Neuilly-en-Dun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuilly-en-Dun
Neuilly-en-Dun
Salle municipale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Les Trois Provinces
Maire
Mandat
Serge Butard
2020-2026
Code postal 18600
Code commune 18161
Démographie
Population
municipale
219 hab. (2019 en diminution de 13,1 % par rapport à 2013)
Densité 7,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 39″ nord, 2° 47′ 01″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 265 m
Superficie 29,46 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Dun-sur-Auron
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Neuilly-en-Dun
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Neuilly-en-Dun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Dun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Dun

Neuilly-en-Dun est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Dun est situé dans le département du Cher, dans la Région Centre-Val de Loire. La commune est située à 27,4 km de Saint-Amand-Montrond, à 46,8km de Bourges, à 51,7 km de Nevers, à 168, 5 km d' Orléans, à 293,8 km de Paris.

Localisation[modifier | modifier le code]

Lieux-Dits[modifier | modifier le code]

A Neuilly en Dun il y a 44 Lieux-Dits:

Barateaux (les), Berniers (les), Bonnets Rouges (les), Champs des murs (le), Champs meunier (le), Chateau de Lienesse (le), Chaume vallée (la), Chaume bourgeois (la), Chaume carreaux (la), Chaumes Varisson (la), Claveaux (les) , Coudras (le) , Chaumes du soc (la), Chaumes (la) , Domaine du bois (le), Duzes (les), Ecluse des presles (l'), Ecluse de Neuilly (l'), Entruye (l'), Fouraton, Gargots (les) , Gadeaux (les) , Gagnerie (la), Galetas (les) , Lienesse, Lignes (les), Laumoy, Moulins D'enjean (le), Murailles (les), Nourissons (les), Ormenay (l') , Petit Varisson (le), Poule (la), Pont de St Laurent (le) , Puits de Vorne (le),Renards (les), Romenée (la), Riaux (les), Rochers (les), Roublas (la), Senais, Servans, Tête au chèvre (la),Truatte (la),Vignonnerie(la).Vignards(Les),Varisson(Le),Vallée(La),Vaurins(Le),Zéros(Les).

Topographie[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Dun fait partie du canton de Sancoins depuis 1790. La commune s'étend sur 2 949 hectares de plaines et de vallons. L'altitude moyenne du bourg est de 219 mètres. La commune est traversée par le Sagonin et le canal de Berry d'est en ouest.Il y a deux écluses à Neuilly-en-Dun:l'écluse de Lienesse et l'écluse de Rhimbé.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Dun est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47 %), terres arables (43,8 %), forêts (4,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,8 %), zones urbanisées (0,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Neuilly-en-Dun vient du latin Nobiliacum « le domaine de » suivi du Dunois qui signifie « lieu élevé ». En 1790 , définitivement rattaché au canton de Sancoins, Neuilly-en-Dun trouve son appellation actuelle et définitive.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 François de Beaucaire    
1792 1793 Anet-Léonard Fournier    
1793 1798 Gilbert Belleret    
1798 1800 Charles Bureau    
1800 1804 François Polly    
1804 1808 Jean de Beaucaire    
1808 1812 Jean Jacquelin    
1812 1822 Jean-Baptiste de la Mousse    
1822 1827 Charles Renaudein    
1827 1829 Jean Maranjon    
1829 1852 Gilbert Maranjon    
1852 1870 Théodore Patissier    
1870 1871 félix Gaget    
1871 1876 Michel Angrand    
1876 1878 Georges-Théodore Barret    
1878 1881 Auguste Jean Chaput    
1881 1892 Félix Gaget    
1892 1896 Jean Chaput    
1893 1902 Aristide Protat    
1902 1915 Etienne Sotton    
1915 1919 Louis Lamouroux    
1919 1927 Pierre Tixier    
1927 1935 Pierre Fradel    
1935 1941 Albert Vrin    
1941 1944 Joseph Robinet    
1944 1971 Henri Boucher    
1971 1974 Auguste Rivière    
1974 1994 Pierre Bardin DVD Agriculteur
1994 2001 Olivier Boubat DVD Chef d'entreprise
2001 En cours Serge Butard[8],[9]   Agriculteur sur grande exploitation
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2019, la commune comptait 219 habitants[Note 2], en diminution de 13,1 % par rapport à 2013 (Cher : −3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
586587660720720708740746768
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
798804886888901864842797808
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
799747691579570515515434399
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
396397383338277258296300254
2017 2019 - - - - - - -
224219-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Neuilly en Dun

L'école de Neuilly-en-Dun est située près de la mairie. Dans cette école publique sont scolarisés les élèves de CM1et CM2. Le regroupement pédagogique intercommunal accueille les élèves d'Augy-sur-Aubois, Chaumont, Givardon, Neuilly-en-Dun, Saint-Aignan-des-Noyers. L'école d'Augy-sur-Aubois est une école maternelle , les élèves de CP , CE1 et CE2 vont à l'école de Givardon.

Le , Augy-sur-Aubois et Neuilly-en-Dun ont formé le début du regroupement pédagogique. En 1996, Saint-Aignan-des-Noyers les a rejoints puis Chaumont en 1998. Enfin la commune de Givardon est entrée dans ce regroupement à partir de 2001.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église sur la place du village faisant partie du circuit du Berry roman, l'église Saint-Roch de Neuilly-en-Dun fut rebâtie entre 1140-1160, et augmentée de sa chapelle nord en 1767.
  • Église Saint-Roch classée parmi les Monuments Historiques : arrêté du . L'église de Neuilly-en-Dun a été construite au XIIe siècle et porte le nom de Saint-Roch. L'église est du style roman avec des ouvertures arrondies[14]. Cette église abrite quatre cloches : l'une a été donnée par la commune voisine de Chaumont en 1841. Les trois autres portent un nom : Edith mesure 0,80 m de diamètre et pèse 330 kg, Régina mesure 0,60 m de diamètre et pèse 150 kg. Enfin , Marie mesure 0,94 m de diamètre et pèse 970 kg .
  • Château de Liénesse. Le pigeonnier est inscrit sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques : arrêté du .

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François de Beaucaire de Péguillon (1514-1591), seigneur de Liénesse, évêque de Metz. Issu d'une famille du Bourbonnais, cet homme d'église proche des Guise fut aussi historien (il écrivit une Histoire de France, publiée après sa mort en 1625). Il fut aumônier de Marie Stuart, reine d'Écosse. Il légua la seigneurie et le château de Liénesse (construit au XIVe siècle) à son cousin, Beaucaire de Puyguillon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. « Berry Roman: en Berry: ma campagne a du style, Berry province.com », p. 58

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :