Shimon bar Yohaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Imagerie populaire récente de Rabbi Shimon bar Yohaï sur une bougie
Le tombeau de Rabbi Shimon bar Yohaï à Meron pendant Lag Ba'Omer
Le tombeau de Rabbi Shimon bar Yohaï au XIXe siècle
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Rachi.

Shimon bar Yohaï ou Siméon bar Yohaï (en hébreu : שמעון בר יוחאי), acronyme Rachbi, est un rabbin ayant vécu en Galilée (Israël) à l'époque romaine et après la destruction du second Temple de Jérusalem, ce qui situe sa vie entre la fin du Ier siècle et le IIe siècle de l'ère chrétienne. Il serait mort à Méron, probablement un 18 Iyar du calendrier hébreu.

La tradition orale juive rapporte que, suite à des propos critiquant le gouverneur romain, il fut condamné à mort et dut s'exiler dans une grotte pendant 13 ans au cours desquelles il aurait rédigé le Zohar, ouvrage fondamental de la Kabbale et de la mystique juive.

Aujourd'hui, il est célébré comme un « saint » par certaines communautés juives séfarades mais aussi par les cabbalistes. Chaque année, un pèlerinage est organisé à Méron (à l'occasion de Lag BaOmer) sur l'emplacement de son tombeau.

Selon la tradition orale[modifier | modifier le code]

Shimon bar Yohaï étudiait à Yabné près de Bnei Brak, dans une yeshiva fondée par Rabbi Akiva Ben Joseph dont il était devenu l'un des plus éminents disciples. Rabbi Akiva refusa pourtant de lui attribuer le titre de rabbi à cause de son caractère, et Shimon bar Yohaï ne devint rabbi qu'après le décès de son Maître, lorsque celui-ci fut exécuté par Hadrien pour avoir bravé l'interdiction d'enseigner la Torah.

Selon la tradition, de nombreux miracles sont attribués à Shimon bar Yohaï. Notamment, aux environs de l'an 138, ayant été envoyé à Rome comme ambassadeur, pour demander à l'Empereur Antonin le Pieux d'abolir les décrets interdisant l'observance du culte juif, il aurait obtenu l'accord de l'empereur en exorcisant sa fille d'un démon.

Des sentiments anti-romains animaient cependant Bar Yohaï et les persécutions le conduisirent à fuir vers 161 (selon Heinrich Graetz) pour s'enfermer dans une caverne, puis se cacher à Tibériade et dans d'autres villes de Galilée. L'ange Métatron lui y aurait révélé la fin du Monde et la venue du Messie.

Shimon bar Yohaï étudiait entouré de ses disciples, les rabbis Eléazar (son fils), Juda, Jossé Hiya et Isaac.

Son enseignement s'orientait autour de deux préceptes fondamentaux, la prière désintéressée et la supériorité de l'étude, l'une menant à l'autre et réciproquement.

Shimon bar Yohaï n'a laissé aucune œuvre certaine. Mais on lui attribue notamment :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]