]

Le cockney désigne aussi la façon de parler des Cockneys. C'est un accent très populaire en ce sens qu'il dénote une classe sociale basse. Les caractéristiques du cockney speech sont les suivantes :

Tout d'abord, on retrouve des composants régionaux qui dénotent le sud et le sud-est :

  • les a sont prononcés graves et longs avant les consonnes affriquées : grass [ɡrɑːs], gaff [ɡɑːf], etc.
  • l'accent est non-rhotique, c'est-à-dire que les R finaux ne se prononcent qu'à la liaison, comme en anglais britannique.
    • winner [ˈwɪnə], the winner is [ðəˈwɪnərɪs].
    • door [doː], door opening [ˈdoːrəʊpnɪŋ]
  • Le R silencieux peut venir se prononcer là où il n'est pas écrit : data = dater
    • data [ˈdeɪtə], data analysis [ˌdeɪtərəˈnælɪsɪs] → Il s'agit d'un « r » de liaison entre deux voyelles.

Au niveau des consonnes, on retrouve certains similitudes avec l'accent français :

  • th sourd θ se prononce souvent comme f. Exemple : breath, prononcé [brɛf]
  • th sonore ð se prononce souvent comme v. Exemple : breathe prononcé [briːv]
  • Le h initial tombe fréquemment : head prononcé [ɛd]

Ces réalisations peuvent se retrouver dans d'autres accents régionaux.

Il y a cependant deux détails qui indiquent infailliblement un parler de Londres :

  • Le l final ou précédant une consonne est réduit à un dark L très marqué, proche d'un [o] ou d'un [ʊ]. milk se prononcera [mɪok].
  • Le goat split est un phénomène complexe qui affecte l'ouverture de la diphtongue /əʊ/, la faisant se rapprocher de /aʊ/. Ainsi, know tendra vers now, tandis que le [aʊ] de now sera aplati en un [aː]. Cette ouverture est une division (split) du phonème car il ne l'affecte pas toujours : ainsi on pourra assister à la différenciation de deux homophones, par exemple holy et wholly qui se réaliseront respectivement [həʊli] et [hɑʊli] (sans considérer la chute du h, cf supra).
  • Les voyelles longues sont diphtonguées. Exemple : fleece, prononcé [fleɪs]

Les diphtongues fermantes ont également une distribution particulière en anglais de Londres, encore plus marquée en Cockney :

  • /eɪ/ ~> /aɪ/
  • /aɪ/ ~> /ɑɪ/ ; /ɔɪ/
  • /ɔɪ/ ~> /oɪ/

C'est ce que l'on appelle le diphthong shift. Ainsi, bee bay buy boy se prononcera [biː beɪ baɪ bɔɪ] en anglais standard, et [beɪ baɪ bɑɪ boɪ] en Cockney. Ce décalage des diphtongues se retrouve aussi dans d'autres accents, notamment le Brummie (Birmingham).

  • L'ouverture de la voyelle [ʌ] est sensible.

London se prononcera [ˈlandn̩].

  • Le O long a tendance à se fermer.

Door sera réalisé plus proche de [doː] que du [dɔː] standard.

  • Parfois, la voyelle de lot se fermera.

On peut l'entendre dans certains mots, comme cloth [kloːf] et stop [stoːp][1].

Cette consonne [ʔ] correspondant à l'attaque d'une voyelle vient remplacer le t en position médiane ou finale. Butter se prononcera [ˈbaʔə], mate [maɪʔ¨]

. Ceci n'est pas typique de Londres mais dénote un parler des classes populaires. Tony Blair a pu être critiqué pour essayer d'émailler son discours de coups de glotte dans un but purement démagogique.

Le rhyming slang[modifier | modifier le code]

Les personnes parlant cockney utilisent volontiers le cockney rhyming slang, qui est un argot aux expressions imagées. Comme son nom l'indique, cet argot se fonde sur des rimes, mais ces rimes sont sous-entendues dans la pratique : l'idée de départ est de faire correspondre à tout mot une paire de mots avec laquelle il rime, puis de supprimer le second mot de la paire dans le langage parlé. Par exemple, stairs rimera avec apples and pears, et on dira donc apples pour dire « escaliers ». De même phone rimera avec dog and bone et dog voudra dire « téléphone ».

En pratique, le cockney n'utilise pas le rhyming slang à foison. Aussi sa surutilisation est souvent révélatrice d'une contrefaçon de l'accent, ce qu'on appelle parfois le mockney, adopté par nombre d'acteurs, de chanteurs, etc.

L'accent cockney et le rhyming slang sont également très présents en Australie, beaucoup d'Australiens anglo-saxons descendant directement des Cockneys.

Cockneys célèbres[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

Évocation littéraire[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage autobiographique Mon éducation - Un livre des rêves, l'écrivain William S. Burroughs rêve d'« un jeune cockney culotté »[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]