Cléville (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cléville.
Cléville
Image illustrative de l'article Cléville (Seine-Maritime)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Saint-Valery-en-Caux
Intercommunalité Cœur de Caux
Maire
Mandat
Yves Fercoq
2014-2020
Code postal 76640
Code commune 76181
Démographie
Population
municipale
161 hab. (2014 en stagnation par rapport à 2009)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 18″ nord, 0° 37′ 00″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 144 m
Superficie 5,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Cléville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Cléville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cléville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cléville

Cléville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un sire de Cléville fut compagnon du Conquérant et participa à la bataille de Hastings, en 1066. Le patronage de l'église fut donné à la fin du XIe siècle, à l'abbaye de Saint-Étienne-de-Caen, par Guillaume Bonne-Âme, archevêque de Rouen. L'abbé de Caen devint aussi seigneur de Cléville, avec droit de haute justice et il fonda un prieuré dont on trouve encore quelques vestiges. La donation fut confirmée par Henri II Plantagenet. En 1738, il y avait 52 « feux » à Cléville (foyers d'habitation). À la Révolution, le curé Miette, prêtre réfractaire longtemps resté dans son presbytère, soutenu par le maire Lemelle, finira par être arrêté et emprisonné à Yvetot, avant de pouvoir s'exiler en Angleterre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1844   Saint-Léger    
1936   Dupuis    
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Yves Fercoq    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2014, la commune comptait 161 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2009 (Seine-Maritime : +0,48 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405 385 394 374 384 426 446 398 380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
388 352 366 392 400 304 281 279 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
228 234 220 186 208 201 203 234 200
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
171 141 152 156 164 169 162 163 161
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Benoît est la seule église paroissiale du département à être dédiée à saint-Benoît. La construction primitive de la nef est romane (on voit toujours les modillons). Le gros œuvre de la muraille a été repris en 1713 et les fenêtres en brique sont de 1726. La voûte du berceau de la nef a été consolidée en 1900. Le pignon Ouest, reconstruit en 1783, a été restauré récemment. Le chœur primitif du XIIIe siècle, a été remanié au XVIIe siècle. L'importante chapelle latérale Sud, de la fin du XVe siècle, était la chapelle des confréries. On peut y admirer une belle clé de voûte du XVIe siècle. Les vitraux récents, dessinés par Marianon et réalisés par Lorin, maître-verrier de Chartres, sont dédiés notamment à saint Benoît et à saint Wandrille. On les doit à la générosité de l'abbé Métayer, en 1936. Seuls, des vitraux de la chapelle latérale, sont anciens (XVIe siècle). Quelques statues anciennes. La particularité de l'église est d'avoir un mobilier du style de l'école d'art sacré de Beuron (abbaye bénédictine du Haut Danube). On doit ce mobilier à la générosité de l'abbé Bettencourt, frère du futur ministre, curé de Cléville dans les années 1940. Il faut enfin signaler une fresque moderne de Marianon (1947) et le vitrail multicolore de l'oculus (œil-de-bœuf) du pignon Ouest, œuvre d'un jeune Clévillais, Paul Couture, en 2007.

La croix de cimetière est une croix hosannière avec base en pierre du XVIe siècle et socle de 1895.

Le Manoir du XVIe siècle dont l'étage est à pans de bois, a une architecture inhabituelle en pays de Caux. C'était le logis abbatial de l'abbé de Caen, lorsqu'il venait à Cléville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin no 35 du 11 avril 1984, de la Commission départementale des antiquités de Seine-Maritime (CDA). Revue "Communautés et Liturgies" des moines bénédictins, no 5. 1979.(a/s de l'art de Beuron)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]