Animaux de guerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monument commémoratif rendant hommage aux animaux de guerre, installé au parc de la Confédération à Ottawa, au Canada.
Un soldat américain et son chien devant un monument commémoratif du War Dog Cemetery (en) situé sur la base navale de Guam à Santa Rita.

Les animaux de guerre correspondent à des espèces animales qui ont été ou sont utilisées par les hommes en temps de guerre.

Il s’agit d’espèces généralement domestiquées, comme les chiens ou les chevaux, mais certaines espèces moins communes comme les éléphants (ou, dans un cas exceptionnel, un ours) ont aussi pu être utilisées.

L'usage des animaux de guerre été largement répandu pour atteindre une estimation de quatorze millions d’animaux mobilisés lors de la Première Guerre mondiale et trente millions lors de la Seconde Guerre mondiale[1]. Quelque 120 000 animaux ont déjà pu recevoir des honneurs militaires[réf. nécessaire].

Ces animaux sont plus ou moins bien traités, selon qu'ils sont vus comme un animal-machine, usé jusqu'à la corde et abandonné, ou adoptés comme mascotte individuelle ou officielle[2].

Usage guerrier[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les éléphants de guerre ont été utilisés par plusieurs peuples (Séleucides, Carthaginois…).

L'usage de chars de guerre (avec ou sans faux) tirés par des chevaux est attesté chez plusieurs peuples (Bretons…).

Pline l'Ancien a mentionné l’usage de cochons de guerre enflammés qui semble-t-il auraient servi à effrayer les éléphants lors de la campagne d’Italie d’Hannibal. Le cri de souffrance des cochons immolés faisait peur aux pachydermes[3],[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Tapisserie de Bayeux (XIe siècle).

Au Moyen Âge, la chevalerie est souvent considérée comme la force de frappe des armées médiévales. Le rôle du cheval dans la guerre au Moyen Âge devint primordial dans les batailles.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au cours des XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle, les chevaux sont utilisés comme montures et comme animaux de trait pour l'artillerie et de ravitaillement en vivres et en munition.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale utilise huit millions de chevaux de guerre, 200 000 pigeons, 100 000 chiens de guerre[2] ; l’armée allemande emploie des pigeons-espions sur lesquels un appareil photographique miniaturisé était fixé. Certains animaux, bien traités au cours du conflit, deviennent des mascottes officielles, comme le coq choisi par le 16e bataillon du régiment Cheschire. Après la guerre apparaissent en France des monuments dédiés aux chiens combattants alors qu'en Angleterre, la 58e division d’infanterie commande une sculpture représentant un artilleur embrassant son cheval agonisant[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un militaire britannique du cinquième Seaforth Highlanders montant un mulet qui porte une croix gammée nazie sur son encolure, le en Sicile, pendant l'opération Husky.
Devenu une prise de guerre, l'animal est ensuite utilisé par la 51st (Highland) Division sur les terrains accidentés près de du volcan sicilien Etna.
  • Les moutons pour déminer le terrain lors de la Première Guerre mondiale, et lors du débarquement en Normandie en juin 1944, s'est posé le problème du déminage des plages. Des troupeaux de moutons, dans leur marche, firent sauter des centaines de mines.
  • Un programme d’expérimentations sur des chauves-souris pour des usages incendiaires similaires a été mené par l’Armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale, avant d’être abandonné devant l'avancement du projet Manhattan. L’usage de pigeons dans des bombes guidées fut aussi envisagé. Les Soviétiques menèrent des expériences avec des chiens anti-char. La Suède utilisa des phoques contre les sous-marins allemands.
  • Selon le professeur Shi Bo, dans Trente-six Stratagèmes chinois (ISBN 2-911858-06-9), des singes furent aussi ainsi utilisés au début de la Dynastie Song.
  • Les dauphins et autres mammifères marins pour le déminage, la surveillance et la récupération d’objets[6].
  • Toutes les armées modernes utilisent actuellement des chiens de combat pour garder les sites sensibles et aider à maîtriser une personne sans la tuer.

Transport et logistique[modifier | modifier le code]

  • Il s’agit généralement d’animaux de trait. Le cheval est l’animal qui a été le plus communément utilisé dans l’histoire. Les chars et les cavaleries ont longtemps procuré un avantage de mobilité certain sur les champs de bataille. Par exemple, l’usage d’archers montés a permis à l’armée mongole d’entrer parmi les armées les plus puissantes de son époque.
  • L’apparition d’unités motorisées a entrainé le déclin de telles unités, mais les chevaux furent toujours utilisés par l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale pour la logistique et le transport de pièces d’artillerie.
  • Les éléphants bien que n’étant pas considérés comme étant une espèce domesticable ont pu être utilisés au front ou pour les approvisionnements. Leur usage en Inde semble être antérieur au Ier millénaire av. J.-C. La traversée des Alpes par les éléphants de guerre d’Hannibal fait partie des pages mémorables de l’histoire militaire, durant les Guerres puniques. Plus récemment, ils furent employés par les Japonais et les Alliés sur le front asiatique, notamment en Birmanie, et plus récemment encore par les Khmers rouges.
  • Les chameaux ont aussi été utilisés par l’Armée indienne ou les méharistes pour la surveillance de régions désertiques.
  • Les mules et les bœufs ont été utilisés pour l’approvisionnement.
  • L'ours Wojtek, recueilli et élevé par un régiment polonais, a aidé au transport de munitions lors de la campagne d'Italie en 1944.

Autres usages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Monestier, Les animaux-soldats. Histoire militaire des animaux des origines à nos jours, Le Cherche midi, , p. 11.
  2. a et b Éric Baratay, Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, CNRS Éditions, , 260 p..
  3. Pline, VIII, 1, 27.
  4. Élien, Nature des animaux, XVI, 36.
  5. Thierry Clermont, « Un bestiaire tragique et oublié », Le Figaro littéraire, jeudi 7 novembre 2013, page 5.
  6. Programme de mammifères marins de l’U.S. Navy
  7. Des chiens ont aussi été dressés pour la détection d’explosif, de la même manière que les oisillons dans les mines prévenaient les coups de grisou. Une technique récente de déminage met à contribution des rats géants de Gambie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]