Nicole Pellegrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicole Pellegrin
Nicole Pellegrin.jpg
Nicole Pellegrin, le 15 mai 2019 à Nantes
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Nicole Pellegrin, née le , est une historienne française contemporaine, spécialiste de l'anthropologie historique des XVIe – XIXe siècles. Elle est chargée de recherche honoraire au CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicole Pellegrin est agrégée d'histoire-géographie[1]. Elle soutient en 1979 une thèse d'histoire, intitulée Les bachelleries : organisations et fêtes de la jeunesse dans le Centre-Ouest du XVe au XVIIIe siècle, sous la direction de Pierre Goubert à l'université Paris-1[2]. Elle est chargée de recherche honoraire au CNRS et membre associée de l'IHMC (UMR 8066)[1]. Elle collabore également à Musea[3], musée virtuel d'histoire des femmes et du genre, édité par l'université d'Angers, pour lequel elle a conçu l'exposition « Les genres de Jeanne d'Arc ».

Tendues vers la compréhension de la culture matérielle des sociétés préindustrielles, ses recherches se sont attachées à reconstituer les façons de faire et de dire propres ou communes, à l’un et l’autre sexe. Toujours instables dans le temps, ces pratiques révèlent comment se construis(ai)ent, en France, les inégalités de genre en différents (mi)lieux.

Plusieurs thématiques ont été successivement ou conjointement étudiées :les sociétés de jeunesse et leurs fêtes, divers objets textiles (habits paysans, mouchoirs, ouvrages d’aiguille, lisières, collections de tissus, vêtements de religion) et leur pouvoirs identitaires (construction de soi et reconnaissance de l’autre), les lieux d’apprentissage du travail au féminin (artisanat, ouvroirs, couvents, « chambres à soi »), le rôle des dictionnaires de femmes illustres dans l’évolution d’une mémoire historique féminine.

En 2017, elle publie un ouvrage sur le voile et rappelle que le voile est présent en terre d'Islam, chrétienne et hellénique. Il concerne aussi les hommes[4].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Les bachelleries : fêtes et organisations de la jeunesse dans le Centre-Ouest, XVIe-XVIIIe siècles, Poitiers, SAO, 1982.
  • Les vêtements de la liberté : abécédaire des pratiques vestimentaires françaises, 1780-1800, Aix-en-Provence, 1989.
  • avec Christine Bard (dir.), « Femmes travesties : un « mauvais » genre », in Clio : histoire, femmes et sociétés, n° 10, 1999.
  • avec Colette Winn, Veufs, veuves et veuvages, Paris, Champion, 2003.
  • Voiles : une histoire du Moyen âge à Vatican II, Paris, CNRS éditions, 2017, 416p., 978-2-271-11710-6
  • Mais enfin qu'est-ce que votre féminisme ?, Choix de textes d'auteurs féministes présentés par Nicole Pellegrin, Flammarion, 2018, 978-2-0814-2952-9

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Page personnelle, sur ihmc.ens.fr, consultée le 11 mai 2020.
  2. Thèse de 3e cycle, Université Paris-1, notice du Sudoc [1].
  3. Musea
  4. « Géographies en mouvement - Ces voiles qui mettent les humains à distance - Libération.fr », sur geographiesenmouvement.blogs.liberation.fr, (consulté le 16 juin 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]