Bousculade du mont Méron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bousculade du mont Méron
Type Bousculade
Pays Drapeau d’Israël Israël
Localisation mont Méron
Coordonnées 32° 58′ 50″ nord, 35° 26′ 26″ est
Date
Bilan
Blessés 150[1]
Morts 45[2]

La bousculade du mont Méron est un mouvement de foule survenu en Israël le à l'occasion des festivités de Lag Ba'omer au cours desquelles un important pèlerinage a lieu au mont Méron, en Galilée, dans le nord du pays[3].

L'accident fait quarante-cinq morts et plus de cent-cinquante blessés. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou déclare que la catastrophe est « l'une des plus graves qui aient frappé l'État d'Israël » et décréte un jour de deuil national, le dimanche [4],[5].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage sur la tombe de Rabbi Shimon bar Yohaï sise au mont Méron, représente selon de nombreux kabbalistes la raison profonde de Lag Ba'omer car le rabbin aurait reçu la permission de dévoiler en ce jour les enseignements ésotériques sur la Torah qui seront ensuite rassemblés dans le Zohar.

Attesté depuis plusieurs siècles, il devient, après la création de l’état d’Israël et l’amélioration des moyens de transport, un événement de masse auquel participent des centaines de milliers de visiteurs — pour la plupart des Hassidim — à partir de la deuxième décennie du 21e siècle. Plusieurs bûchers sont allumés, l’allumage principal ayant lieu en début de nuit dans une synagogue située à même le mausolée.

La pandémie de COVID-19 perturbe le bon déroulement de cette célébration car le gouvernement israélien, craignant des contaminations de masse, impose d’importantes restrictions au pèlerinage. L’interdiction de rassemblement de plus de mille personnes est levée en 2021, alors que la campagne de vaccination israélienne a significativement fait reculer la maladie, et les pèlerins vaccinés sont autorisés à se rendre au mont Méron[6].

En outre, se basant sur le calendrier hébraïque le 33e jour de l’omer en 2021 débute un jeudi soir, et les festivités qui s’étalent d’ordinaire sur une journée (i.e. 24 heures), doivent se concentrer sur 14 heures pour éviter de profaner le chabbat[7].

Or, l’état des lieux, un ensemble de vieilles bâtisses agrandies sans supervision gouvernementale pour accueillir les foules, et l’étroitesse des routes qui y mènent, laquelle compromettrait la libre circulation des secours en cas d’incidents impliquant un grand nombre de blessés, a fait l’objet d’un rapport du contrôleur de l’État (he) dès 2008, suscité l’étonnement de Miri Regev (devenue ministre des transports, le ) quant à l’absence de régulateur en 2014 puis l’inquiétude de Dudi Amsallem (he) qui remet les conclusions du comité de la protection de l'intérieur et de l’environnement à la Knesset en 2017[8].

Un an plus tard, le journaliste haredi Arye Erlich tente lui aussi de tirer la sonnette d’alarme sur le goulot humain qui pourrait se former à la sortie de l’allumage organisé pour les hassidism de Toldot Aharon, évoquant la bousculade qui a causé la mort de deux étudiants lors des funérailles du rabbin Shmuel Wosner en 2015[9].

La Police d'Israël se prépare à l’événement dès janvier 2021. De nombreuses simulations concrètes sont menées conjointement avec des organisations de secours publiques et privées, certains prenant en compte l’évacuation de blessés et de morts ; le 19 avril, les préparatifs sont présentés et approuvés par l’Inspecteur Général Yaakov Shabtaï et le Ministre de l’Intérieur Amir Ohana ; ils prévoient le déploiment de quelque deux-cent cinquante ambulances du Magen David Adom, épaulés par des équipes d’Ezer Mizion (en), Hatzalah et ZAKA, et la présence de cinq mille policiers[7]. La plupart des discussions sur la tenue de l’évènement en cabinet ministériel, porte cependant sur le risque de nouvelles contaminations en raison de la densité des populations et les craintes de nouveaux variants.

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’évènement s’étant produit près de minuit, seules quelque cent mille personnes sont arrivées au mont Méron contre le quart de million habituel. Cependant, les contraintes horaires provoquent déjà un important mouvement de foule, et plusieurs dizaines de personnes doivent être prises en charge par les équipes de premiers soins avant le début de la bousculade. Celle-ci se produit après l’allumage du bûcher réservé aux hassidim de Toldot Aharon : après le début des danses, des centaines de personnes quittent les lieux, sortant par une pente au sol métallique ; n’ayant aucune rampe pour se retenir, ils s’appuient les uns contre les autres. Arrivés à un tunnel étroit, divers participants de la procession glissent sur le sol ou des marches de pierre trempées d’eau ou de jus de fruit, que des organisations d’accueil avaient bénévolement distribué aux pèlerins. Ils sont écrasés et asphyxiés par les suivants tandis que des policiers les auraient, aux dires de témoins, empêché de progresser. Les images du drame montrent des parois s’affaiscer sous le poids de la masse humaine qui a perdu le contrôle du mouvement tandis que des vagues humaines s’écrasent l’une après l’autre. Ce n'est cependant que vers 0:50 que la musique joyeuse est interrompue pour demander à plusieurs reprises aux participants de laisser les secours passer.

L'ancien grand-rabbin d'Israël Israel Meir Lau, présent, lance un appel au calme et avec d'autres rabbins dit des psaumes pour les blessés[10].

Enquête[modifier | modifier le code]

Au 6 mai, aucune enquête officielle d'État n'a été lancée mais différentes autorités comme le Contrôleur d'État Matanyahu Englman (en) ou la police ont débuté leur propre enquête. Selon le Times of Israel, « d’anciens responsables de la police ont déclaré que l’on craignait depuis des années qu’une tragédie ne survienne en raison des foules massives et du manque de surveillance à Lag Ba'Omer » et que des pressions par les députés religieux demandaient qu’aucune limite ne soit imposée au nombre de participants en raison de la pandémie de COVID-19[11].

Victimes[modifier | modifier le code]

Parmi les quarante-cinq victimes figurent au moins vingt-quatre étudiants de Yechiva (dont la Yechiva de Mir à Jérusalem (trois) et de Brachfeld (un) ; un de la Yechiva de Ponevezh à Bnei Brak) et des jeunes garçons. Six victimes sont des citoyens américains, deux sont canadiens, un est argentin. Deux familles perdent deux enfants (deux frères Israéliens âgés de 14 ans et 9 ans ; deux frères Franco-israéliens[12] de 18 ans et 12 ans). La plus jeune victime est âgée de 9 ans[13].

Aide[modifier | modifier le code]

La population israélienne se mobilise pour venir en aide aux victimes et à leur familles. L'aide est offerte par les juifs (religieux et non religieux), les Arabes, les Druzes. De longues lignes se forment pour donner du sang, particulièrement du type O. À Tel Aviv-Jaffa, les éventuels donneurs sont si nombreux, qu'on leur demande de revenir dimanche. Certains attendent des heures sous le soleil pour donner de leur sang. Le vendredi , on compte 2 208 donneurs dont le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. De l'eau, de la nourriture, de l'hébergement, des prières sont offerts. [14].

Réactions et condoléances[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Imbert, « En Israël, le pèlerinage des ultraorthodoxes au mont Méron tourne à la tragédie », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 1er mai 2021).
  2. (en) « Israel crush: Dozens killed at Lag B'Omer religious festival », sur bbc.com, British Broadcasting Corporation, (consulté le 30 avril 2021).
  3. « Lag B’Omer : 45 morts et 150 blessés lors du rassemblement au mont Meron », sur fr.timeofisrael.com, The Times of Israel, (consulté le 1er mai 2021).
  4. « La bousculade à Meron est «l'une des plus graves catastrophes» de l'histoire d'Israël (Benjamin Netanyahu) », sur rfi.fr, Radio France internationale, (consulté le 1er mai 2021).
  5. (en) Israel Marks National Day Of Mourning For Meron Victims. theyeshivaworld.com. My 2, 2021.
  6. (en) Felicia Schwartz, « Dozens Killed in Stampede at Israeli Religious Festival », The Wall Street Journal, (consulté le 30 avril 2021).
  7. a et b Collectif, « ’Hatsi milion krikhim ve-5000 shotrim : mitkonenim lahiloula hagdola ba’olam » [« Un demi-million de sandwiches et 5000 policiers : les préparatifs pour la plus grande hiloula du monde »], Ynet,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2021)
  8. (he) Gili Melnitsky, « Ein li moussag mi menahel ett ze aval yom e’had yiqre po asson : 13 shanim shel kaos holidou rega e’had ma’hrid » [« Je n’ai aucune idée de qui dirige cela mais un jour, il se produira une catastrophe ici : 13 ans de chaos ont enfanté un moment d’horreur »], The Marker,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mai 2021)
  9. (he) « Asson beMeron: Hatsiouts hametsamrer shel ha’itonay ha’haredi » [« Catastrophe à Meron: le tweet prémonitoire du journaliste haredi »], sur Hadashot Srougim, (consulté le 2 mai 2021)
  10. (en) « HORRIFIC TRAGEDY IN MERON: 45 R”L Dead After Stampede At Kever Rashbi; More Than 100 Injured. », sur theyeshivaworld.com., .
  11. « Meron, 11 minutes tragiques : de nouvelles images montrent le déroulé du drame », sur The Times of Israel,
  12. « Israël : deux frères franco-israéliens parmi les victimes de la bousculade mortelle de Méron Quarante-cinq personnes sont mortes, dont deux frères franco-israéliens de 12 et 18 ans, dans une bousculade survenue vendredi matin lors d’un pèlerinage pour la fête juive de Lag Baomer », sur lemonde.fr, .
  13. (en) « MERON VICTIMS: 24 Bochurim And Boys, 4 Mir Talmidim, At Least 6 US Citizens, 2 Canadians », sur theyeshivaworld.com, (consulté le 4 mai 2021).
  14. (en) « Thousands Of Israelis From All Sectors Rally To Assist Meron Victims », sur theyeshivaworld.com, (consulté le 4 mai 2021).
  15. a b c d et e (en) Biden, Other World Leaders, Offer Condolences To Israel. theyeshivaworld.com. May 1, 2021.