Œnée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Eunée.
Œnée trônant, lécythe attique à fond blanc, v. -500, Staatliche Antikensammlungen de Munich (Inv. 1905)

Dans la mythologie grecque, Œnée (en grec ancien Οἰνεύς / Oineús), fils de Phytos et d'Euryté, est roi de Calydon.

Mythe[modifier | modifier le code]

Œnée, « le vieux meneur de chars »[1], est dans sa vieillesse détrôné par les enfants de son frère Agrios et rétabli par son petit-fils Diomède, mais abandonne volontairement l'administration de son État à son gendre Andrémon et se retire à Argos, où Diomède lui rend de grands honneurs[2]. Diomède raconte l'histoire de son grand-père au chant XIV de l'Iliade[3], expliquant qu'il n'a jamais quitté son pays de Calydon, tandis que Tydée fut envoyé en exil à la cour d'Argos (pour le meurtre accidentel de son oncle Alcathoos)[4]. À Argos, Tydée épouse Déipyle, fille du roi Adraste et mère de Diomède. Œnée, visité par Dionysos, permit à ce dieu d'avoir un commerce intime avec Althée, sa femme, et que Dionysos lui permit, en récompense, de donner son nom au vin[5]. Sa femme donne à Œnée plusieurs enfants, dont Autonoé, Déjanire, Méléagre, Tydée, Staphylos, Toxée, Polyxo, Eurymédé et Mélanippe. Un jour qu'Œnée oublie de faire une offrande à la déesse Artémis, prise de colère, elle envoie le sanglier de Calydon qui ravagera ses terres, et où Méléagre s'illustrera.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Iliade, chant IX : Robert Flacelière traduit son épithète par « vieux maître des chars » ; il porte au chant IX la même épithète que Nestor et Phénix.
  2. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], Chant IX
  3. Iliade, Chant XIV, 115 et passim
  4. Homère & Flacelière 1993, p. 932
  5. Le nom du vin, en grec, est οἶνοσ / oinos.

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :