Tydée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tydée et Ismène, amphore corinthienne à figures noires, v. 560 av. J.-C., musée du Louvre (E 640)

Dans la mythologie grecque, Tydée (en grec ancien Τυδεύς / Tydeús) est le fils d'Œnée, roi de Calydon, et de Péribée (ou Gorgé, suivant Pisandre).

Mythe[modifier | modifier le code]

À la suite d'un meurtre commis dans sa jeunesse, il doit quitter Calydon. Les auteurs divergent sur la nature du meurtre. Suivant le pseudo-Apollodore[1], Tydée tua Alcathoos, son oncle. Selon Phérécyde d'Athènes, la victime fut son frère, et selon d'autres, les fils de Mélas. Quoi qu'il en soit, Tydée gagna la cour d'Adraste à Argos. Le roi le purifia de son crime et lui donna en mariage sa fille Déipyle, qu’il rend mère de Diomède[2], héros de la guerre de Troie.

Tydée accompagna Adraste dans la guerre des sept chefs. Il y tua Mélanippos, qui parvint cependant à le blesser mortellement. Selon certaines versions, Athéna lui apparut alors, porteuse d'un remède rendant immortel. Amphiaraos, l'un des Sept, qui le détestait, lui fit alors manger la tête de Mélanippos. Athéna renonça alors à rendre immortel Tydée, et le laissa mourir. Diomède raconte brièvement l’histoire de son père au chant XIV de l’Iliade, du vers 114 au vers 132.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. I, 8, 4-6
  2. Hamilton 1978, p. 330, 331

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :