Saramaka (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue saramacca. Pour le peuple Saramacca, voir Saramaka (langue) (homonymie).

saramaka

Interview en saramaka et français lors des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer (décembre 2011).
Originaire de Saramaca, Brokopondo, Paramaribo, Para, Saramacca et Sipaliwini
Nombre de locuteurs locuteurs natifs
Codes de langue
ISO 639-3 srm
IETF srm
WALS srm
Glottolog sara1340

Le saramacca (autres noms saamaka, ce dernier un auto-ethnonyme) est une langue à base anglo-portugaise, parlé par les Saramacca du Suriname mais qui comporte un important vocabulaire portugais, également considéré comme une langue de France car parlée en Guyane française.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Cette langue comporte 7 voyelles avec 4 degrés d'aperture (contre 5 voyelles et 3 degrés d'aperture en langue aluku, ndjuka et paramaka ou nenge), avec un ë et un ö qui notent les voyelles semi-ouvertes (e et o sont gardées pour les semi-fermées). Sa grammaire est proche de celle du nenge. Le déterminant défini est di (au lieu du a en nenge)

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

C'est un créole à base lexicale portugaise, mais l'articulation grammaticale est proche de l'anglais : kii « tuer » (de kill) ; naki « frapper » (de knock) ; koti « couper » (de cut), go « aller » (de go), wosu ou osu « maison » (de house), wata ou wataa « eau » (de water), dagu « chien » (de dog), etc.

14 500 locuteurs en Guyane (sur les routes départementales CD8 et CD9 entre Saint-Laurent-du-Maroni et Mana ; 36 000 en dehors de la Guyane, dont une majeure partie au Suriname.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Saramaka, comme les Matawai, ont marronné en fuyant des plantations tenues par des Juifs portugais — qui avaient eux-mêmes fui le Brésil (Nordeste). Après des conflits avec les Provinces-Unies (Hollandais), ils obtiennent un traité de paix en 1762 et demeurent autonomes jusqu'en 1950 environ. De nombreux Saramaka ont fui le Suriname pour la Guyane lors de la guerre civile des années 1980.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]