Parler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parler
Logo de Parler

Adresse parler.com
Type de site Réseautage social
Inscription Requise
Nombre d'inscrits 10 millions ()
Siège social Henderson (Nevada)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Créé par John Matze
Lancement
État actuel Temporairement inactif

Parler (/ˈpɑːrlər/[1]) est un réseau social américain de microblogage lancé en août 2018[2]. Il est initialement financé par le milliardaire américain Robert Mercer et sa fille Rebekah[3].

Il se décrit comme impartial, attaché à la liberté d'expression, mais est surtout présenté par les médias comme un « clone de Twitter[4],[5] » ou « le Twitter de la droite[6] » acceptant « les propos racistes, antisémites et xénophobes[7] » ou « complotistes[8] ».

Un « parley » (« négocier » ou « pourparlers » en anglais) est un message, l'équivalent d'un tweet[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le site est lancé en 2018 par John Matze, un entrepreneur libertarien[9]. Il voit son nombre d'utilisateurs augmenter significativement fin juin 2020[7]. En juillet 2020, il est remarqué comme servant de « refuge » aux conservateurs américains dont les comptes ont été fermés sur Twitter depuis que ce dernier réseau sévit contre les messages du président Donald Trump en alertant sur les informations qu'il y diffuserait[10],[11]. Ces comptes sont d'ailleurs volontairement mis en avant par l'application[7]. Les médias d'extrême droite y sont également largement représentés[7],[12] : au-delà des conservateurs, des comptes liés à QAnon, au Ku Klux Klan, à des néo-nazis ou au suprémacisme blanc sont enregistrés sur l'application[4],[5]. Des personnalités politiques françaises sont également présentes comme Marion Maréchal, Jean Messiha, Damien Rieu ainsi que d'autres personnes issues de la « fachosphère »[8],[2].

L'élection présidentielle américaine du a pour conséquence une explosion du nombre de téléchargements de l'application Parler, avec plus d'un demi-million de téléchargements pour le seul dimanche de l'élection et pratiquement un doublement de son nombre d'abonnés[4],[6],[13].

Au lendemain de la suspension du compte Twitter de Donald Trump le [14], Google et Apple annoncent leur volonté de supprimer l'application de leur magasin d'applications[5] si le réseau social ne met pas en place une équipe de modération visant à lutter contre les contenus extrémistes[15]. L'assaut du Capitole des États-Unis par des partisans de Donald Trump y est aussi largement commenté au milieu de multiples fake news[6].

Le , Amazon Web Services suspend l’hébergement du site, qui devient inaccessible[16],[17],[18],[19]. Le propriétaire du site engage des poursuites contre Amazon[20]. Le même jour, il est révélé que les données publiques de Parler (messages, contenus des profils, photos et vidéos avec leurs données EXIFetc.) ont été récupérées et archivées[21],[22] en tirant parti de la conception technique de piètre qualité du site[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en anglais retranscrite selon la norme API.
  2. a b et c Fiona Moghaddam, « Parler, le nouveau réseau social prôné par la droite (dure) américaine et Marion Maréchal », sur franceculture.fr, (consulté le 9 janvier 2021)
  3. (en) Jeff Horwitz et Keach Hagey, « Parler, Backed by Mercer Family, Makes Play for Conservatives Mad at Facebook, Twitter », sur The Wall Street Journal, (consulté le 15 novembre 2020).
  4. a b et c Sébastian Seibt, « "Parler", le Twitter de la droite américaine ou la nouvelle arme de la famille Mercer », sur france24.com, (consulté le 9 janvier 2021)
  5. a b et c Mickaël Bazoge, « Apple menace de supprimer l'app d'extrême droite Parler, le compte Twitter de Donald Trump suspendu », sur macg.co, (consulté le 9 janvier 2021).
  6. a b et c Catherine Frammery, « Telegram, GAB, Parler… Plongée dans des chaudrons sociaux où la haine fume », sur letemps.ch, (consulté le 9 janvier 2021)
  7. a b c et d Marie Turcan, « Bienvenue sur Parler, le “Twitter” de la droite dure américaine où tout le monde peut être raciste », sur numerama.com, (consulté le 9 janvier 2021).
  8. a et b Hakima Bounemoura, « C’est quoi le réseau social Parler, nouveau repaire de l’extrême droite ? », sur 20minutes.fr, (consulté le 9 janvier 2021).
  9. (en-US) Mike Rotschild, « Parler: Are Conservatives Pivoting to a New Social Media App? », sur The Daily Dot, (consulté le 12 janvier 2021)
  10. Grégor Brandy, « Parler, le réseau social “refuge” des conservateurs américains », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. Stéphanie Le Bars, « Newsmax et Parler, les nouveaux médias d’élection des partisans de Donald Trump », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. « Le réseau social conservateur Parler n’est plus accessible », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2021)
  13. « Newsmax et Parler, les nouveaux médias d’élection des partisans de Donald Trump », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2021)
  14. Julien Lausson, « Twitter éjecte définitivement Donald Trump du réseau social », sur Numerama, (consulté le 9 janvier 2021).
  15. Raphaël Grably, AFP, « Google bannit le réseau social conservateur Parler de son magasin d'applications », BFM TV, (consulté le 11 janvier 2021).
  16. « Le réseau social conservateur Parler n’est plus accessible », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2021)
  17. « Trump banni définitivement de Twitter, Parler sous la pression des plateformes », sur Next INpact, (consulté le 11 janvier 2021).
  18. (en) Tony Romm et Rachel Lerman, « Amazon suspends Parler, taking pro-Trump site offline indefinitely », The Washington Post, (consulté le 11 janvier 2021).
  19. (en) John Paczkowski et Ryan Mac, « Amazon Is Suspending Parler From AWS », sur BuzzFeed, (consulté le 11 janvier 2021).
  20. (en) Ben Makuch, « Parler Sues Amazon », Vice, (consulté le 11 janvier 2021).
  21. (en-US) Morgan Hines et Kelly Tyko, « Parler data breach: Archived posts from Capitol riots could reveal platform's role in the insurrection », sur USA TODAY, (consulté le 12 janvier 2021)
  22. (en-US) Emma McGowan, « Parler Data Hacktivism », sur blog.avast.com, (consulté le 12 janvier 2021)
  23. (en-US) Andy Greenberg, « An Absurdly Basic Bug Let Anyone Grab All of Parler's Data », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]