Bannegon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bannegon
Bannegon
Château de Bannegon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Le Dunois
Maire
Mandat
Christian Richard
2020-2026
Code postal 18210
Code commune 18021
Démographie
Population
municipale
273 hab. (2019 en augmentation de 8,76 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 07″ nord, 2° 42′ 51″ est
Altitude Min. 173 m
Max. 256 m
Superficie 21,08 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Dun-sur-Auron
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bannegon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bannegon
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Bannegon
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Bannegon
Liens
Site web www.bannegon.fr

Bannegon est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire. Bannegon est à 41,8 km de Bourges et à 21,8 km de Saint-Amand-Montrond. Bannegon est située à 288,6 km de Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

À Bannegon, on compte 40 lieux-dits[1] :

la Terraude, les Planchettes, la Minée, les Chavans, les Thiots, les Sopins, les Mauguins, la Croix Bodin, la Chaume Commune, la Traversaine, Bergerenne, le Gros Chêne, les Bions, le Bout, les Juncheres, le Pont de Sargy, Chambre, les Saquets, les Denis, l'Orme, le Moulin de Chaméron, Entruye, la Chaume des Chênes, le Rhimbé, le Four, le Brot au Chat (Le Breuil-Eschart), les Ampolies, les Racots, Fontblisse, les Aubris, les Essigots, les Fourneaux, le Pont à Baras, le Gué de Sable, le Petit Vernais, la Baraque, le But, la Croix des Pouzes, la Carelle, Bois Mort.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de Bannegon sont : Thaumiers à 5,4 km, Bessais-le-Fromental à 8,5 km, Neuilly-en-Dun à 6,5 km, Chaumont à 6,1 km, Vernais à 4,9 km et Chalivoy-Milon à 9 km.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village de Bannegon est traversé par plusieurs cours d'eau : le Sagonnin, l'Auron, Madériau. Le canal de Berry passe sur le territoire de Bannegon. Trois bras du canal se rejoignent à l'écluse de Fontblisse.

Le 1er juin 2016, le Sagonnin et l'Auron sont sortis de leur lit et ont inondé la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bannegon est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (98,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (98,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (81,2 %), terres arables (17,5 %), zones urbanisées (1,2 %), forêts (0,1 %)[7].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Bannegon est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, la rupture d'un barrage[8]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[9].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Bannegon.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[10]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. La totalité de la commune est en aléa moyen ou fort (90 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 220 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 220 sont en en aléa moyen ou fort, soit 100 %, à comparer aux 83 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[11],[Carte 2].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 2018 et 2020 et par des mouvements de terrain en 1999[8].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est en outre située en aval du barrage de l'étang de Goule, de classe B[Note 2]. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 20 décembre 1565, pendant l'étape de son Grand tour de France menant de Dun-sur-Auron à Couleuvre, le roi Charles IX s'arrête pour se restaurer au lieu-dit du Pont de Sargy, « qui ne sont que deux ou trois maisons[14] » d'après le chroniqueur Abel Jouan[15].

En 1569, Nicolas de Nicolay décrit dans sa Générale description du Bourbonnais la cité comme « Bannegon-le-Barré, paroisse moitié Berry et moitié Bourbonnais, chasteau fort et justice ruiné et destruit en l'année dernière mil cinq cent soixante huit par la rébellion de la demoiselle de Neufvy ; et contient pour le Bourbonnais 90 feux. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1799 1804 François Mativon    
1804 1807 Pierre Petit    
1807 1813 Jean Chevrette    
1813 1825 Claude Joseph Benoit de Bengy    
1825 1826 Louis Guillain (faisant fonction)    
1826 1830 Monsieur Blondel    
1830 1835 Jean-Baptiste Defoulnay    
1835 1848 François Méténier    
1848 1878 Charles Mativon    
1878 1881 Claude Robet    
1881 1887 Abel-Baptiste Renaudein    
1881 1887 Abel-Baptiste Renaudein    
1887 1900 Claude Robet    
1900 1902 Gilbert Gonin    
1902 1911 Claude Robet    
1911 1920 Jacques de Bengy    
1920 1922 Joseph Bissonnier    
1922 1944 Gabriel Alliaume    
1944 1947 Monsieur Georges    
1947 1960 Monsieur Petit    
1960 1984 Ferdinand de Bengy    
1984 1996 Georges James    
1996 décembre 2006 Roger Cordebois    
décembre 2006 mars 2014 Guy James    
mars 2014 mai 2020 Claude Desoblin[16]   Retraité salarié du secteur privé
mai 2020 en cours Christian Richard[16],[17]   Ouvrier agricole

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2019, la commune comptait 273 habitants[Note 3], en augmentation de 8,76 % par rapport à 2013 (Cher : −3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
566546812826757839771820862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8859681 0431 0611 0649961 0151 007962
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
961969919773707623583541508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
398383351297260254270272251
2017 2019 - - - - - - -
274273-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Bannegon est située dans l'académie d'Orléans-Tours, dans la circonscription de Saint-Amand-Montrond.

L'école fait partie d'un RRE (réseau rural d'éducation). Les autres membres du RRE sont les écoles de Bessais-le-Fromental, de Chalivoy-Milon, de Saint-Germain-des-Bois (Cher) et de Thaumiers.

Un RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) a été créé le 29 août 2001 entre les communes de Bannegon, Bessais-le-Fromental et Vernais en raison d'un nombre d'élèves insuffisant. Le RPI est composé de deux écoles d'une classe réparties de la façon suivante :

  • la maternelle (petite section, moyenne section et grande section) et le CP (cours préparatoire) à l'école de Bessais-le-Fromental ;
  • le CE1 (cours élémentaire 1re année), le CE2 (cours élémentaire 2e année), le CM1 (cours moyen 1re année) et le CM2 (cours moyen 2e année).

Il n'y a pas d'école à Vernais.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[12].
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des lieux-dits de Bannegon, p. 8-9, par Thierry Benoit », sur Canal Bannegon.
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Bannegon », sur Géorisques (consulté le )
  9. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  10. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  11. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  12. Article R214-112 du code de l’environnement
  13. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  14. Abel Jouan, Recueil et discours du voyage du Roy Charles IX, Paris, Jean Bonfons, (lire sur Wikisource), p. 69r
  15. C. Lelièvre et F. Vilaire, « Mémoires de la Société historique, littéraire et scientifique du Cher. Monographie de Chalivoy-Milon (suite) », sur Gallica, (consulté le ), p. 123
  16. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. Site du château de Bannegon
  24. Notice no PA00096647, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]