St Mary-le-Bow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Londres
Cet article est une ébauche concernant Londres.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

St Mary-le-Bow.

St Mary-le-Bow est une église ancienne de la City à Londres, en dehors de Cheapside. L'église est aussi connue pour ses cloches.

Des fouilles archéologiques ont montré qu'une église existait à cet emplacement dès l'époque saxonne. L'église est détruite en 1091 par une très forte tornade et reconstruite. Sous les Normands, elle prend le nom de St Mary de Arcubus (St Mary of the Arches). Les cloches de l'église, nommées Bow bells, se font entendre très loin et l'église est la plus grande de l'agglomération après la cathédrale Saint-Paul de Londres.

L’édifice est détruit lors du grand incendie de Londres en 1666 et reconstruit par Christopher Wren, entre 1671 et 1673, avec un clocher rajouté en 1680. Le maître d’œuvre est Thomas Cartwright, un des entrepreneurs les plus en vue de l’époque.

Étymologiquement, un cockney (ou Bow-bell cockney) est défini comme une personne née à un endroit d'où on peut entendre sonner les cloches de l'église. C'est cette distance qui définissait les limites de la ville[1],[2].

L'église et ses cloches sont en grande partie détruites lors d'un bombardement allemand le 10 mai 1941. La restauration du bâtiment a lieu à partir de 1956. Les cloches sont livrées en 1956 et sonnent de nouveau à partir de 1961. Le 4 janvier 1958, l'église est devenue monument classé de grade I [3]. L'église est de nouveau consacrée en 1964.

Description[modifier | modifier le code]

L'église est située dans la rue Cheapside. Elle est dominée par sa flèche, qui est terminée en 1680. Sa hauteur est de 68 mètres (223 feet). En haut se trouve une girouette de la forme d'un dragon avec des croix sur les ailes, l'emblème de la Cité de Londres. Elle est ajoutée en 1674[4].

À l'intérieur, se trouve un buste d'Arthur Phillip, le fondateur de la cité australienne de Sydney. Se trouve aussi une plaque commémorative des Norvégiens qui ont résisté contre les Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Hors de l'église, se trouve une statue de John Smith de Jamestown, le fondateur de l'État de Virginie et ancien paroissien de l'église.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bow-bell », Oxford English Dictionary (consulté le 3 octobre 2012)
  2. (en) Jonathon Green, « Cockney », Oxford English Dictionary (consulté le 3 octobre 2012)
  3. « Church of St Mary le Bow », English Heritage (consulté le 20 juillet 2016).
  4. (en) Ben Weinreb et Christopher Hibbert, The London Encyclopaedia, Macmillan, , p. 762

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :