Ludovic Alleaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alleaume.
Ludovic Alleaume
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Père
Auguste Symphorien Alleaume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Rose Hodée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frères
Auguste Alleaume
Paul Alleaume (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Ludovic Alleaume, né le à Angers, et mort à Paris, est un peintre, graveur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ludovic Alleaume naît le à Angers, en Maine-et-Loire[1]. Il est le fils d’Auguste Symphorien Alleaume (1821-1895)[2] et de Rose Hodée (1827-1909)[3]. Son père est l'auteur de l'ouvrage Les brevets d'invention, contenant l'horlogerie, paru en 1873[4].

Élève de l'école régionale des beaux-arts d'Angers auprès de l'artiste Eugène Brunclair, il devient apprenti chez des peintres décorateurs à Angers. Il rejoint ensuite l'École des beaux-arts de Paris où il est admis dans les ateliers d'Ernest Hébert et de Luc-Olivier Merson). Ludovic Alleaume est principalement un portraitiste[5]. En 1883, il débute au Salon des artistes français.

Il est le frère d'Auguste Alleaume, spécialiste du vitrail. Artiste multidisciplinaire, il participe à son atelier à Laval[6] de 1893 à 1937, en travaillant aussi avec son autre frère Paul (1856-1940), monteur-coupeur. Il réalise aussi des décors muraux en compagnie de Ladislas Dymkovski, apparenté à sa famille. C'est lui qui fera les dessins que lui commande son frères pour certains vitraux et c'est ainsi qu'il travailla avec Lecomte et Colin à Rennes, Jacques-Philippe Imberton, Henri Carot, Louis-Charles-Marie Champigneulle (1853-1905) à Paris, François Comère à Bruxelles, Haudecœur à Lille, ainsi qu'avec Pierre-Jules Boulanger (1833-1911), maître-verrier à Rouen.

Plusieurs fois décorés pour sa peinture, il obtient la Légion d'honneur en 1927[7]. Il collabore comme illustrateur pour La revue de Bretagne, La revue de l'Anjou et Le Monde illustré. Il partage son temps entre son atelier boulevard Saint-Germain à Paris et l'atelier de son frère. Ludovic Alleaume meurt le à Paris[1].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas de Craon.
  • Angers, musée des beaux-arts[8] :
    • Nuit de Nœl à Bethléem, huile sur toile ;
    • Portrait de Madame Kilbourg, huile sur toile ;
    • Portrait de Monsieur Kilbourg, huile sur toile ;
  • Craon, église Saint-Nicolas :
    • Peintures murales, 1892-1899[5], en collaboration avec Ladislas Dymkovski :
      • l'Annonciation ;
      • Apparition du Christ à Marie-Madeleine ;
      • Saint-Nicolas apaisant les flôts ;
      • Saint-Nicolas faisant l'aumône ;
  • Ernée, Hôtel-Dieu ;
  • La Bazouge-de-Chemeré, église : vitrail ;
  • Laval, Caisse d'épargne : peinture plafonnante[5] ;
  • Laval, église Saint-Sulpice de Fougères : verrière[9] ;
  • Laval, musée du Vieux-Château :
    • Dessins : Le Repos pendant la fuite en Égypte ; Marc Leclerc ; Portrait de Simone ; Abbaye de Clermon ; Aimez-vous ; Auguste Alleaume ; Baigneuses au crépuscule, soir d'été ; Château dans la région de Laval ; Château de Bel-Air ; Daniel Oehlert ; Dévotion à la beauté ; Étude de mouvement mécanique ; Étude pour espoir de retour 1935 ; Étude sur le mouvement perpétuel (plusieurs dessins) ; Femme assise ; La Chapelle cronaise ; La Buffardière ; Je vous salue Marie ; Intérieur de caserne ; Pierre-Hippolyte Le Tissier (député d'Indre-et-Loire 1820-1830) ; Le Seigneur est en Palestine ; Le Village de Gastines ; Médaille (projet) ; Médaille pour les artilleurs de la Grande Guerre ; Menu au mess de la Garde républicaine ; Moulin aux moines ; Paysage de mer ; Paysage (trois dessins) ; Pour une œuvre de guerre ; Presbytère de Notre-Dame des Cordeliers ; Projet de plafond pour la Caisse d'Éparge ; Promesse de Rédemption, Resurrection ; Promesse de Rédemption ; Recherche sur le mouvement perpétuel (plusieurs dessins) ; Soir de noce ; Un château près de Laval ; Un soir d'été ; Vitrail pour Notre-Dame-des-Airs près Saint-Cloud (deux dessins)[8] ;
    • Huiles sur toiles : Fendeurs d'ardoises ; La Sainte Famille ;
  • Nantes, Musée des beaux-arts ;
  • Renazé, ardoisière : Fendeurs d'ardoises ;
  • Rennes, musée des beaux-arts :
    • L'Attente, espoir de retour , huile sur toile ;
    • Main, étude pour espoir de retour, dessin ;
    • Tête et main , études pour espoir de retour 1935, trois dessins.

Estampes[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Jusqu'au 31 mars 2015, CIAP du château de Sainte-Suzanne, L'œuvre d'Auguste Alleaume, un maître verrier en Mayenne (suite de l'exposition du 28 avril au 29 août 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice de personne - Alleaume Ludovic », sur Catalogue général de la BnF,‎ (consulté le 10 mars 2016).
  2. né le 20 août 1821 à Pellouailles. Serrurier à Pellouailles lors de son mariage, il est adjudant à l'école des arts et métiers d'Angers lors de la naissance de son fils. Il s'installe dans le quartier de la Doutre à Angers avec sa famille en 1850. Il se consacre à l'horlogerie en 1859, et est le concepteur de l'horloge astronomique du musée des sciences de Laval (voir : laval.fr). En 1864, il fonde son établissement et obtient une médaille de bronze à l'Exposition universelle de Paris de 1889.
  3. Qui eut neuf enfants.
  4. play.google.com
  5. a, b et c Port 1965, p. 12
  6. Au no 49 rue de Bootz, actuelle rue du Dôme.
  7. culture.gouv.fr
  8. a et b « ALLEAUME Ludovic », sur Joconde (catalogue) du ministère de la Culture (consulté le 10 mars 2016).
  9. « Notice no IM35000535 », base Palissy, ministère français de la Culture
  10. Huile sur toile

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Collectif, Ludovic Allmeaume, peintre et dessinateur de vitraux (1859-1941), [catalogue de l'exposition espace Scoram], musée de Laval, 2015, 87 p.
  • Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :