Archag Tchobanian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant une personnalité image illustrant arménien
Cet article est une ébauche concernant un écrivain et une personnalité arménienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Archag Tchobanian
Naissance
Constantinople
Décès (à 81 ans)
Paris
Activité principale
Écrivain, poète, traducteur
Auteur
Langue d’écriture Arménien, français

Archag Tchobanian (en arménien Արշակ Չոպանյան ; né en 1872 à Constantinople et mort en 1954 à Paris) était un écrivain et poète arménien.

Après avoir étudié dans un lycée de Besiktas, il se lança dans la carrière des lettres et participa à plusieurs revues intellectuelles. Il dut s'enfuir à Paris en 1895, à cause des persécutions turques. Il y fonda en 1898 la revue Anahit, qui perdura, par intermittences, jusqu'en 1949. Il joua un très grand rôle dans l'extension de la connaissance de la culture et de la littérature arménienne en France, par de multiples traductions et des éditions savantes. Intégré dans les milieux intellectuels européens et amis de nombreux écrivains et penseurs, il fut une des grandes voix de l'Arménie en exil dans la première moitié du XXe siècle. Son portrait (1943) par le peintre Serge Ivanoff se trouve au Musée arménien de France.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Voix de l'Aurore, 1891
  • Les Couches sombres, 1892
  • Les Vibrations, 1892
  • Gloire de papier, 1892
  • Etude biographique et critique sur Bedros Tourian, 1894
  • L'Arménie, son histoire, sa littérature, son rôle en Orient, 1897
  • Poèmes : Aurore, la Caravane des heures, Angoisse, Visions, Dans la Nuit, Sur la colline, 1908
  • Le Peuple arménien, son passé, sa culture, son avenir, 1913
  • La Vie et le rêve, poèmes en prose, contes, fantaisies, 1913
  • La France et le peuple arménien, 1917
  • Offrande poétique à la France : Orage, Ode à la France, les Martyrs, le Pur chevalier, 1917
  • La Femme arménienne, 1918
  • L'Œuvre américaine en Arménie, 1919
  • L’Épopée arménienne, poème, 1919
  • Victor Hugo, Chateaubriand et Lamartine dans la littérature arménienne, 1935
  • Les Arméniens ne sont nullement pourchassés en France, 1947

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Aghassi, L'Assassinat du Père Salvatore par les soldats turcs, 1897
  • Aghassi, Zeïtoun, depuis les origines jusqu'à l'insurrection de 1895, 1897
  • Poèmes arméniens anciens et modernes, 1902
  • Chants populaires arméniens, 1903
  • Chirvanzadé, La Possédée, 1910
  • Zartarian, Clarté nocturne, 1913

Études[modifier | modifier le code]

  • Edmond Khayadjian, Archag Tchobanian et le mouvement arménophile en France, CNDP, Marseille, 1986. 2e édition : Sigest, Alfortville, 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :