Benoîte Rencurel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Benoîte Rencurel
Image illustrative de l’article Benoîte Rencurel
Tableau représentant Benoîte Rencurel, peint de son vivant. Ce tableau se trouve dans la chapelle derrière le chœur de la basilique.
Vénérable
Naissance
Saint-Étienne d'Avançon
Décès (à 71 ans) 
Saint-Étienne d'Avançon
Vénéré à Basilique Notre-Dame du Laus
Vénéré par Église catholique romaine

Benoîte Rencurel (Saint-Étienne d'Avançon, id., ) est une bergère à qui la Vierge Marie est apparue en 1664. Les apparitions de Notre-Dame du Laus dans le diocèse de Gap auraient duré 54 ans, un record dans l'histoire des apparitions mariales. Ces apparitions ont été reconnues officiellement par l’Église catholique le et Benoîte Rencurel, dont le procès en béatification est ouvert, a été reconnue « vénérable » par le pape Benoît XVI le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'église de Saint-Étienne-le-Laus.
Plaque à l'intérieur de l'église de Saint-Étienne-le-Laus.

C'est dans un hameau des Alpes à Saint-Étienne-d'Avançon, où quelques familles à peine vivaient au XVIIe siècle, que Benoîte Rencurel voit le jour le [1],[N 1]. Elle sera baptisée le lendemain dans l’église paroissiale.

La pauvreté des Rencurel devient une profonde misère à la mort du père de famille. Benoîte, alors âgée de sept ans[1], est chassée avec les siens du logis où elle avait passé ses premières années. Elle doit bientôt gagner son pain comme gardienne de troupeaux. À partir de l'âge de douze ans, elle travaille chez deux maîtres : Jean Roland, cultivateur brutal que Benoîte convertit par sa douceur et Louis Astier, homme de bien[2]. À l'âge de 17 ans, elle ne sait toujours ni lire, ni écrire[1].

Les apparitions[modifier | modifier le code]

Chapelle de Notre-Dame-des-Fours.

Benoîte exerce au Laus sa mission d'accueil, de prière et de pénitence en mettant en œuvre son charisme de connaissance des cœurs. Des centaines de guérisons physiques opèrent au Laus, notamment par les onctions de l'huile de la lampe du sanctuaire, appliquées avec foi, selon le conseil de la Vierge Marie.

À l'automne 1666, Benoîte entre dans le Tiers-Ordre dominicain, sans doute le jour de la pose de la première pierre de la nouvelle église[3] (qui prendra le titre de « basilique » plus tard). Comme de coutume à l'époque, elle endosse une tenue particulière évoquant la tenue d'une religieuse (avec une coiffe spéciale). Elle est appelée du nom de « sœur benoîte », comme il est d'usage à l'époque[N 2], mais elle continue de mener sa vie de bergère et de laïque dans son village[4].

Les témoignages[modifier | modifier le code]

Les autorités ecclésiastiques hésitent sur l’attitude à avoir au sujet des phénomènes qui se produisaient au Laus. En septembre 1665, le vicaire général d’Embrun, Antoine Lambert, accompagné du père jésuite Gérard et du chanoine Bounnafous, se rendent au Laus et mènent une enquête. Ils interrogent la voyante à plusieurs reprise. S'ils sont dans un premier temps très critiques sur les apparitions, leur enquête, et surtout la guérison « jugée miraculeuse » d’une femme de vingt-deux ans, Catherine Vial, alors qu'ils sont encore sur le lieu, finissent de les convaincre. Dans la nuit du 18 au , après une neuvaine de prière pour la malade, alors que celle-ci se trouve dans son lit, la malade sent soudain qu’elle peut déplier ses jambes qui étaient rétractées sous elle depuis six ans. Le matin, elle court se rendre à la messe célébrée par Antoine Lambert qui s’écrie alors : « Le doigt de Dieu est là ! Le doigt de Dieu est là ! »[5]. Le vicaire Lambert interroge la miraculée, puis sa mère et d'autres témoins. Pour les membres de la commission ecclésiastique, « il ne fait plus de doutes que le Laus est bien le théâtre d'événements surnaturels : apparitions et miracles »[6],[7]. Le vicaire de l'évêque nomme alors le père Pierre Gaillard « directeur de la chapelle », afin de soulager le curé de Saint-Étienne-d'Avançon. La construction d'une nouvelle église est programmée, elle sera construite de 1666 à 1669. C'est à partir de cette date[N 3] que des miracles sont signalés après application de l'huile de la lampe[N 4] de la chapelle, suivant les indications rapportées par la voyante, et d'après Benoîte, ces indications ont été données par la Vierge Marie elle-même, qui aurait déclaré que l'application de l'huile, avec l'intercession de la Vierge, et la foi du malade, donnerait la guérison, car « Dieu a donné ce lieu pour la conversion des pécheurs »[8].

La croix devant laquelle Benoîte a eu à cinq reprises la vision du Christ crucifié.

À l'automne 1666, Benoîte entre dans le Tiers-Ordre dominicain, sans doute le jour de la pose de la première pierre de la nouvelle église[3] (qui prendra le titre de « basilique » plus tard).

À partir de 1669, le père Peytieu, chapelain du Laus décrit des apparitions fréquentes, lorsque Benoîte est en extase, généralement après avoir communié ou s'être au moins confessée. Le chroniqueur rapporte que de nombreux pèlerins ont pu assister à ses extases[8].

En 1670, Jean Javelly, nouveau vicaire du diocèse, convoque Benoît à Embrun pour l’interroger. La jeune fille se rend à l'évêché et y séjourne du 28 mai au . Elle est interrogée tous les après-midis par le vicaire et des jésuites et d'autres clercs[8]. Les enquêteurs notent que la jeune fille « répond avec franchise et simplicité à leurs multiples questions ». Lors de la messe de la Fête-Dieu, durant la messe présidée par le vicaire de l'évêque, celui-ci observe une extase de la voyante. À la demande du prélat, Benoîte décrit sa vision disant qu'elle avait vu la Vierge Marie « habillée en reine, une couronne sur la tête, toute éclatante de lumière ». À ces éléments s'ajoute le rapport des personnes chargées de surveiller en continu la jeune voyante qui attestent que durant la douzaine de jours de son séjour, Benoîte n'avait ni mangé ni bu, et n'en semblait nullement affectée. Le vicaire conclut par un rapport favorable sur la voyante et les prétendues apparitions[9]. Le nouvel archevêque, Mgr de Genlis, se rend au Laus pour y rencontrer la voyante et l'interroger personnellement. Le , il interroge la voyante durant trois heures et demi et note lui-même les réponses sur un document qu'il garde dans ses archives. À l'issue de l'interrogatoire, il autorise les travaux d'agrandissement de l'église. Si l'archevêque ne publie aucun document officiel reconnaissant les apparitions, celles-ci se trouvent « définitivement authentifiées »[N 5], et Benoîte poursuit sa mission d'accueil et de conseil spirituel auprès des pèlerins[9],[7].

Le Christ en Croix[modifier | modifier le code]

En juillet 1673, Benoîte voit Jésus-Christ fixé à la Croix et elle se sent inondée de son sang. Elle se trouve brusquement raidie, chaque semaine dans la pose de crucifiée et reste ainsi du jeudi au samedi, sans pouvoir faire un geste. Cette « crucifixion mystique » va durer de 1673 à 1684[3],[10]. Elle s'effare, dans son humilité, de l'attention générale qu'attire sur elle ce prodige et demanda que d'autres souffrances, moins visibles, lui soient accordées. C'est à partir de 1689 qu'elle subira des sévices nocturnes et combattra spirituellement le démon toutes les nuits jusqu'à sa mort[10],[11].

Invasion savoyarde[modifier | modifier le code]

L'invasion savoyarde en août 1692 oblige Benoîte à quitter le Laus. Elle se réfugie à Marseille pendant deux mois.

Les dernières années[modifier | modifier le code]

L'oratoire de l'ange : lieu où Benoîte a été transportée par l'ange, notamment dans la nuit du « l'ange éclaire tout le vallon d'un flambeau rayonnant ».
La maison où a vécu Benoîte Rencurel à partir de 1673.
La chambre de Benoîte.

À partir de 1692, Benoîte subit des « persécutions de la part de prêtres jansénistes » nommés au Laus, ainsi que du nouveau vicaire général du diocèse. Ces prêtres qui ont « une conception rigoriste d'un salut réservé à un petit nombre » sont heurtés par les confessions incessantes et les communions fréquentes des pèlerins. Ils dénigrent Benoîte, entravent les pèlerinage et influence l'évêque du diocèse Mgr de Genlis, à qui ces prêtres remontrent que la bergère du Laus est une « dangereuse illuminée »[10].

Le , la Vierge lui apparaît entourée par des anges qui emportent Benoîte jusqu'au ciel puis la rapportent ensuite dans son hameau. Lisant dans les âmes, elle ramène au bien les pécheurs en leur disant le nombre et la gravité de fautes qu'ils croyaient ignorées de tous. À Marseille, elle montre à M. de Coulonge, alors vicaire général, qu'elle connaît sa pensée et le doute qu'il garde en l'écoutant.

En 1712, l'évêque confie le sanctuaire à une nouvelle congrégation : les pères de Sainte-Garde. Leur arrivée amène un renouveau du pèlerinage, et Benoîte « peut vivre ses dernières années dans la paix ». Benoîte meurt le , en la fête des saints Innocents, elle est enterrée dans la chapelle de Bonne-Rencontre[10],[N 6].

Benoîte a d'abord été enterrée au cimetière du Laus qui, alors, jouxtait l'église. Son corps fut ensuite déposé dans le caveau actuel dans le chœur même de la basilique[3].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Béatification et canonisation[modifier | modifier le code]

Les premières démarches en vue de l'introduction de sa cause sont faites par Mgr Bernadou, mort cardinal-archevêque de Sens, alors évêque de Gap. Le procès s'ouvrit le . Benoîte Rencurel est la première voyante d'apparition mariale à voir sa cause de béatification introduite en cour de Rome. Le , le pape Pie IX déclare Benoîte Rencurel « Vénérable servante de Dieu »[12]. Le décret sur les écrits a été promulgué le . Arrêtée en 1913, la cause a été reprise en 1981. En 1996, une nouvelle demande pour la béatification de Benoîte est introduite à Rome[5]. Le le pape Benoît XVI, reconnait l'héroïcité des vertus de Benoîte Rencurel et la déclare « vénérable »[13].

La reconnaissance d'un miracle (qui lui soit attribué) est maintenant nécessaire pour obtenir sa béatification. Un bureau médical composé de cinq médecins, se réunit au Laus tous les deux mois pour étudier les témoignages de grâces, qui se comptent par dizaines chaque mois. Les responsables du dossier indiquent « qu'à ce jour (fin 2017), ils sont encore à l’étude d'un cas qu’ils pourraient présenter à Rome »[13].

Événements[modifier | modifier le code]

Les autorités du sanctuaire marial du Laus ont décrété l'année 2018 : « année Benoîte » pour célébrer les 300 ans de sa mort, les 300 ans de la fin des apparitions (que la voyante aurait eues jusqu'à sa mort, d'après le recteur du sanctuaire), et les 10 ans de la reconnaissance officielle des apparitions par l’Église[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certaines sources donnent comme date de naissance le au lieu du 29 septembre. Voir l'article sur La Provence.
  2. À l'époque, l'entrée dans un Tiers-Ordre était assimilé à une entrée en religion (comme pour les religieuses). Les membres portaient un habit particulier et pouvaient être appelés sœur ou frère. Cet usage a été supprimé depuis.
  3. La formulation sur l'ouvrage d'Yves Chiron n'est pas très claire, et ne permet pas de savoir s'il fait référence à septembre 1665 (départ de la commission ecclésiastique) ou à 1669 (fin de la construction de l'église.
  4. Il s'agit de la lampe qui brûle en continue devant le tabernacle de la chapelle. La lampe à huile possède un réservoir, régulièrement rempli, duquel on prélève régulièrement un peu d'huile pour la mettre dans une fiole que l'on donne ensuite aux malades et aux pèlerins.
  5. « Définitivement authentifiées » d'après Yves Chiron. Voir Yves Chiron 2007, p. 154.
  6. Une autre source indique qu'elle a été enterrée dans le cimetière communal. Aujourd'hui, son caveau est installé dans la basilique du Laus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Yves Chiron, Enquete sur les apparitions de la Vierge, Perrin, , 427 p. (ISBN 978-2-262-02832-9), p. 150.
  2. Almanach Catholique Français, édition 1927
  3. a b c et d Collectif, La basilique de Notre-Dame du Laus, Gap, éditions des Alpes, .
  4. Bouflet et Boutry 1997, p. 86-87.
  5. a et b « France : Les apparitions de la Vierge à Benoîte Rencurel », Zénit,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juin 2020).
  6. Yves Chiron 2007, p. 152.
  7. a et b Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 87.
  8. a b et c Yves Chiron 2007, p. 153.
  9. a et b Yves Chiron 2007, p. 154.
  10. a b c et d Yves Chiron 2007, p. 155.
  11. En particulier l'abbé Gaillard qui rédige un Traité des rudes tentations, cruels tourments et persécutions que les démons font souffrir à sœur Benoite, conservé dans les archives du sanctuaire du Laus.
  12. Collectif, Siècle : La circulation des dévotions, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, , 152 p. (ISBN 978-2-84516-154-2, lire en ligne), chap. 12, p. 129.
  13. a b et c Anita Bourdin, « L’Immaculée Conception, fête de la « beauté de Marie » », Zénit,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages historiques
  • Charles Matheron, Recueil historique des merveilles que Dieu a opérées à Notre-Dame de Laus, près de Gap, en Dauphiné, par l'intercession de la Sainte Vierge, et des principaux traits de la vie de Benoîte Rencurel, surnommée la bergère du Laus, A. Faure, , 130 p. (lire en ligne). Une étude comparative de diverses éditions a été réalisée par la bibliothèque dauphinoise, [lire en ligne]. L'édition de 1817 est également disponible en ligne : Recueil historique des merveilles que Dieu a opérées à Notre-Dame du Laus..., Avignon, L. Aubanel, , 108 p. (lire en ligne).
  • Mgr Jean-Irénée Depéry, La maison de sœur Benoîte, Gap, .
  • Auguste Martel (abbé), Histoire du sanctuaire de Notre-Dame du Laus (Hautes-Alpes) et de la pieuse bergère qui l'a fondé, Paris, Repos, , 256 p. (lire en ligne).
  • François Lépine (abbé), Précis historique du couronnement de Notre-Dame du Laus, diocèse de Gap, dressé conformément au mandement de Mgr l'évêque 23 mai 1855, Gap, Delaplace, , 118 p. (lire en ligne).
  • F. Pron (abbé), Histoire des merveilles de Notre-Dame-du-Laus - tirée des archives du vénérable sanctuaire par M. L'abbé F. Pron, publiée par l'ordre et la haute approbation de Mgr Jean-Irénée Depéry, évêque de Gap, Paris, Repos, , 367 p. (lire en ligne).
  • Léon Aubineau, « Benoite Rencurel », Notices littéraires sur le dix-septième siècle, Paris, Gaume frères,‎ , p. 345 à 358 (chapitre XIV) (lire en ligne, consulté le 16 juin 2020).
  • André Jean Marie Hamon, « Notre-Dame du Laus », Notre-Dame de France ou histoire du culte de la Sainte Vierge en France: L'histoire du culte de la Sante Vierge dans les provinces ecclésiastiques d'Avignon, d'Aix et de Chambéry, Paris, H. Plon,‎ , p. 307 à 321 (chapitre XIV) (lire en ligne, consulté le 16 juin 2020).
  • Henri-Cyrille-Adrien Juge, Sœur Benoîte ou cinquante-quatre ans d'apparitions de la très sainte Vierge à la pieuse bergère du Laus : Esquisse historique, P.-N. Josserand, .
  • X. Albert, Rapport sur le pèlerinage de Notre-Dame du Laus, Hautes-Alpes, V. Ducoulombier, , 16 p. (lire en ligne).
  • Abbé Paul Guillaume, Information canonique sur la guérison miraculeuse de Lucrèce Souchon des Praux : par l'intermédiaire de Benoîte Rencurel, bergère du Laus, Gap, L. Jean et Peyrot, , 83 p. (lire en ligne).
  • Berthe Bontoux, Mots du ciel à la vénérable sœur Benoîte, Lille-Paris, .
  • Félix Vernet, La vénérable Benoîte Rencurel, fondatrice du Laus (1647-1718), Paris, J. Gabalda et Fils, .
  • Pierre Médan, Nos raisons de croire aux merveilles du Laus, Paris, .
  • Pierre Médan, Vie abrégée de la vénérable Benoîte Rencurel, la voyante du Laus, Paris, .
  • Pierre Médan, La Chanson de Benoîte, Paris, .
  • Mgr H. Bernard, Histoire merveilleuse de Notre-Dame du Laus en France et au Canada, Canada, Hull, .
Études
  • Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, « Notre-Dame du Laus au diocèse d’Embrun. Cristallisation d’une religion des montagnes au XVIIe siècle », Montagnes sacrées d’Europe. Actes du colloque « Religions et montagnes », Tarbes, 30 mai-2 juin 2002, Publications de la Sorbonne, vol. 49 de Histoire moderne,‎ , p. 137 à 149 (ISBN 9782859445164). Actes du colloque "Religion et montagnes", Tarbes, 30 mai-2 juin 2002 / textes réunis et publiés par Serge Brunet, Dominique Julia et Nicole Lemaître, publiés dans le volume 49 de « Histoire moderne », de Publications de la Sorbonne, (ISSN 0761-523X).
  • Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Perrin, , 427 p. (ISBN 978-2-262-02832-9), p. 149-155.
Ouvrages récents
  • Roger de Labriolle, Benoîte, la bergère de Notre-Dame du Laus, , 303 p. (ASIN B003WVOXN4).
  • Marie-Agnès Vallart-Rossi, Une laïque missionnaire, Benoîte Rencurel, 1647-1718 : le témoignage du Laus, Nouvelle Cité, , 164 p. (ISBN 2853131289).
  • Marie-Agnès Vallart-Rossi et René Combal, La fondatrice du sanctuaire de notre dame du Laus. Benoîte Rencurel, laïque, du tiers-ordre de Saint Dominique (1647-1718) - Biographie documentée, , 650 p. (ISBN 2853131289).
  • Robert Pannet, Notre-Dame du Laus et Benoîte Rencurel, Fayard - Le Sarment, coll. « Religieux », , 168 p. (ISBN 978-2866790714).
  • René Combal, Notre-Dame du Laus et Benoîte Rencurel : Première approche, , 40 p. (ASIN B00IGDNM44).
  • René Combal, Prier 15 jours avec Benoîte Rencurel : 54 ans d'apparitions de la Vierge à Notre-Dame du Laus, Nouvelle Cité, coll. « Prier 15 jours », (ISBN 978-2853138772).
  • François de Muizon, La vie merveilleuse de Benoîte Rencurel, Nouvelle Cité, coll. « Récit », , 256 p. (ISBN 978-2853134514).
  • René Combal, Les apparitions de Notre-Dame du Laus à Benoîte Rencurel.
  • Bertrand Gournay, Notre-Dame du Laus, l’Espérance au cœur des Alpes, Téqui, , 139 p. (ISBN 978-2740314081).
  • Francine Bay, La belle Dame du Laus, Paris, Pierre Téqui, coll. « Petits Pâtres », , 32 p. (ISBN 978-2740314203). Avec des illustrations de Violaine Morlin.
  • Jean-Michel di Falco Léandri, Benoîte Rencurel, la visionnaire du Laus, Desclée De Brouwer, coll. « Spiritualité », , 200 p. (ISBN 978-2220066370).
  • René Humetz et René Combal, Enquête sur les parfums de Notre-Dame du Laus, Le Sarment, coll. « JUB. SPIRITUAL. », 312 p. (ISBN 978-2866794729).
  • Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 79-87.
  • François de Muizon et Père René Combal, Le Trésor, Histoire et spiritualité de Notre-Dame du Laus, Salvator, Paris, 2018, 190 p. (ISBN 978-2-7067-1683-6)