Côte basque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Côte basque
Vue satellite de Saint-Sébastien à Guéthary.
Vue satellite de Saint-Sébastien à Guéthary.
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de la France France
Communauté autonome espagnole
Région française
Pays basque espagnol

Nouvelle-Aquitaine
Provinces espagnoles
Département français
Biscaye, Guipuscoa
Pyrénées-Atlantiques
Coordonnées géographiques 43° 19′ 48″ N, 1° 57′ 07″ O
Étendue d'eau Mer Cantabrique, golfe de Gascogne (océan Atlantique)
Extrémités Est : embouchure de l'Adour (France)
Ouest : Muskiz (Espagne)
Nature des rivages Falaises, rochers, plages
Principales plages Concha, Gorliz, Ondarreta, Zarautz, Zurriola
Cours d'eau Adour, Bidassoa, Nervion, Nivelle, Oria
Caps et péninsules Higuer, Sainte-Anne, Rocher de la Vierge
Îles Akatxa Irla, Billano Irla, Izaro
Ports Bilbao, Saint-Jean-de-Luz
Origine du nom Pays basque

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

(Voir situation sur carte : Pays basque)
Côte basque

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Côte basque

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Côte basque

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Côte basque

La côte basque ou Euskal Kostaldea en basque désigne le littoral compris entre l'embouchure de l'Adour à Anglet (France) et Muskiz à l'ouest de Bilbao (Espagne)[1]. Elle est baignée par la mer Cantabrique et le golfe de Gascogne.

Présentation[modifier | modifier le code]

Contrairement à la côte landaise ou la côte d'Argent, c'est une côte rocheuse et découpée (surtout du côté espagnol) où se succèdent de prestigieuses stations balnéaires (Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Sébastien, Zarautz, Lekeitio et Getxo).

Une différence nette s'observe entre la partie espagnole et française : cette dernière s'étend d'Anglet à l'embouchure de la Bidassoa. Elle est relativement basse et rectiligne, voire légèrement curviligne: une falaise d'altitude moyenne (20 à 30 mètres) constituant la terminaison de la pénéplaine du Labourd s'étend, de façon presque ininterrompue de Biarritz à la Bidassoa, au pied de laquelle s'égrènent de nombreuses plages (en raison de l'apport des sables landais par les courants marins) et de stations balnéaires, anciens ports de pêche à la baleine convertis au tourisme.

Au-delà de la frontière franco-espagnole matérialisée par la Bidassoa, la côte basque est beaucoup plus haute: les montagnes basques du Guipuscoa et de Biscaye plongent directement dans la mer, les falaises sont plus élevées, le littoral est plus irrégulier, les baies, les anses, les caps et les rias ouvertes à la haute mer se succèdent, les plages sont plus petites et plus rares (l'apport de sables est négligeable), les nombreux ports de pêche sont plus actifs et le tourisme y est moins présent. Elle est appelée en Espagnol Costa vasca.

Cités chics, Arcangues, Bassussarry ou Ascain sont de plus en plus cotés. Et Ciboure, qui, il y a vingt ans, était une localité de pêcheurs et d'ouvrières de conserverie, s'embourgeoise sans complexe.

Grâce au développement des transports, aux liaisons low cost avec Londres, Stockholm ou Bruxelles et au miracle du télétravail, la côte basque attire depuis quelques décennies une autre population. Des étrangers aisés et des free-lances de la finance, du marketing ou de l'informatique séjournent désormais ici tout au long de l'année. De plus, des centaines de jeunes anglo-saxons ou français sont employés dans l'économie du surf.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (eu) Mikel Estonba Mintxero, Euskal Herriko kostaldea, Usurbil (Gipuzkoa), Elhuyar, , 159 p. (ISBN 8487114407 et 9788487114403, OCLC 907321859, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]