Thomas Lacoste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacoste.
Thomas Lacoste
Description de cette image, également commentée ci-après
Ouverture de la soirée Penser Critique par Thomas Lacoste le 11 avril 2012 à la Maison des Métallos (Paris)
Nom de naissance Thomas Lacoste
Naissance (47 ans)
Bordeaux, Gironde, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur
Éditeur
Films notables La Paix Maintenant, une exigence populaire (2017)
Notre Monde (2013)
Ulysse clandestin (2010)
Les mauvais jours finiront (2009)
Rétention de sûreté, une peine infinie (2008)
Universités, le grand soir (2007)
Réfutations (2007)

Thomas Lacoste, né le à Bordeaux dans le département de la Gironde en France, est un réalisateur, scénariste, producteur et éditeur de nationalité française. Réalisateur de six longs-métrages qu'il qualifie de ciné-frontières[1] associés au genre du cinéma d'auteur. Il vit et travaille dans le 10e arrondissement de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1994, il fonde et dirige la revue internationale de pensée critique Le Passant Ordinaire[2].

De 1999 à 2004, il fonde et dirige à Bordeaux le festival transdisciplinaire de créations contemporaines les RIO, Rencontres Internationales de l’Ordinaire [Cinémas, Littératures & Sciences Humaines][3][source insuffisante] en collaboration avec le cinéma Utopia.

En 2007, il réalise le film Université, le grand soir[4] qui accompagne les mobilisations entre 2007 et 2009 contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU ou loi « Pécresse », du nom de la ministre de la recherche du gouvernement Fillon (UMP), promulguée le 10 août 2007)[5],[6],[7].

En 2008, il réalise le film Rétention de sûreté, une peine infinie qui s’oppose fermement à la loi du même nom adoptée le 25 février 2008[8],[9]. Dans ce film, huit intervenants (praticiens, militants et chercheurs) prennent la parole pour déconstruire le populisme pénal et constitutionnel sous-jacent à la loi qui méprise les principes supérieurs du droit[10].

En 2010, il réalise Ulysse clandestin ou les dérives identitaires et le court métrage introductif Il fut des peuples libres qui tombèrent de plus haut[11][source insuffisante] pour s’opposer à la création du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale[12].

Le 2 janvier 2012 à 7h30 du matin, les locaux de La Bande Passante et son domicile situés dans le Xe arrondissement de Paris sont détruits à la suite d’un incendie[13],[14].

En 2012, les éditions Montparnasse consacrent un coffret à 47 de ses films (24h), intitulé Penser critique, kit de survie éthique et politique pour situations de crise[s][15].

En 2013 son film Notre Monde[16] autour duquel s’organise plus de 130 débats publics en France auxquels participe Thomas Lacoste[17].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Thomas Lacoste est le fils du militant d'extrême gauche Bernard Lacoste et de l’enseignante spécialisée Marguerite Lacoste (née Gire). Il est le père du rugbyman aux cinq titres de champion de France[18], Peyo Lacoste, dont la mère est la bibliothécaire Dominique Dat, de Cerise (Diotime) Lacoste-Ravez, dont la mère est l’angliciste beckettienne Stéphanie Ravez, et de Baruch (Artavazd) Lacoste-Paratian, dont la mère est la productrice Julie Paratian.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (février 2019)
Motif avancé : où sont les sources secondaires confirmant que ce sont ses films les plus notables ?
  • 2007 : Réfutations, à l'occasion de la présidentielle 2007
  • 2007 : Universités, le grand soir
  • 2008 : Rétention de sûreté, une peine infinie
  • 2009 : Les mauvais jours finiront, 40 ans de justice en France
  • 2010 : Ulysse clandestin ou les dérives identitaires
  • 2012 : Coffret DVD Penser Critique, kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s) réunissant 47 films (24h)
  • 2013 : Notre Monde
  • 2017 : La Paix Maintenant, une exigence populaire, sur le processus de désarmement et de Paix au Pays Basque
  • Entre 2007 et 2017 : Il réalise plus de quatre-vingt-dix ciné-entretiens

Festivals et expositions[modifier | modifier le code]

Thomas Lacoste a participé avec le film Notre Monde à l’ouverture du cycle documentaire des Rencontres Internationales Paris/Berlin/Madrid, au Palais de Tokyo (Paris), à la clôture du festival Les Écrans documentaires d’Arcueil en 2012, au Printemps des Laboratoires d'Aubervilliers les 18 et 19 mai 2013, au 100e débat public autour du film qui s'est déroulé lors du 67e Festival d'Avignon le 15 juillet 2013 et à l'exposition The Happy Show à La Gaîté Lyrique (Paris) dans le cadre du cycle de projections Happiness is a Warm Gun le 14 janvier 2014[19].

Rétrospectives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La notion, élaborée par Thomas Lacoste, désigne des films associant entretiens, fictions, littératures, œuvres picturales et créations sonores assurant la présence de différentes lignes ou véhicules narratifs au sein d’une même œuvre cinématographique se jouant des frontières de genre et refusant toutes naturalisations notamment entre fiction et documentaire.
  2. « Dix ans passant », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  3. « RIO »
  4. Luc Vinogradoff, « "L'Autre Campagne" propose sa propre analyse de la réforme des universités », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  5. Erwan Desplanques, « "Universités, le grand soir", le film qui va au fond des choses », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  6. « « Universités, le grand soir » : la réforme combattue à l'écran », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  7. Thomas Huet, « Les « Ciseaux d'or » de la censure au président de la Sorbonne », [Rue89]] (L'Obs),‎ (lire en ligne, consulté le 5 avril 2017)
  8. Sophie Lherm, « L'Autre Campagne ou Sarko pris aux mots », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  9. Martine Delahaye, « Des spécialistes dénoncent la loi du 25 février 2008 sur la rétention de sûreté », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 1er mars 2017)
  10. « Une peine infinie », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2017)
  11. « Il fut des peuples libres qui tombèrent de plus haut »
  12. « Le poing sur l'identité nationale », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2017)
  13. Clarisse Fabre, « Le "kit de survie" de Thomas Lacoste, cinéaste très politique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 14 mars 2017)
  14. Marc Tertre, « La "Bande passante" en danger de mort ! », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2017)
  15. Clarisse Fabre, « Le », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 1er mars 2017)
  16. Notre Monde » 
  17. « La politique autrement », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2017)
  18. Titres remportés avec l’équipe de Bègles et la sélection de Côte d’Argent, équipes dont il a été le capitaine.
  19. « Voir l'événement sur le site de la Gaîté Lyrique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Radio[modifier | modifier le code]