Bourgeoisie (Suisse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgeoisie.

En Suisse, la bourgeoisie est un droit personnel, survivant du droit médiéval urbain et jadis commun à l'ensemble des villes de l'Europe occidentale. La bourgeoisie, ou commune bourgeoise, est aussi une collectivité locale, qui existe encore dans certains cantons, à laquelle participent les habitants originaires de la commune ou anciens bourgeois, par opposition aux nouveaux habitants. La bourgeoisie, qui est une institution remontant à la loi sur les communes de 1866[pas clair], a perdu de l'importance, mais gère encore des hôpitaux et, dans quelques cantons, reste l'autorité qui confère encore un « droit de bourgeoisie » préalable à l'obtention de la naturalisation suisse. On parle également de lieu d'origine.

Il existe une « Fédération suisse des bourgeoisies et corporations » dont le rôle est notamment de défendre le « maintien des institutions bourgeoisiales ».

En Suisse, il n'existait pas de bourgeois sans « droit de bourgeoisie » (sorte de droit de cité), qui était une charte de libertés et de droits contractée entre la noblesse et la bourgeoisie, le préalable pour appartenir à cette bourgeoisie étant la possession d'un bien immobilier au cœur de la ville[1],[2].

Particularités cantonales[modifier | modifier le code]

Dans le canton du Valais, il existe encore de nombreuses bourgeoisies actives. À côté de la commune municipale qui s'occupe des citoyens résidents, on trouve généralement la commune bourgeoisiale, dont les compétences touchent particulièrement les citoyens qui sont originaires de la commune au regard de la loi sur la nationalité. Ainsi, on peut être Suisse et résidant dans une commune, sans en avoir le droit de bourgeoisie.
A contrario, dans le canton de Genève (remplacé par la République de Genève), les bourgeois n'ont plus d'influence depuis 1798. Le titre de bourgeois à Genève n'a plus aucune valeur et ne donne aucun droit supplémentaire depuis cette date[3].

Bourgeoisie d'honneur[modifier | modifier le code]

La bourgeoisie d'honneur est remise à certaines personnes qui œuvrent pour le bien-être du pays ou d'une commune. Elle n'est pas héréditaire et n'a aucun effet sur la nationalité.

Napoléon III était bourgeois de la commune de Salenstein (Thurgovie)[4].
L'ex-roi de Suède Gustave IV Adolphe était bourgeois de la commune de Bâle[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bourgeoisie » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  2. http://www.diesbach.com/sghcf/bourgeoisie.html
  3. Voir un exemple d'une petite bourgeoisie de montagne sur Bourgeoisie, son site Internet
  4. Mémoires et Documents académie Chablaisienne
  5. Nouvelle biographie. oefer