Appalachiosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Appalachiosaurus montgomeriensis

Appalachiosaurus
Description de cette image, également commentée ci-après
Appalachiosaurus (squelette reconstitué).
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre Saurischia
Sous-ordre Theropoda
Clade Coelurosauria
Super-famille  Tyrannosauroidea

Genre

 Appalachiosaurus
Carr et al., 2005

Nom binominal

 Appalachiosaurus montgomeriensis
Carr et al., 2005

Appalachiosaurus (« lézard des Appalaches ») est un genre basal éteint de dinosaures théropodes de la super-famille des Tyrannosauroidea, ayant vécu à la fin du Crétacé supérieur dans l'est de l'Amérique du Nord. Comme presque tous les théropodes, c'était un prédateur bipède. Il s'agit de l'un des dinosaures les mieux connus parmi les théropodes de la partie orientale de l'Amérique du Nord.

Une seule espèce est rattachée au genre : Appalachiosaurus montgomeriensis.

Découverte[modifier | modifier le code]

Seul un squelette de juvénile a été retrouvé. Il appartenait à un animal estimé à plus de 7 mètres de long et pesant plus de 600 kg ce qui indique qu'un adulte aurait été encore plus grand. Le fossile a été trouvé dans le centre de l'Alabama, dans la formation de Demopolis Chalk. Cette formation remonte au milieu du Campanien au Crétacé supérieur, il y a environ 77 millions d'années[1]. C'est le plus grand dinosaure carnivore connu dans l'Est américain[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce dinosaure porte le nom de la région du centre des États-Unis connue sous le nom des Appalaches, qui a également été donnée à l'ancienne île-continent Appalachia, sur laquelle Appalachiosaurus a vécu. Le nom générique comprend aussi le mot grec sauros (« lézard »), le suffixe le plus couramment utilisé dans les noms de dinosaures. Il n'y a qu'une espèce connue, Appalachiosaurus montgomeriensis nommée d'après le comté de Montgomery dans l'État américain de l'Alabama. Les noms de genre et d'espèce ont été donnés en 2005 par le paléontologue Thomas Carr et son équipe[1].

Description[modifier | modifier le code]

Appalachiosaurus est connu par des restes partiels, un crâne partiel et la mandibule (mâchoire inférieure), ainsi que plusieurs vertèbres, des parties du bassin, et la plus grande partie des deux membres postérieurs. Ces vestiges sont abrités au Centre scientifique McWane à Birmingham, en Alabama. Plusieurs sutures ne sont pas achevées entre les os du crâne, ce qui indique que l'animal n'était pas adulte. Plusieurs éléments sont écrasés, mais le spécimen est cependant instructif et montre nombre de caractéristiques originales, ou apomorphies. Plusieurs de ces apomorphies ont été identifiées dans le crâne et sur les griffes des pieds qui montrent une protubérance inhabituelle sur l'orteil le plus proche du corps. Il y a aussi six petites crêtes osseuses sur le dessus du museau, semblables à celles du genre asiatique Alioramus, quoique la plupart des tyrannosaures possèdent des ornementations diverses sur le dessus du museau. Appalachiosaurus est sensiblement différent et plus évolué que l'autre tyrannosaure primitif trouvé dans l'Est de l'Amérique du Nord : Dryptosaurus.

Pathologie éventuelle[modifier | modifier le code]

Deux vertèbres de la queue ont été retrouvées fusionnées, probablement la conséquence d'une blessure.

Classification[modifier | modifier le code]

Le seul spécimen connu d’Appalachiosaurus est suffisamment complet pour être inclus dans des analyses phylogénétiques cladistiques. La première a été réalisée avant même que l'animal ne soit nommé. Elle a conclu qu'il appartenait à la sous-famille des Albertosaurinae (au sein des Tyrannosauridae), qui comprend également les genres Albertosaurus et Gorgosaurus[2]. La description originale comprenait également une analyse cladistique, montrant qu’A. montgomeriensis est un membre basal des Tyrannosauroidea ne faisant pas partie des Tyrannosauridae[1].

Les analyses phylogénétiques postérieures, durant les années 2010, ont inclus dans leur paramètre d'études les tyrannosaures primitifs Dilong et Guanlong, les genres asiatiques Alioramus et Alectrosaurus et le genre anglais Eotyrannus[3],[4]. Elles confirment son statut de Tyrannosauroidea basal.

Cladogrammes[modifier | modifier le code]

L'analyse phylogénétique des Tyrannosauroidea, réalisée en 2016 par Stephen Brusatte et Thomas Carr, montre la position d'Appalachiosaurus au sein de cette super-famille[4] :

Tyrannosauroidea
Proceratosauridae


Kileskus



Proceratosaurus



Guanlong Guanlong wucaii by durbed flipped.jpg



Yutyrannus Yutyrannus huali.png



Sinotyrannus S. kazuoensis restoration (flipped).jpg






Dilong Dilong paradoxus VQER 35.JPG





Stokesosaurus Stokesosaurus by Tom Parker.png



Juratyrant



Eotyrannus





Xiongguanlong




Dryptosaurus Dryptosaurus by Durbed.jpg




Raptorex




Appalachiosaurus Appalachiosaurus montgomeriensis flipped.jpg




Bistahieversor


Tyrannosauridae

Albertosaurinae



Tyrannosaurinae











Le cladogramme de 2013, établi par Loewen et ses collègues en 2013, était assez semblable[3] :

Tyrannosauroidea
Proceratosauridae


Proceratosaurus bradleyi



Kileskus aristotocus



Guanlong wucaii





Sinotyrannus kazuoensis




Juratyrant langhami



Stokesosaurus clevelandi







Dilong paradoxus




Eotyrannus lengi




Bagaraatan ostromi




Raptorex kriegsteini




Dryptosaurus aquilunguis





Alectrosaurus olseni



Xiongguanlong baimoensis





Appalachiosaurus montgomeriensis





Alioramus altai



Alioramus remotus




Tyrannosauridae











Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) T.D. Carr, T.E. Williamson et D.R. Schwimmer, « A new genus and species of tyrannosauroid from the Late Cretaceous (middle Campanian) Demopolis Formation of Alabama », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 25, no 1,‎ , p. 119–143 (JSTOR 4524423)
  2. (en) Thomas R. Holtz Jr., « Tyrannosauroidea », dans David B. Weishampel, Peter Dodson et Halszka Osmólska, The Dinosauria, Seconde édition, Berkeley, University of California Press, (ISBN 0-520-24209-2), p. 111–136
  3. a et b (en) M.A. Loewen, R.B. Irmis, J.J.W. Sertich, P. J. Currie et S. D. Sampson, « Tyrant Dinosaur Evolution Tracks the Rise and Fall of Late Cretaceous Oceans », PLoS ONE, vol. 8, no 11,‎ , e79420 (DOI 10.1371/journal.pone.0079420)
  4. a et b (en) Stephen Brusatte et Thomas D. Carr, « The phylogeny and evolutionary history of tyrannosauroid dinosaurs », Scientific Reports, no 20252,‎ (DOI 10.1038/srep20252)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]