Charles Piaget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charles Piaget
Illustration.
Charles Piaget en 2019 à Besançon.
Biographie
Date de naissance (93 ans)
Lieu de naissance Besançon, France
Nationalité Française
Parti politique UGS (1958)
PSU (1960-env. 1980)
Syndicat CFTC (1946-1964)
CFDT (1964-env. 1992)
Profession Ouvrier-horloger

Charles Piaget, né le à Besançon, est un syndicaliste français. Particulièrement actif lors du conflit social de l'entreprise d'horlogerie Lip dans les années 1970, appelé « l'affaire Lip », il est une figure emblématique du mouvement autogestionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Salarié chez Lip à partir de 1946, Charles Piaget est syndiqué à la CFTC dès son premier jour de travail[1]. Son premier engagement politique est en réaction aux guerres coloniales françaises, en particulier la guerre d'Algérie. Il adhère d'abord à l'Union de la gauche socialiste en 1958, puis au Parti socialiste unifié dès sa création en 1960[1]. Dans ces années-là, il est un temps proche du groupe de militants qui anime chez Lip le bulletin Voix ouvrière, et c'est par ces fréquentations qu'il en apprend plus sur le marxisme[1]. En 1964, une partie des membres de la CFTC fonde la CFDT et le syndicat CFTC de Lip rejoint aussi la CFDT, Piaget y compris.

C'est après le dépôt de bilan de Lip en 1973 et la menace de fermeture de l'usine de Palente à Besançon que va se déclencher le conflit durable qui va retenir l'attention des médias et faire la notoriété de Charles Piaget, « l'affaire Lip ». C'est à l'issue de ce conflit qu'il dira : « La réussite (d'un mouvement syndical) c'est de ne plus avoir besoin de leader… ou tout au moins : leur voix ne compte que pour un »[2].

La candidature de Charles Piaget à l'élection présidentielle de 1974 est proposée par une minorité du PSU et plusieurs groupes d'extrême gauche se déclarent prêts à la soutenir, notamment le Front communiste révolutionnaire et l'Alliance marxiste révolutionnaire. Jean-Paul Sartre prend la plume dans Libération pour lui annoncer son soutien[3]. Cette candidature échoue, notamment à cause de la décision de la majorité du PSU, conduite par Michel Rocard, de se rallier à la candidature d'union de François Mitterrand.

Retraité à partir de 1988, Charles Piaget conserve sa fibre militante et participe à AC ! depuis sa création en 1993. Il soutient les candidats de la Ligue communiste révolutionnaire aux élections législatives de 2002.[réf. nécessaire]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « PIAGET Charles, Albert », sur le site du Maitron (consulté le )
  2. Le film Les Lip, l'imagination au pouvoir.
  3. Collectif, L’élection présidentielle de mai 1974 : après la mort de Georges Pompidou, Broché, Paris, 1974.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]