Saint-Romain-d'Urfé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Romain-d'Urfé
Saint-Romain-d'Urfé
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Urfé
Maire
Mandat
Pascale Monat
2020-2026
Code postal 42430
Code commune 42282
Démographie
Population
municipale
260 hab. (2017 en diminution de 7,8 % par rapport à 2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 17″ nord, 3° 49′ 43″ est
Altitude Min. 593 m
Max. 886 m
Superficie 15 km2
Élections
Départementales Canton de Renaison
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Romain-d'Urfé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Romain-d'Urfé
Liens
Site web https://www.saintromaindurfe.fr/

Saint-Romain-d'Urfé est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Romain-d'Urfé fut d’abord, avant la Révolution française, une immense paroisse appartenant au comté de Forez, car elle englobait aussi l’actuelle et récente commune de Chausseterre. Sa superficie était d’environ 32 km2 (actuellement, elle est de 15 km2).

Saint-Romain-d'Urfé rayonnait autrefois dans le canton de Saint-Just-en-Chevalet. Elle était, en effet, l'une des principales paroisses au regard de son nombre d’habitants et de son organisation.
À la fin de l’Ancien Régime, elle est dite « village et paroisse en Forez, archiprêtré de Pommiers, justice de la châtellenie de Cervières, élection et bailliage de Montbrison ». Elle était également divisée en plusieurs seigneuries.

La paroisse est si ancienne que nous ignorons les premières étapes de sa fondation. Le premier texte qui en fait mention date des environs de l’an mil. On en trouve trace dans le cartulaire de l’abbaye de Savigny, sous la nomination « Ecclesia de Sancto Romano d’Ulpheu ». Cependant, l’abbé Jean Canard (° 1914 - † 1984) fait remonter sa fondation à plusieurs siècles antérieurs, car la paroisse était déjà bien organisée pour avoir eu le privilège d’être évangélisée de bonne heure.

Elle se nommait paroisse de Saint-Romain-sous-Urphé, du fait de sa position géographique par rapport au château fortifié des seigneurs d’Urphé (actuelles ruines dites «  Les Cornes d’Urfé »).

À côté de l’église paroissiale, bien différente de celle d'aujourd'hui, se trouvait un prieuré, qui existait encore au XVIe siècle. Il était patronné par les chevaliers de l’Ordre de Malte, dont la plus proche commanderie était située à Verrières, près de Saint-Germain-Laval. L’église et son prieuré étaient entourés d’un cimetière autour duquel s’articulaient quelques maisons basses. En contrebas de ce cimetière, (sur le terrain en dessous du monument aux morts), commençait le Faubourg avec, en son centre, le champ de foire, véritable point de rencontre des paroissiens, encerclé par des tavernes et petites échoppes.

La vaste paroisse allait, peu à peu, devenir victime de son immense superficie. Les chemins étant souvent impraticables, au cours de l’hiver, les habitants les plus éloignés du bourg, avaient pris l’habitude d’aller à la messe et de célébrer la plupart de leurs offices religieux, à la chapelle Saint-Roch, sise sur le hameau de Clocheterre ou Chocheterre, au centre de notre paroisse. Au XVIIe siècle, la chapelle Saint-Roch fut placée sous le vocable de Saint-Georges. Le dimanche , jour de la Toussaint et premier jour de la Grande Mission, ce petit hameau, bien situé et ayant pris de l’importance, devint une paroisse appelée Saint-Georges-d’Urfé, avec son église, son école et ses petits commerces. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le hameau de Chocheterre ou Chausseterre alla jusqu’à demander son autonomie en tant que commune.

Ainsi, le dimanche , naquit la commune de Chausseterre (16,58 km2) et mourut la grandeur de Saint-Romain-d’Urfé.

Saint Romain[modifier | modifier le code]

Qui était Saint Romain, le saint patron de la paroisse ? Romain de Condat, l'un des saints romains, était moine dans le Jura, fondateur de monastères et abbé. Il était le frère de Saint Lupicin de Lauconne, moine et abbé comme lui. Il est né vers 390 et est décédé le dimanche , à l'âge de 70 ans.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Romain-d'Urfé (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Romain-d'Urfé se blasonnent ainsi :

D’or à la fasce de vair accompagnée en chef d’une croisette ancrée de gueules et en pointe d’un mont de sinople chargé d’une coquille d’argent.

Adopté le 2 nov 2001

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1995 Louis Gardette    
mars 1995 2001 Jean Pras    
mars 2001 2008 Georges Thomas DVD  
mars 2008 2014 Maurice Chabre    
2014 En cours Maryvonne Georges[1]   }

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2017, la commune comptait 260 habitants[Note 1], en diminution de 7,8 % par rapport à 2012 (Loire : +1,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3201 3131 3871 3961 5301 5001 5091 5711 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5191 4271 4291 4281 3801 3591 3481 3691 361
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4041 2821 2171 0961 046950943909516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
513461384352303270262281269
2017 - - - - - - - -
260--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Romain dont les origines remontent au XIe siècle.
  • La petite chapelle Saint-Roch qui surplombe le bourg et toute la commune du haut de sa colline de Rappeaux.
  • Le château de Génetines, demeure de la famille de Sugny.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Romain-d'Urfé sur le site de l'association des maires de France, consulté le 30 juin 2015.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. « GENEAL42 - Les célébrités Ligériennes - GUITTON Jean », sur www.geneal42.com (consulté le 1er mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :