Armen Lubin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Armen Lubin
Armen Lubin young.png
Armen Lubin le 26 août 1925
Fonction
Régent du Collège de 'Pataphysique
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Շահան Շահնուր et Արմեն ԼյուբենVoir et modifier les données sur Wikidata
Noms de naissance
Շահնուր Քերեսթեճեան
Chahnour KerestedjianVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Armen Lubin
Chahan ChahnourVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
École Berbérian (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions
Père-Lachaise - Division 88 - Chahnour 03.jpg
Tombe au cimetière du Père-Lachaise

Armen Lubin, ou Chahan Chahnour, de son vrai nom Chahnour Kerestedjian, né le à Üsküdar (district de Constantinople) et mort le à Saint-Raphaël, est un écrivain et poète français d’origine arménienne. Il fut régent du Collège de 'Pataphysique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rédaction du journal Haratch en . De gauche à droite : Chavarch Missakian, Armen Lubin, Nechan Bechiktachlian, Melkon Kebabdjian, Chavarch Nartouni et Teotig.

Armen Lubin naît Chahnour Kerestedjian le à Üsküdar[1] (district de Constantinople) dans une famille arménienne. Il fait ses études au lycée Berberian[1], dont il sort en 1921[2]. Il apprend le français pendant cette période. En 1922, il quitte la Turquie et s'installe à Paris l'année suivante[2], où il devient photographe jusqu'en 1939[1].

Armen Lubin est un écrivain participant activement au mouvement littéraire arménien de France dès la fin des années 1920[1]. Ainsi, il publie des romans en arménien sous le nom de Chahan Chahnour : son premier roman, Retraite sans chanson, date ainsi de 1929[2]. Il dirige pendant un temps la revue Menk[1]. Pendant les années 1930, il est aussi l'auteur d'articles dans Abaka[1].

Vers 1936-1937, il est atteint d'une tuberculose osseuse[1] (ou alors une ostéolyse[2]), ce qui le rend invalide et le conduit d'hôpital en hôpital après la perte de sa maison en 1949[2].

En 1945, il commence à écrire en français sous le pseudonyme d'Armen Lubin après s'être partiellement remis de ses problèmes de santé[2]. Il connaît une certaine notoriété et remporte des prix littéraires[2]. Il transcende la douleur par une création poétique tendre, souvent gaie et amère, et à l'écoute des êtres les plus faibles. Il revient à l'écriture en arménien après 1958[1].

Le , il est régent du Collège de 'Pataphysique.

Il est transféré au Home arménien de Saint-Raphaël au début des années 1960[1]. Il meurt à l'hôpital de la ville le [2] (ou à Paris selon Krikor Beledian[1] et la BNF[3]). Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (88e division).

Œuvre[4][modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Le Passager clandestin, 1946.
  • Sainte Patience, 1951.
  • Transfert nocturne, 1955.
  • Les Hautes Terrasses, 1957.
  • Feux contre Feux, 1968, prix Caroline Jouffroy-Renault
  • Les Logis provisoires, éd Rougerie, 1983
  • Le Passager clandestin - Sainte Patience - Les Hautes Terrasses et autres poèmes, 2005, préface de Jacques Réda, coll. Poésie/Gallimard.
  • La retraite sans fanfare. Histoire illustrée des Arméniens à leur arrivée à Paris suite au génocide de 1915-1916, 1929 (trad. française, L'Act Mem, 2009).

En arménien[modifier | modifier le code]

  • Nahantche Arantz Yerki (Retraite sans chanson), Imprimerie Massis, Paris, 1929.
  • Haraléznérou Tavadjanoutioune (La Trahison des dieux Alèzes), Imprimerie Der Hagopian, Paris, 1933.
  • Tertis Guiragnoria Tive (Le Numéro de dimanche de mon journal), Imprimerie Sévan, Beyrouth, 1958.
  • Yerguère (Œuvres), éd. d'État de l'Arménie soviétique, Erevan, 1962.
  • Zouïk me garmir dedragnère (Une paire de cahiers rouges), éd. de la revue Chirak, Beyrouth, 1967.
  • Azaden Gomidas (Gomidas le libre), Haratch, Paris, 1970.
  • Pats domare (Registre ouvert), Haratch, Paris, 1971.
  • Grague goghkis (Le Feu à mon flanc), Haratch, 1973.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Krikor Beledian 2001, p. 438.
  2. a b c d e f g et h « Շահան Շահնուր (1903-1974) », sur bibliotheque-eglise-armenienne.fr
  3. « Notice de personne - Lubin, Armen (1903-1974) », sur catalogue.bnf.fr
  4. Paul Farellier, « Armen LUBIN », sur leshommessansepaules.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Leclair, Armen Lubin ou l'étranger en souffrance in L’École des lettres (lycée) no 3, éditions l'École des loisirs, Paris, .
  • (en) Greg Kerr, « 'Travail d'abolition': Illness and Statelessness in Armen Lubin », Irish Journal of French Studies, vol. 14,‎ , p. 39-53 (lire en ligne)
  • Krikor Beledian, Cinquante ans de littérature arménienne en France : Du même à l'autre, CNRS Éditions, , 487 p. (ISBN 978-2-271-05929-1)
  • Krikor Beledian, « L’Écriture comme réécriture chez Chahan Chahnour/Armen Lubin », Modern Languages Open, no 1,‎ (DOI 10.3828/mlo.v0i0.222, lire en ligne)
  • Hélène Gestern, Armen : L'exil et l'écriture, Paris, Arléa, coll. « 1er Mille », , 632 p. (ISBN 9782363082206)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :