Calydon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Calydon
Image illustrative de l’article Calydon
Ruines de l'acropole de Calydon.
Localisation
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Étolie
Coordonnées 38° 22′ 21,17″ nord, 21° 31′ 59,79″ est
Géolocalisation sur la carte : Grèce
(Voir situation sur carte : Grèce)
City locator 4.svg
Calydon

Calydon (en grec ancien Καλυδών / Kaludôn) est une ancienne cité grecque, capitale de la région de l'Étolie, en Grèce occidentale. D'importants vestiges archéologiques d'une acropole, d'une forteresse et d'un sanctuaire dédié à la déesse Artémis y ont été mis au jour.

Calydon est célèbre dans la mythologie grecque en raison du sanglier de Calydon, créature fantastique qui ravageait la région et qui aurait été chassée par plusieurs héros grecs dont Œnée, roi de la ville, son fils Méléagre, Atalante, Thésée, Pelée, Castor et Pollux ou encore Jason.

Depuis 1720, Calydon est un siège titulaire de l'Église catholique

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans son Histoire naturelle, Pline l'ancien mentionne Calydon, "ville d'Étolie, est à 7 500 pas de la mer, près du fleuve Evenus"[1].

La localisation de Calydon n'est plus contestée actuellement. Le sanctuaire a été fouillé conjointement par les Grecs et les Danois, de 1925 à 1932. C'est au cours de ces fouilles que les différents temples situés sur le promontoire ont été mis au jour et étudiés.

On peut s'y rendre depuis Patras en passant par Antirhion et en prenant la direction de Missolonghi ou d'Agrinion. Les vestiges se trouvent près du village d'Evinochoro, sur la rive occidentale de l'Événos.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville, d'après la légende, serait assez ancienne. Le nom de Calydon évoque les héros Œnée, Tydée et Méléagre. Homère la compte parmi les villes étoliennes.

Strabon mentionne dans sa Géographie l'existence de la ville ainsi que celle de Pleuron, qu'il décrit comme étant les deux villes principales de l'Étolie. S'il les décrit toutes deux comme étant « bien déchues » en son temps, Strabon affirme qu'elles ont été autrefois « l'ornement même de la Grèce »[2].

Calydon eut cependant peu d'importance dans l'histoire, alors qu'elle aurait pu jouer un rôle de sentinelle à l'entrée du golfe de Corinthe. À l'issue de la guerre du Péloponnèse, elle ne fut plus considérée comme une ville d'Étolie, par suite de l'occupation achéenne.

Ce n'est qu'à partir de 369 av. J.-C. qu'elle sera rattachée à la Ligue étolienne.

Les habitants de Calydon et d'autres villes des environs furent déplacées par l'empereur Auguste pour repeupler Nicopolis d'Épire après sa victoire à la bataille d'Actium[3]. Le sanctuaire d'Artémis fut dépouillé, son trésor et la statue de la déesse furent déposés dans un temple de Patras.

Fouille archéologiques[modifier | modifier le code]

Sanctuaire d'Artémis Laphria[modifier | modifier le code]

L'archéologue danois Ejnar Dyggve a mené plusieurs campagnes de fouilles à Calydon entre 1928 et la fin des années 1940[4]. Celles-ci ont notamment permis d'exhumer les vestiges d'un sanctuaire dédié à Artémis Laphria installé entre deux vallons.

Forteresse de Calydon[modifier | modifier le code]

Le site, qui était connu sous le nom de « Kastro de Kurtaga », a été identifié par Leake en 1809.

L'entrée principale se trouvait au point où aboutissait la voie sacrée, c'est-à-dire à trois cents mètres au nord du sanctuaire du Laphrion, situé au sommet d'un promontoire rocheux bien visible.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Vestiges du théâtre antique de Calydon
Vestiges du théâtre antique de Calydon

Le théâtre de Calydon découvert sur place présente un plan en carré inhabituel[5].

Mythologie[modifier | modifier le code]

Fondation mythique et rois de Calydon[modifier | modifier le code]

Selon la mythologie grecque, Calydon aurait été fondée par Étolos, roi d'Élis. Fils d'Endymion et d'une nymphe, il est l'époux de Pronoé, fille de Phorbas, qui lui donne deux fils, Pleuron et Calydon[6]. Étolos donnera le nom de son fils à la ville nouvelle et fondera également la ville Pleuron de la même manière.

Calydon épouse Éolia, fille d’Amythaon, avec qui il fonde la dynastie calydonienne, comprenant en son sein de nombreux héros et souverains mythologiques dont Méléagre ou encore Héraclès.

Œnée et Méléagre[modifier | modifier le code]

Parmi les souverains de Calydon les plus connus figurent Œnée, père de Méléagre et grand-père du roi d'Argos Diomède.

Méléagre, fils d'Œnée, est le héros de plusieurs récits mythologiques.

Le sanglier de Calydon[modifier | modifier le code]

Enfanté par la laie de Crommyon selon Strabon, le sanglier de Calydon avait été envoyé par la déesse Artémis pour punir le roi Œnée qui avait oublié de faire une offrande à la déesse lors de la fête des Thalysies. Afin de débarrasser la région de ce fléau, Œnée demanda l'assistance de nombreux héros provenant de toute la Grèce antique dont Méléagre son fils, Atalante, Thésée, Pélée, Télamon, Castor et Pollux, Jason ou encore Amphiaraos. C'est Méléagre lui-même qui porte à la bête le coup fatal. La plupart des chasseurs furent également Argonautes.

L'épisode de cette chasse est un sujet souvent traité dans l'art et la littérature antique.

Guerre des Étoliens et des Curètes[modifier | modifier le code]

Au chant IX de l'Iliade, Homère raconte la guerre entre les Curètes, une tribu d'Étoile installée près de Pleuron, et les Étoliens, dont la capitale était Calydon. Homère raconte comment les Curètes essayèrent de saccager la ville, et furent chassés par Méléagre[7].

Guerre de Troie[modifier | modifier le code]

Selon l'Iliade, le roi de Calydon Thoas, fils d'Andremon, a participé à la guerre de Troie. Celui-ci aurait conduit Calydon et quatre autres cités étoliennes dont Pleuron en Troade[8].

Par ailleurs, le roi d'Argos Diomède, l'un des principaux héros de la guerre de Troie, était le petit fils d'Œnée. Homère raconte au chant XV de l'Iliade comment Diomède aurait ré-établi son grand-père sur le trône de Calydon après que ce dernier ait été détrôné par les enfants de son frère Agrios[9].

Siège épiscopal[modifier | modifier le code]

Siège titulaire[modifier | modifier le code]

Depuis 1720, Calydon est un siège titulaire de l'Église catholique[10].

Le titre d'évêque de Calydon n'a pas été attribué depuis la mort de son dernier titulaire, Mgr Johannes Baptist Neuhäusler, également évêque auxiliaire de Munich et Freising.

Liste des évêques titulaires de Calydon[modifier | modifier le code]

Début Fin Nat. Nom Fonction exercée
n'a pas pris effet Drapeau de l'Empire espagnol Empire espagnol Mgr Martín de Sarricolea y Olea Évêque coadjuteur du Paraguay
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne Mgr Sebastián Foronda Administrateur apostolique de Cebu
Drapeau de l'Empire espagnol Empire espagnol Mgr Juan de Las Peñas Évêque auxiliaire de Cuenca
Drapeau du Royaume de Lombardie-Vénétie Royaume de Lombardie-Vénétie Mgr Luigi Grondona Vicaire apostolique coadjuteur de Ava et Pegou
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Mgr Julien-Marie-François-Xavier Hillereau Visiteur apostolique de Smyrne
Drapeau de la République de Nouvelle-Grenade République de Nouvelle-Grenade Mgr Jose Antonio Chaves Évêque auxiliaire de Santafé
Drapeau de Malte Malte Mgr Antonius Grech-Delicata-Testaferrata-Cassia Administrateur apostolique de Gozo
Drapeau du royaume de Croatie-Slavonie Royaume de Croatie-Slavonie Mgr Luka Petrović Évêque auxiliaire de Zagreb
Drapeau des États-Unis États-Unis Mgr Caspar Henry Borgess Évêque coadjuteur de Détroit
Drapeau du Royaume d'Italie Italie Mgr Lodovico Caracciolo di Castagneta Évêque auxiliaire d'Aversa
Drapeau du Royaume d'Italie Italie Mgr Michele Zezza di Zapponeta Évêque auxiliaire de Naples
Drapeau des États-Unis États-Unis Mgr Edward Thomas Sheehan Vicaire apostolique de Yujiang
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Mgr Hermann Shopperlrey Vicaire apostolique de Sinyangchow
Drapeau du Canada Canada Mgr Marie-Joseph Lemieux -
Drapeau de Taïwan République de Chine Mgr Joseph Marie Yüen K’ai-chih Vicaire apostolique de Zhumadian
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest Mgr Johannes Baptist Neuhäusler Évêque auxiliaire de Munich et Freising

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'ancien, Histoire naturelle, T1, Paris, Littré, (lire en ligne), p. 184
  2. Strabon (trad. Amédée Tardieu), Géographie, Paris, Hachette, (lire en ligne), p. X, 2 - Acharnanie, Etolie et îles adjacentes
  3. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], V, 23, 3 ; Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], X, 2, 2.
  4. Delvoye Charles, « Dyggve (Ejnar). Das Laphrion, Der Tempelbezirk von Kalydon [compte-rendu] », Revue belge de Philologie et d'Histoire,‎ , p. 1328-1330 (lire en ligne)
  5. (en) Vikatou, O., R. Frederiksen & S. Handberg, « The Danish-Greek Excavations at Kalydon, Aitolia: The Theatre. Preliminary report from the 2011 and 2012 campaigns », Proceedings of the Danish Institute at Athens, vol. VII,‎ , p. 221-234 (lire en ligne)
  6. Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses Universitaires de France, , p. 17
  7. Homère (trad. Robert Flacelière), Iliade, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », (1re éd. 1955) (ISBN 2-07-010261-0), p. 918. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  8. Homère (trad. Robert Flacelière), Iliade, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », (1re éd. 1955) (ISBN 2-07-010261-0), p. Chant XIII, 234. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  9. Iliade, Chant XIV, 115 et passim
  10. (en) « Calydon (Titular See) », sur catholic-hierarchy.org (consulté le 28 janvier 2021)

Articles connexes[modifier | modifier le code]