Auguste Alleaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Auguste Alleaume
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
LavalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres
Père
Auguste Symphorien Alleaume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Rose Hodée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Ludovic Alleaume
Paul Alleaume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Auguste Achille Alleaume, né le à Angers et mort le à Laval, était un peintre et un spécialiste du vitrail français de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d’Auguste Symphorien Alleaume (1821[1]-1895) et de Rose Hodée (1827-1909)[2]. Son père est l'auteur de l'ouvrage Les brevets d'invention, contenant l'horlogerie[3], paru en 1873. Il se marie avec Alphonsine Dymkovska[4], photographe. Sa fille Rose Alleaume (1890-1967) se marie avec Alexis Martinol, qui reprendre l'atelier familial.

Élève de l'École des beaux-arts d'Angers, il est apprenti dans un atelier de peinture sur verre d’Angers dirigé par Truffier et Martin. Il rejoint en 1875 l'École des beaux-arts de Paris, où il rejoint les cours libres de Jean-Léon Gérôme. Il entre dans les ateliers de maîtres-verriers comme Lusson, Leprévost. Il effectue un tour de France en 1882, où il travaille pour Lecomte et Colin à Rennes, puis va jusqu'en Belgique et Hollande où exerce son ami François Comère.

Il rejoint l'atelier de Emmanuel-Marie-Joseph Champigneulle en 1883[5]. Il crée son atelier à Laval[6] situé actuellement rue du Dôme en 1893 qu'il dirige jusqu'en 1937. L'architecte de l'atelier est Louis Marchal.

Il travaille avec deux de ses frères : Ludovic Alleaume, cartonnier, et Paul (1856-1940), monteur-coupeur.

Il renouvelle l'art du vitrail par la simplification du trait, et son approche de la couleur.

Il obtient une plaquette d'honneur à l'Exposition des Arts décoratifs de Paris de 1884, puis la médaille d’or à l'Exposition du Travail de 1885, puis la médaille d’argent à l'Exposition universelle de 1899, il est diplôme d'honneur à l'Exposition des Arts décoratifs de Paris de 1925. Il est conservateur adjoint du Musée d'archéologie de Laval à partir de 1911, puis conservateur en chef à partir de 1921. Officier de l'Instruction publique, il obtient la Légion d'honneur en 1929[7]. Une rue porte son nom à Laval. Il est vice-président, puis président de la Société des arts réunis de Laval.

Il est le frère de Ludovic Alleaume, artiste-peintre et graveur.

Il est inhumé au Cimetière de Vaufleury à Laval.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont très nombreuses en Mayenne, Sarthe, Maine-et-Loire et Ille-et-Vilaine. Plus de 500 cartons, projets, maquettes de vitraux civils ou religieux sont conservés au Musée de Laval[8]. Son inventaire est en cours[9].

Une exposition est organisée en 2014 sur Auguste Alleaume au château de Sainte-Suzanne[10].

Vitraux d'églises[modifier | modifier le code]

Quelques vitraux d'églises :

Il participe aussi à la restauration de vitraux anciens du XVe siècle et XVIe siècle :

Divers[modifier | modifier le code]

Vitraux patriotiques[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs vitraux patriotiques dont ceux des églises de La Bazouge-du-Désert[28], Combourtillé[29], Saint-Jean-sur-Erve[30], et l'église de Saint-Julien-des-Églantiers[31] à Pré-en-Pail. Plusieurs de ses vitraux patriotiques reprennent le sujet de Jeanne d'Arc à Loupfougères[32], et Saint-Fraimbault-de-Lassay.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les vitraux de Saint-Mars-sur-Colmont et les Frères de Heemsce, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne Periodical issue. Image and text mode. Full text search available, 1897.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. né le 20 août 1821 à Pellouailles. Serrurier à Pellouailles lors de son mariage, il est adjudant à l'École des arts et métiers d'Angers lors de la naissance de son fils. Il s'installe dans le quartier de la Doutre à Angers avec sa famille en 1850. Il se consacre à l'horlogerie en 1859, et est le concepteur de l'horloge astronomique du Musée des sciences de Laval. Voir : [1]. En 1864, il fonde son établissement et obtient une médaille de bronze à l'Exposition universelle de Paris de 1887.
  2. Neuf enfants.
  3. [2]
  4. Fille de Jean Dymkovski et Marie Collot, sœur de Ladislas Dymkovski
  5. Il réalise par exemple avec lui une partie des vitraux de l'Eglise Notre-Dame de Mayenne.
  6. 49, rue de Bootz, actuelle rue du Dôme.
  7. [3]
  8. Musées de Laval: La collection beaux-arts et arts décoratifs | Auguste Alleaume – Saint Julien et la femme à la source
  9. patrimoine.paysdelaloire.fr - Études en cours: inventaire des œuvres du peintre verrier Auguste Alleaume
  10. chateaudesaintesuzanne.fr - Auguste ALLEAUME (1854-1940), un maître-verrier en Mayenne
  11. [4]
  12. [5]
  13. Village natal de Myriam Thélen.
  14. /www.chateaudebourgon.com - Chapelle de Bourgon, vitraux d'Auguste Alleaume
  15. Notice no IM53003308, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. Laissez-venir à moi les petits enfants, réalisé en 1899. Voir l'ouvrage Le vitrail de Catherine Brisac, 1990, p. 186.
  17. [6]
  18. Réalisation en 1928 des baies des chapelles latérales (Sainte Famille et Présentation au temple).
  19. Le passage du Couesnon par Guillaume le Conquérant, extrait de la Tapisserie de Bayeux est repris.
  20. Réalisé en 1932.
  21. [7]
  22. Notice no IM35000536, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. Il y restaure successivement les deux grandes baies du transept.
  24. Datée de 1544, attribuée à Simon de Heemsce, peintre-verrier situé à Moulay au XVIe siècle.
  25. « Œuvres mobilières à Montaudin », base Palissy, ministère français de la Culture
  26. Restaurée en 1923, attribuée à Simon de Heemsce, peintre-verrier situé à Moulay au XVIe siècle.
  27. [8]
  28. En 1912, il réalise un vitrail où est représenté autour du Sacré-Cœur, saint Denis, Sainte Geneviève, sainte Clotilde, saint Louis, saint François de Sales, Jeanne d'Arc, etc tous devant un tableau tricolore et un tableau fleurdelisé. Voir aussi : [9]
  29. Réalisé en 1917, il représente l'apparition du Christ avec le Sacré-Cœur, à Sainte Marguerite-Marie, dans un jardin où se trouve un noisetier. Celle-ci est agenouillée avec, à ses pieds, un livre renversé. Sur l'une des pages, on peut lire : Courage et confiance, nous aurons les sales Boches. Cette inscription sera soigneusement recouverte par les paroissiens de la commune de 1940 à 1944, pour n'être dévoilée qu'en 1965. Voir : [10], et [11]
  30. En 1920, il réalise un vitrail qui sera restauré en 1941 suite aux bombardements de juin 1940, où il représente un ange qui vole en portant une couronne sur un poilu mourant chrétiennement et en dessous deux couronnes portant les inscriptions Dieu et Patrie, et R.F. (pour République française).
  31. 8 vitraux de la nef sont réalisés par Alleaume entre 1919 et 1920. Ils représentent des scènes de la Première Guerre mondiale avec quelquefois des visages peints des enfants de la commune.
  32.  : Jehanne: va et délivre le pays.

Bibliographie[modifier | modifier le code]