Arènes Marius Bonnaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arènes de Rodilhan
Données générales
Nom officiel Arènes Marius Bonnaud
Coordonnées 43° 49′ 40″ nord, 4° 26′ 03″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Ville Rodilhan
Organisation
Statut Public
Catégorie d'arènes 3e catégorie
Propriétaire commune
Données historiques et techniques
Capacité d'accueil de 700 à 900 places
Principales dates octobre

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Arènes Marius Bonnaud

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Arènes Marius Bonnaud

Les Arènes de Rodilhan, dont la première construction remonte à 1959, sont les arènes municipales de la commune de Rodilhan située dans le département français du Gard, dans la région Languedoc-Roussillon. Elles ont remplacé un plan de charrette sur la place du village où se déroulaient les courses de taureaux, et où la piste était délimitée par des charrettes servant de barrières selon la coutume des pays de bouvine[1]. Au départ dédiées exclusivement à la course camarguaise, elles ont progressivement évolué vers les novilladas sans picador, puis vers la corrida formelle.

Présentation[modifier | modifier le code]

Elles portent le nom d'arènes Marius Bonnaud à la mémoire d'un aficionado, cheminot de son métier, dont on sait peu de chose[2]. Un bulletin généalogique remonte jusqu'à ces ancêtres[3] sans que l'on puisse affirmer avec certitude qu'il s'agit bien du Bonnaud de Rodilhan.

Le bâtiment peut contenir 700 à 900 personnes selon l'étude de Jean-Baptiste Maudet[1]. Ce sont des arènes municipales fixes, construites en béton, remaniées plusieurs fois depuis leur première inauguration. Elles font partie outre l'arène proprement dite, d'un ensemble sportif[4] Elles accueillent le plus souvent des courses camarguaises[1]. Au mois d'octobre de chaque année a lieu le festival Toros y Caridad[5] composé notamment de novilladas et de corridas formelles[6].

Fêtes champêtres[modifier | modifier le code]

Hors les arènes, se déroulent chaque année des fiestas camperas (fêtes champêtres) organisées dans des ganaderías par le club taurin Toros y Caridad[7] le plus souvent dans des localités voisines comme la fête qui a eu lieu le 28 février 2016 à la ganadería La Paluna de Saint-Gilles.

Perturbations[modifier | modifier le code]

En octobre de chaque année, le festival taurin de bienfaisance organisé par le Club taurin Paul Ricard « Toros y caritad »[8], reverse ses fonds à l’association LA CLE qui vient en aide depuis vingt ans aux enfants frappés de cancers et leucémies[9]. Le torero Marc Serrano est le parrain de l’association LA CLE[10]

Cette manifestation a été perturbée en 2011 par des manifestants anti-corrida qui se sont enchaînés dans le ruedo[11]. Cette manifestation n'ayant pas reçu d'autorisation légale, elle été conçue comme une provocation, donnant lieu à des réactions violentes de la part d'aficionados [12] qui ont été condamnés en 2016 par le tribunal de Nîmes [13]. Depuis, des attaques ont lieu chaque année au moment du festival par des groupes veulent empêcher la tenue du spectacle. Un service d'ordre important les contient depuis 2012, ce qui donne lieu à des heurts avec les forces de l'ordre dans les rues de la commune, notamment en 2013[14], puis les années suivantes[15],[16],[17].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 978-84-96820-37-1), Annexe CD-Rom 112 pages
  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux - Les jeux taurins de l'Europe à l'Amérique, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 978-84-96820-37-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]